Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Hugues AUFRAY - L'enfant Sauvage (1985)
Par MARCO STIVELL le 29 Avril 2020          Consultée 433 fois

Au milieu de la décennie 80, Hugues AUFRAY n'est plus à l'abri en termes de publications, pour une période de quinze à vingt ans environ. Chacun des albums qui voit le jour est publié sur un label différent. Pour l'Enfant Sauvage (1985), il s'agit de Saisons, basé au Canada.

S'il y a bien un album fait de bric et de broc dans la carrière de Hugues AUFRAY, c'est celui-ci. Une oeuvre à plusieurs facettes et pas loin d'être hétérogène, du fait aussi d'avoir eu recours à trois arrangeurs différents, parmi lesquels Jean-Pierre Sabard. Les deux musiciens amis et collaborateurs de longue date (le début des années 60) se séparent ensuite ; le claviériste-arrangeur vient de trouver une place solide auprès de Maxime LE FORESTIER. Un autre folkeux cherchant à innover !

En tout cas, Hugues AUFRAY tente le coup, et ce n'est pas aussi "craignant" qu'on pourrait le penser. En 1985, il y avait peu de chances qu'il continue de faire de la country-cajun pure. Pourtant, le disque commence avec trois morceaux qui rendent hommage à la musique américaine du Sud, sans doute afin de mieux amener la transition.

"Dieu que c'est dur d'être modeste" est un morceau-gag enregistré avec un public, en live donc, emprunté à Morris MAC DAVIS (partenaire du King Elvis, de Kenny ROGERS, Dolly PARTON). On apprécie le troubadour seul avec sa guitare, rejoint ensuite par l'orchestre country, nous compter ses histoires "tellement dures" d'homme placé "tout en haut de l'échelle" !

Autre adaptation, "Mr Bojangles", plus connue celle-là. On est peut-être loin de Nina SIMONE, mais l'effort est sympathique et les synthés commencent à rentrer. Finissons avec la meilleure des trois, composition personnelle d'AUFRAY de surcroît : "Y a toujours un train", sur le thème sempiternel de la séparation, fort bel hommage à la country "léchée", cordes et rythme chaloupé.

Les mandolines, pedal-steel et violons folk s'effacent, même si on retrouve quelques éléments sur la ballade flânante entre Caraïbes et Hawaï, "Bye Bye Morea Tahiti", énième blues de vacancier confronté à la réalité parisienne au moment du retour. C'est l'une des multiples compositions de AUFRAY avec Sabard sur ce disque, il y a "Ma soeur la pauvresse" qui joue également l'exotisme.

On trouve aussi, d'eux ensemble, la magnifique chanson qui donne son titre à l'album. "L'enfant sauvage" est cette personne qui se clame libre jusqu'au jour où elle s'estime prête pour l'amour, envieuse même au point d'en être désespérée. Les arrangements façon années 60, piano-cordes variété habillent la voix d'AUFRAY comme longtemps en arrière, et beaucoup mieux qu'à l'époque.

Jusque là, pas de grand virage 80's, mais tout change d'un seul bloc avec l'inclusion du single "S.O.S. America" paru quelques mois plus tôt au 33-tours. Sur des peintures grisantes d'Amérique latine, le chanteur se voit nager au milieu de choeurs funk, sons de Fairlight, flûtes de pan, batterie électronique Simmons... Single efficace peut-être, mais un peu "too much", malgré la guitare claire.

"Petit homme" est une deuxième chanson après "S.O.S. America" écrite par Yves Touati (sur musique d'AUFRAY), qui s'est lancé avec "Petite femme" (!) douze années plus tôt. Le texte émouvant, ultimes paroles d'un mourant, demeure hanté par le souvenir de Francesco, grand frère d'AUFRAY parti 30 ans plus tôt et qui lui a donné envie de faire de la musique.

Un slow folk joli, comme l'autant altruiste mais plus religieux "Tendez-lui la main" avec ses choeurs et claviers massifs pour orgues, sans oublier la boîte à rythmes ! Nul doute que ça en a interpelé plus d'un croyant. "Va voir Tante Charlotte" revient à la ferme, à la mort de l'oie et la tristesse du jars, sur fond de belles guitares acoustiques. Une chanson mignonne.

Ce disque contient quelques points forts ("L'enfant sauvage", "Y a toujours un train"...), épars toutefois. La diversité peut constituer une force comme elle peut nuire, mais elle reste une bonne raison de passer ici.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


ANGE
? (2005)
A toute bonne question, une bonne réponse




Coralie CLEMENT
Salle Des Pas Perdus (2001)
Un premier album prometteur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Dieu Que C'est Dur D'être Modeste
2. Y A Toujours Un Train
3. Mr. Bojangles
4. L'enfant Sauvage
5. Bye Bye Morea Tahiti
6. S.o.s. America
7. Tendez-lui La Main
8. Va Voir Tante Charlotte
9. Ma Soeur La Pauvresse
10. Petit Homme



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod