Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Michael Schenker , Rainbow, Shane Gaalaas , Asia Featuring John Payne, Deep Purple, Hiromi, Eloy, Phantom V, Rock Wolves, Paul Raymond Project , Ozzy Osbourne , Kottak, Wolfpakk, House Of Leaf, Mad Max
- Style + Membre : Scorpions, Ufo, House Of X, Black Sabbath, Herman Rarebell , Joe Lynn Turner
 

 Michael Schenker Himself (513)

MSG - Written In The Sand (1996)
Par GEGERS le 11 Décembre 2013          Consultée 1444 fois

Michael Schenker est le genre de mec qui peut décider, sur un coup de tête, de partir s'installer au Japon, au Royaume-Uni, ou au fin fond du Nevada, en mettant tous les membres de son groupe à la porte. Un comportement totalement imprévisible qui lui a causé de nombreux déboires par le passé. C'est assez gênant en effet, de claquer la porte de UFO en plein milieu d'un concert, ou de faire faux bond aux Scorpions 3 jours après le début d'une nouvelle tournée. C'est bien entendu cette instabilité qui a tant porté préjudice au blond germain, et lui a empêché d'atteindre le statut d'icône de la six-cordes qu'ont acquis nombre de guitaristes bien moins compétents. Malgré tout, c'est également ce comportement qui a permis au virtuose de se remettre en question, de ne pas s'enfermer dans une routine, et de proposer toujours une musique neuve et fraîche.

Après la fin de la période McAuley/Schenker Group, le guitariste débute une période faite de doutes et d'insécurité. Plongé dans l'alcool, Michael cherche à se trouver un nouvel objectif de vie, et tente d'adapter une philosophie basée sur l'étude du divin et la reconnaissance, permanente, d'être en vie. L'album instrumental Thank You, publié en 1993, voit le virtuose s'éloigner un temps de la guitare électrique pour proposer un album frappé du sceau du mal-être. Malgré tout, après un (nouveau) court passage au sein des Scorpions en 1993, le Mad Axeman semble parvenir à sortir la tête de l'eau : il enregistre un nouvel album avec UFO en 1995 (le formidable Walk On Water) et décide de remettre sur pied le MSG, dans une toute nouvelle mouture. Pour l'accompagner dans sa nouvelle aventure musicale, Michael s'adjoint les services des mercenaires Barry Sparks et Shane Gaalaas, d'excellents musiciens régulièrement associés aux activités musicales des anciens membres de Scorpions, et recrute un jeune chanteur suédois, Leif Sundin. Si ce choix peut surprendre, la voix claire et légère du chanteur semblant bien loin de la puissance d'un Robin MacAuley ou du groove bluesy d'un Gary Barden, le jeune vocaliste assure comme un chef sur cette huitième réalisation studio du MSG.

Written in the Sand est à la discographie du MSG ce que Walk on Water est à la discographie de UFO : un album qui met fin à une période de disette, et possède suffisamment d'attraits pour faire bonne figure dans une période où le hard rock n'est plus à la fête. Ce nouvel album permet de construire un pont entre les aspirations nouvelles de Michael Schenker et les influences passées dont l'empreinte reste encore très présente. Le ton est plus posé, peut-être un peu plus rock ou classic rock que vraiment hard rock sur cet opus. Michael Schenker parvient à se faire toujours mordant et énergique, à l'image de « Brave new world » ou « Love never dies », qui n'ont rien à envier au MSG des années 80. Et que dire de l'instrumental « Essenz », qui constitue une sorte de « Into the Arena » pt. 2 ! Le talent de Michael est intact sur cette pièce virtuose mais pas trop, marquée par la présence de soli limpides comme de l'eau de roche, tout bonnement imparables. Le blond germain semble néanmoins décider à évoluer vers des sphères plus calmes et posées, basées sur l'omniprésence des mélodies et une certaine légèreté de ton, parfaitement apportée par le chanteur Leif Sundin. Sur le mid-tempo « I believe », Michael donne tout d'abord l'impression de vouloir proposer un titre lourd et agressif, alors que le morceau se transforme rapidement en une fausse ballade quasi-progressive dans sa construction. Le morceau « Written in the Sand », mid-tempo tout en groove, surprend par son refrain quasi-céleste, et surtout imparable, qui permet de jauger de l'apport de Leif Sundin dans cette nouvelle mouture (éphémère) du MSG. L'alambiqué « I will be there », le rugueux « Take me through the night » ou le plus moderne « Down the Drain », qui prend déjà des allures de « Be aware of Scorpions » (2001) viennent achever l'album sur une note légèrement moins marquante, mais néanmoins rassurante : Michael Schenker, malgré les nombreux écueils de son existence, reste en 1996 ce musicien et compositeur incroyable, qui ne parvient pas à tutoyer la médiocrité, même au plus bas de sa forme. Un album pas forcément essentiel, mais sympathique pour avoir une vue légèrement différente, plus posée et ancrée dans son époque, de la musique du Mad Axeman.

3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAD MAX
Interceptor (2013)
Hard rock. Tout est dit.




BONFIRE
Don't Touch The Light (1986)
Que la lumière soit


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Leif Sundin (chant)
- Michael Schenker (guitare)
- Barry Sparks (basse)
- Shane Gaalaas (batterie)


1. Brave New World
2. Cry No More
3. I Believe
4. Back To Life
5. Written In The Sand
6. Essenz
7. Love Never Dies
8. I Will Be There
9. Take Me Through The Night
10. Down The Drain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod