Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



CHER - 3614 Jackson Street (1969)
Par ERWIN le 18 Février 2021          Consultée 98 fois

Le sixième album de CHER est le seul enregistré avec la maison Atco, dont l'adresse du Muscle Shoals Sound studio apparaît en titre. Il paraît pendant le fameux Summer of love de 1969. Quelle époque mes aïeux ! Les révolutions sexuelles, sociales, la reconnaissance des minorités, le contexte de la guerre du Vietnam et le développement des paradis artificiels trouvent dans cette date si particulière un écho symbolique de première bourre. Rien ne semble devoir arrêter l'artiste dans sa quête de la reconnaissance mondiale, pourtant il semble que les efforts consentis pour ce disque auront au final été assez superficiels avec notamment beaucoup, beaucoup de reprises.

Trois singles sont toutefois à l'honneur. L'album s'ouvre sur un des standards de BUFFALO SPRINGFIELD, une superbe compo de Stephen STILLS : "For What It's Worth", un immense classique s'il en est. Notre brunette y adopte un ton détaché et plus rock qu'à l'ordinaire, plutôt réussi, même si nous sommes à des années lumières du smooth du californien, il n'est de toute façon nulle question de comparer, CHER ne sera jamais STILLS. Sur le deuxième single, on retrouve une nouvelle fois DR JOHN sur un disque de CHER avec "I Walk On Guilded Splinters", toujours aussi moderne dans sa frustitude, qu'on reconnaît dès les premières notes. Et là forcément, on regrette un peu que la flamboyante créature se cantonne aux aspects pop voire variété de la musique, on l'imagine bien face à Janis JOPLIN – a qui elle aimait comparer ses tatouages, fallait bien commencer quelque part ! - mais pour l'instant, on est bien loin d'une bad girl !

La fan de Bob DYLAN laisse libre court à toute son admiration pour le barde de Duluth sur cette livraison ou elle reprend trois titres – A moins que ce ne soit un calcul de SONNY pour racoler tous azimuths ? Du coup, nous voici avec la supra classique "Lay, Baby, Lay" sur le dernier single, qu'elle retranscrit asse fidèlement, puis la puissante voix surprend sur la bluesy "Tonight I'll Be Staying Here With You", enfin, le slow "I Threw It All Away" change d'identité avec notre copine, aussi loin qu'on peut l'être du Bobby, mais on appréciera cette version ! Toujours aussi efficace avec DYLAN, aux compositions duquel elle parvient toujours à donner une aura différente, c'est bluffant.

Le choix de "The Dock Of The Bay" n'était pas bien compliqué à faire, on a toutes les facilités du monde à imaginer CHER très à l'aise sur ce genre de compositions. Elle n'a certes pas le groove d'Otis REDDING, mais la texture de sa voix convient parfaitement au standard, on est plus flower pop que réellement soul, bien évidemment, CHER ayant autant de smooth qu'un Trump sous hallucinogènes, mais elle s'y débrouille pas mal. Dans le même ordre d'idée, Aretha FRANKLIN s'imposait tôt ou tard dans les choix du duo tant la Queen of soul est importante pour une destinée d'artiste, et cette version de "Do Right Woman, Do Right Man" n'est pas nulle, même si Aretha est incomparable.

"Cry Like A Baby" fut un 68 un énorme succès pour les BOX TOPS, qui atteint la 2eme place du Billboard, le calcul de SONNY est donc tout bêta, réitérer la performance pour avoir une pluie de billets verts. Très pop dans sa conception, la chanteuse y impose un ton de voix convaincant. Et puis les compositeurs maisons d'atco produisent tout de même quelques titres pour personnaliser un brin cet opus. On singe Barbra STREISAND – encore ! - sur la transparente "Save The Children", puis "Please Don't Tell Me" nous plonge dans les ambiances made in 69 avec sa gratte atone et ses consonances psychédéliques, "Hangin' On" ressemble à s'y méprendre aux compos chantées par le King ou Jerry Lee LEWIS à l'orée des seventies eux aussi, c'est donc un peu country, avec de la metropolitan dans le texte – tout le monde y aura droit, satanées orchestrations !

N'y allons pas par quatre chemins, c'est l'album de CHER qui aura le moins de succès jusqu'à présent… Tu m'étonnes ! Avec une photo qui ne met aucunement en exergue le talent principal de la belle !! Bref, le marketing n'est pas le fort d'Atco que SONNY se presse de larguer rapido. La brunette à franges préférée du showbiz démarre une décennie seventies qui ne sera pas toujours tendre avec elle. La critique aura beau jeu de souligner les qualités du skeud, SONNY ne compte que peu de billets verts ! Toutes ces versions, aussi sympathiques soient-elles, n'apportent strictement rien à l'histoire de la musique populaire ; pire, elles ont assez mal vieilli, c'est donc décevant et sans classique personnel.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Annie LENNOX
Bare (2003)
éthérée




ABBA
Live (1986)
Enfin en concert !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. For What It's Worth
2. Hangin' On
3. The Dock Of The Bay
4. Tonight I'll Be Staying Here With You
5. I Threw It All Away
6. I Walk On Guilded Splinters
7. Lays, Baby, Lay
8. Please Don't Tell Me
9. Cry Like A Baby
10. Do Right Woman, Do Right Man
11. Save The Children



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod