Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (410)

HAWKWIND - Hall Of The Mountain Grill (1974)
Par RED ONE le 23 Juillet 2012          Consultée 3319 fois

Misère. En 1974, HAWKWIND en est à son quatrième album studio et se paye encore le luxe, après l'épisode Doremi Fasol Latido, de nous sortir un album au titre complètement naze : Hall Of The Mountain Grill. Sérieusement, quand vous voyez cette sublime pochette futuriste vintage dessinée par Barney Bubbles et que vous lisez ce titre absolument grotesque, est-ce que celà vous fait penser à un barbecue savoyard ?! La vérité, c'est que nous avons affaire ici à un jeu de mots, hyper débile je vous l'avoue : il s'agit évidemment d'une référence au célèbre "In The Hall Of The Mountain King", morceau ultra-connu du compositeur norvégien Edvard GRIEG, tiré de son non-moins célèbre "Peer Gynt". Pourquoi un grill alors ? Eh bien c'est également une autre référence, mais à quelque chose de beaucoup plus trivial cette fois : il s'agit là de l'évocation d'un pub anglais, le Mountain Grill, situé sur la fameuse Portobello Road à Londres, et où le groupe avait ses habitudes dans les années 1970. Donc en gros, pour résumer : Edvard Grieg + Bistrot londonien douteux = titre absurde de l'un des albums MAJEURS de l'histoire du rock psychédélique. CQFD. Ces hippies, je vous jure, il faut qu'ils arrêtent avec la moquette ...

Plus sérieusement, nous sommes ici en présence de l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'équipage cosmique du vaisseau HAWKWIND. Bien sûr, les connaisseurs ne manqueront pas de préciser que le mythique Lemmy Kilmister est toujours là, mais il n'est pas le seul à demeurer présent en 1974. L'équipage du Hawk' vit en effet des années de stabilité durant cette période puisque le line-up du groupe de Dave Brock n'évolue que très peu : le seul changement notable est celui du remplacement de Michael "Dik Mik" Davies par Simon House aux synthétiseurs. C'est un changement notable étant donné que Simon House demeurera de nombreuses années avec HAWKWIND et sera présent sur de nombreux albums à venir.

Il est évidemment obligatoire de commencer à évoquer cet album en parlant de la terrible chanson d'introduction, "Psychedelic Warlords", un titre devenu depuis un grand classique du Hawk', sur lequel le groupe brille de mille feux cosmiques. Le décollage se fait en vitesse, avec un riff fonctionnant comme une ritournelle sur lequel le grand Lemmy appose une basse lourde et ronronnante. Le long passage psychédélique central permet en outre à Nik Turner de nous resservir ses envolées saxophoniques barrées. On plane. L'espace s'ouvre à nous. Le Hawk' peut dès lors passer à la vitesse supra-stratosphérique et c'est chose faite dès la seconde piste, "Wind Of Change", titre instrumental aérien quasi-orchestral de toute beauté où fleurissent des arrangements de violon intenses, renforcés par un synthétiseur magistral.

"D-rider" est alors un morceau permettant de repartir sur de nouvelles bases. Le vice-amiral Nik Turner dirige la manoeuvre alors que l'espace continue de défiler à toute berzingue dans nos oreilles qui ne savent dès lors plus à quel quasar se vouer. Les ambiances sont astrales, à la fois contemplatives et supra-luminiques, on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre lorsque l'on écoute cet album pour la première fois. On se laisse toujours surprendre par un passage inattendu, comme cette progression jazzy psychédélique sur "Web Weaver" ou bien cette introduction synthétique sur "You'd Better Believe It", morceau également speed s'il en est (et sur lequel Lemmy produit des choeurs remarqués) ...

L'album alterne souvent entre de nombreux moments de vitesse psychédélique pure et des instants plus posés, mais toujours soutenus par une rythmique très maîtrisée. Il est relativement difficile de classer tel ou tel morceau comme étant un morceau calme ou rapide. Tout n'est que vitesse, ralentissement puis retour à des passages de délire interstellaire pur. En témoignent encore une fois un titre démentiel tel que l'éponyme "Hall Of The Mountain Grill", duo de piano et de synthétiseur inquiétant. HAWKWIND atteint les cimes de la beauté intergalactique à de nombreuses reprises sur cet album, et nous sommes propulsés vers des cieux éthérés maintes et maintes fois. Sublime. Les aspects rock'n'roll ne sont pas en reste, en témoignent le titre final "Paradox" et surtout "Lost Johnny", moment de bravoure de Lemmy qui préfigure là encore les aspects blues martiaux de son futur groupe MOTÖRHEAD (Lemmy reprendra d'ailleurs ce morceau sur le premier album de Motörhead enregistré en 1975, On Parole). Du grand art ...

Pour conclure, il convient évidemment de préciser que Hall Of The Mountain Grill constitue, avec In Search Of Space (1971) et Doremi Fasol Latido (1972), le troisième épisode d'une trilogie studio essentielle dans l'histoire de HAWKWIND et du rock psychédélique. Avec Hall Of The Mountain Grill s'achève la trilogie classique du space rock (qui peut bien sûr être augmentée d'un quatrième disque par l'ajout du cultissime live Space Ritual sorti quelques mois plus tôt en 1973), celle que tous les fans de musique complètement barrée influencée par la prise de stupéfiants doivent absolument avoir écouté au moins une fois. En revanche, ce ne sera pas totalement la fin d'une époque pour HAWKWIND, puisque le line-up présent sur cet album (moins Del Dettmar) donnera deux années plus tard un successeur à ce disque, le malheureusement trop méconnu Warrior On The Edge Of Time. Affaire à suivre, donc !

5/5, sans hésiter !

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKWIND
25 Years On (hawklords) (1978)
Les Hawklords changent provisoirement d'identité




HAWKWIND
In Your Area (1999)
"Are you ready to flyyyyy with the Hawklords ?"


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitares, synthétiseurs)
- Lemmy Kilmister (basse, chant, guitares)
- Nik Turner (saxophone, flûte, chant)
- Simon House (synthétiseur, mellotron, violon)
- Del Dettmar (claviers, synthétiseurs)
- Simon King (batterie, percussions)


1. The Psychedelic Warriors (disappear In Smoke)
2. Wind Of Change
3. D-rider
4. Web Weaver
5. You'd Better Believe It
6. Hall Of The Mountain Grill
7. Lost Johnny
8. Goat Willow
9. Paradox



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod