Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Frankie And Johnny (1966)
Par ERWIN le 28 Janvier 2011          Consultée 2603 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Au sein d’un infernal tourbillon de BO toutes plus foireuses les unes que les autres en ces mid-sixties pour notre cher Elvis, la bonne preuve de l’existence d’un Dieu miséricordieux n’est-elle pas la présence de cette mignonette BO, oubliée de tous car encadrée par les pires nanars de la création. Entendons-nous bien: le film est une infâme daubasse de même nature que les autres performances idoines, entre « Paradise hawaian style » et « Harum Scarum » on ne sait par quel bout envisager un suicide comme seule solution honorable. Mais voila, sachons garder espoir, quel que soit la situation et le désespoir qu’elle engendre... Après tout le King fera son comeback historique en 1968, à peine deux années plus tard.

Ne boudons donc pas notre plaisir ! Que contient donc de si miraculeux ce skeud, pour que votre humble serviteur se mette soudainement à retrouver foi en son idole en ces années peu amènes?

Ah bah, ya pas à tortiller du popotin trois heures, matez donc la setlist les gars! « Down by the Riverside » et « When the saints go marchin’in » cela nous vous dit rien p’tet? Allons, quand deux standards d’un tel calibre sont réunis, cela ne peut être que pour un plaisir d’anthologie. Et tel est le cas. La voix d’Elvis… Souvenons-nous en : la plus belle voix de l’histoire de la musique, c’est bien ça non ? Finalement ! Et il n’y a aucun doute, Elvis monte en tension peu à peu durant l’interprétation, pour atteindre une quintessence évidente sur le final… Il se passe rarement une journée sans que je fredonne cette version, avec ses intonations si particulières.

Le morceau d’introduction « Frankie and Johnny » est lui aussi une variation d’un vieux thème traditionnel. Tout ceci bien sur, dans une tentative de coller à l’époque du film, soit la fin du 19eme siècle, sur un bateau à roues des berges du Mississipi. Mais c’est vers une autre tradition qu’Elvis nous dirige soudain avec « Chesay » sans doute le morceau de bravoure de l’album. Une fois en tête vous aurez beaucoup de mal à vous en débarrasser. Ce titre a d’ailleurs le privilège d’être fort plébiscité par les cohortes de fans des sixties d’Elvis qui en font souvent leur chanson préférée. Il faut lui reconnaitre un petit quelque chose de particulier car nous lorgnons franchement vers des sentiers proches du Manouche, avec l’impulsion propre à l’artiste américain. Un morceau unique dans la disco d’Elvis.

Le bluesy « Hard luck » à l’harmonica tremblotante est franchement réussi, son identité est d‘ailleurs troublante puisqu‘il ressemble à s‘y méprendre aux titres des débuts du King. Autre blues avec «What every woman lives for », et... Oui! Nous sommes vraiment surpris de la qualité de ces titres. Elvis donne l’impression d’être à son aise, cela faisait longtemps…

Il y a deux duos avec Eileen Wilson sur cette BO : « Petunia, the gardener’s daughter » au rythme plus engageant que son titre ne pourrait le laisser supposer, ainsi que « Look out Broadway », moins mémorable.
Le piano lancinant et doux de « Please don’t stop loving me » rappelera aux fans les souvenirs de « Today tomorrow and forever », c’est donc très qualitatif. Le big band de « Everybody come aboard » sans révolutionner le monde de la musique est entrainant , se laisse écouter avec plaisir tout comme « Come along ». « Shout it out » nous replonge avec délices dans les années soixante, pour un titre Rock’n’roll de bonne facture.

Bref, voila! C’est bien fait pour moi qui avait totalement oublié cette BO. Et me voila obligé d’en dire le plus grand bien. Comme quoi la discographie du king recèle bien des trésors cachés. Tel est le cas sur plusieurs titres de ce Frankie and Johnny qui récoltera pour la peine quatre belles étoiles à rajouter à l’actif du natif de Tupelo.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
Medicine Man (1990)
Crazy Horse is back




BLACKFOOT
Highway Song Live (1982)
Spécial semaine boîte à demandes !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Frankie And Johnny
2. Come Along
3. Petunia The Gardener’s Daughter
4. Chesaywhat Every Woman Lives For
5. Look At Broadway
6. Beginner’s Luck
7. Down By The Riverside/when The Saints Go Marchin I
8. Shout It Out
9. Hard Luck
10. Please Don’t Stop Loving Me
11. Everybody Come Aboard



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod