Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Elvis Country (1972)
Par ERWIN le 5 Juin 2010          Consultée 3700 fois

A l’instar de bon nombre de ses coreligionnaires superstars des pionniers du rock, Elvis voue à la country une vraie passion. A l’iverse d’un Jerry Lee Lewis, il ne fera cependant jamais de la country son fond de commerce, tout occupé qu’il est encore par le gospel de son enfance et par les demandes incessantes de ses fans club de reprendre ses vieux standards… Ah, les fans du King: qui n’a jamais vu deux mamies s’empoigner tels des loubards de troisième zone lors d’un concert à l’occasion d’un lancer d’écharpes (Elvis a bien du en lancer des dizaine de milliers) ne comprendra jamais de quoi je parle, mais c’est la pure vérité. Les fans d’Elvis sont les premiers du monde et ils le resteront encore bien longtemps, sachant le culte que lui voue tout le showbiz (ses gigastars en tête, du regretté-?!?-Bambi au tranquille Paul Macca, de l’esthétique « Thin white duke » au chanteur de Motorhead Lemmy himself, nul n’y échappe). Ainsi la musique suit son cours, ainsi Elvis en sera toujours le King.

Cette entrée en matière pour stigmatiser toute la classe et le prestige d’Elvis: le comeback a eu lieu 3 ans auparavant, les albums s’enchainent comme autant de perles. Ce Elvis Country, I’m 100 000 Years Old n’échappe pas à la règle. Devant le nombre de chansons country que le King enregistre, il lui vient l’idée d’en faire un consacré à la country. La superbe pochette nous présente un tout jeune Elvis de 3 ans encore dans le Mississippi avec ses parents Vernon et Gladys que l’on peut voir au recto.

Alors puisqu’il s’agit de country, embrayons: « Snowbird » ouvre l’album avec une classe concise. Aucun doute, Elvis reste le meilleur chanteur, qu’il hurle du rock, qu’il susurre des slows, qu’il s’égosille sur un gospel, ou finalement qu’il chante à la mode country, c’est comme pour le reste, il est le number one. En causant de gospels, on trouvera un faux air pas si country que cela sur « Tomorrow’s never comes ». « I really don’t want to know » a aussi un petit arrière goût de chorale, mais c’est joli ne vous y méprenez pas.
La country reprend néanmoins ses droits avec « Little cabin on the hill » et « It‘s your baby you rock it », qui voient les instruments traditionnels prendre le pouvoir avec beaucoup d’à propos, pour une country résolument moderne et qui annonce les futures méga stars américaines Garth Brooks et autres Dwight Yoakam.
Le slow « Funny how times slip away » nous replonge dans la délicieuse époque de « From Elvis in Memphis » , un petit orgue d’église rehausse encore la qualité du titre.
« There goes my everything » est l’un des titres du skeud a avoir subi le test du temps qui passe. Un classique du King donc… Cela parle à tout le monde non?
Un p'tit coup de blues sur « The fool », il n’a pu s’en empêcher, même en pleine crisette country. Un morceau d’ailleurs remarquable, au rythme superbe, et au refrain moderne. Et le blues rock continue avec « Faded love » et une guitare éléctrique agressive, qui pourrait bien appartenir à Jimmy Page (dont on sait qu’un des rêves était de jouer avec le King…).
Enfin, « I washed my hands in muddy waters » mélange avec talent tous les genres cités précédemment dans un rock réussi.

Je ne terminerai pas cette kro sans évoquer la présence pour le moins surprenante de « Whole lotta shakin is goin on », sublime classique du killer Jerry Lee Lewis. Sur son album nommé Country, reprendre un tel standard a de quoi étonner. Cette version est moins pêchue que l’originale mais peut se targuer d’être un véritable ovni.

Alors bien sur, je vous vois venir: « C’est pas un album de country »!!! Bin je vous le fait pas dire, mais quoi? Vous allez pas vous plaindre d’avoir un super album entre les mains non? Ok il y a un tiers de morceaux country, du blues, du rock et du gospel. Bin voila quoi! Si vous êtes pas contents, vous pouvez toujours vous ressortir une BO nunuche des années 60! Z‘êtes calmés?!! Allons! Ne boudons pas notre plaisir et sachons apprécier à sa juste valeur cet album à la saveur si particulière.

A lire aussi en COUNTRY par ERWIN :


Dwight YOAKAM
Guitars Cadillacs Etc Etc (1986)
Gratte et bagnoles !




Johnny CASH
The Fabulous Johnny Cash (1958)
Rival d'Elvis


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Snowbird
2. Tomorrow Never Comes
3. Little Cabin On The Hill
4. Whole Lotta Shakin Is Goin On
5. Funny Nhow Times Sleeps Away
6. I Really Don’t Want To Know
7. There Goes My Everything
8. It’s Your Baby You Rock It
9. The Fool
10. Faded Love
11. I Washed My Hands In Muddy Waters
12. Make The World Go Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod