Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



Hugues AUFRAY - Tucumcari (1961)
Par MARCO STIVELL le 31 Août 2019          Consultée 186 fois

Avec l'arrivée en plein dans les années 60, Hugues AUFRAY se trouve dans une transition. C'est le moment où les yéyés prennent le pouvoir dans les grands succès français, mais lui doit se contenter d'un bon succès d'estime : il ne joue pas encore dans la même cour que Johnny HALLYDAY, Richard ANTHONY et les autres.

Cette période qui s'étale sur deux ou trois EPs, tous parus en l'année 1961, est intéressante. L'artiste a vite délaissé son bel habit de Paris sud-ouest et les ambiances jazzy, mais il hésite entre le costume de paysan redneck voire de cowboy et celui du mexicain. Même les derniers mots soufflés par Boris VIAN, peu de temps après sa mort et pour "Ses baisers me grisaient", dans un esprit volage et une verve marathonienne assez bien ficelée, prennent une couleur country dans les orchestrations de Jean Bouchéty. Lui aussi a changé sa façon de faire.

La guitare électrique, les timbales et le clavecin donnent une allure très américaine à la chose, une autre, plus "white", même si les cris de AUFRAY à la fin semblent se rapprocher d'un chant traditionnel amérindien. On aime aussi davantage le soin apporté par le musicien aux percussions de "Monsieur le soleil" que le texte proposé ou les effets typiquement yéyé/variété (les choeurs, surtout). Dommage, c'est la première composition personnelle enregistrée du chanteur... Sur "La femme du Libéria", malgré des paroles intéressantes, le débit et la mélodie donnent une impression de difficulté concernant sa voix. Les guitares et l'effet rockabilly, en revanche, sont très réussies !

Bien sûr, comme le veut la vague rock made in France, on parle là d'adaptations de titres américains et en l'occurrence du chanteur Jimmie ROGERS, le jeune folkeux natif de l'état de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis. "Tucumcari" est la première collaboration de AUFRAY avec Jacques Plante, cet auteur-adaptateur à qui il devra beaucoup. Plante a déjà travaillé pour LES COMPAGNONS DE LA CHANSON, Tino ROSSI, Line RENAUD, Yves MONTAND, PATACHOU, Edith PIAF, etc...

Ils reprennent "Tucumcari", chanson de ROGERS publiée trois ans plus tôt en 1958 et qui se passe au Nouveau-Mexique, dans la localité du même nom. Celle-ci ne deviendra véritablement célèbre que quatre ans plus tard, en 1965, grâce à la première séquence du deuxième western de Sergio Leone, Et Pour Quelques Dollars de Plus. En attendant, on a affaire à un bon tempo country, des guitares et choeurs doo-wop soignés, un effet égayant et camarade par notre cher Hugues qui campe un voyageur de passage, rencontre une fille... Le genre de chanson-séquence qui raconte une histoire en accéléré telle un film, vraiment bonne. Elle reste l'attrait principal de l'EP.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
C'est La Vie (1977)
"J'ai oublié de viiiiiiiivre..."




PAULINE
La Vie Du Bon Côté (2010)
Un net progrès


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Hugues Aufray (chant)
- Jean Bouchéty (contrebasse, direction d'orchestre)


1. Tucumcari
2. Ses Baisers Me Grisaient
3. La Femme Du Libéria
4. Monsieur Le Soleil



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod