Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Michael Schenker , Rainbow, Shane Gaalaas , Asia Featuring John Payne, Deep Purple, Hiromi, Eloy, Phantom V, Rock Wolves, Paul Raymond Project , Ozzy Osbourne , Kottak, Wolfpakk, House Of Leaf, Mad Max
- Style + Membre : Scorpions, Ufo, House Of X, Black Sabbath, Herman Rarebell , Joe Lynn Turner
 

 Michael Schenker Himself (482)

MSG - M.s.g. (1992)
Par GEGERS le 24 Juin 2013          Consultée 1539 fois

L'alcool n'est pas le meilleur allié d'un jugement éclairé. Au début des années 90, les substances éthyliques et l'arrivée de jeunes loups aux dents longues venus de Seattle, à l'origine de cette scène éphémère que l'on appellera grunge, ont raison du libre-arbitre de Michael Schenker, qui accepte toutes les concessions demandées par son management pour continuer de vivre le rêve américain. Face à ces jeunes merdeux encore boutonneux, la vieille garde du rock se voit forcée de s'adapter, sous peine de disparaître. Pour le MSG, cela donne l'album M.S.G., aujourd'hui considéré comme l'album de tous les regrets pour Michael Schenker et son ancien comparse Robin McAuley. Après deux albums couronnés d'un succès à la fois artistique et commercial (quelle perle que ce Save Yourself !), le MSG change de management pour rejoindre l'écurie West Bank, responsable du succès de groupes tels que Vixen ou Ratt, entre autres.

Le premier changement s'effectue au niveau du line-up. Exit le bassiste Rocky Newton et le batteur Bodo Schopf. Pour remplacer le premier, Jeff Pilson, ex-Dokken. Pour tenir les fûts, Robin McAuley suggère de faire appel au batteur James Kottak, ex-Kingdom Come et futur Scorpions. Un choix judicieux qui permettra au MSG de se reposer sur une section rythmique compétente et sur des musiciens agréables, qui rendront les sessions d'enregistrement faciles à vivre, ce qui n'est pas toujours le cas pour le Mad Axeman. Au moment de s'atteler à l'écriture de ce M.S.G., un management désireux de garantir le succès de son poulain fait appel à des plumes extérieures. Ainsi, si la majorité des morceaux de l'album se voit composée par le tandem Schenker / McAuley, c'est avec Jesse Harms, ancien claviériste de Sammy Hagar, que Robin McAuley écrit « When I'm Gone », titre ultra-commercial destiné à devenir le single de l'album. Si le choix d'une power-ballad en guise de vitrine ne satisfait guère Schenker, ce dernier se voit contraint de l'accepter, lui aussi désireux de concrétiser ses nombreux efforts pour tenter de percer sur le marché américain.

Le single n'empêchera pas à l'album de faire moins bien que ses prédécesseurs en termes de ventes, la faute à une conjoncture peu favorable et à ce goût d'inachevé que dégage ce M.S.G. L'album contient pourtant ce qu'il faut d'énergie, de mélodies accrocheuses et de soli affûtés pour séduire les amateurs exigeants. « Eve », avec son irrésistible groove et son refrain fédérateur, montre de quoi le duo Schenker/McAuley est capable : un hard rock inspiré et dantesque, dans la droite lignée de celui proposé sur l'album précédent du MSG. Quelques éblouissements viennent ainsi parcourir l'album : le mid-tempo tubesque « We Believe in Love », qui témoigne d'un grand soin apporté au chant et aux lignes de guitares, le brûlot « Crazy », la sympathique « Lonely Nights » dont le riff syncopé préfigure l'orientation de style future du Mad Axeman, ou encore la splendide ballade « Never Ending Nightmare », chef-d’œuvre de composition qui mérite à elle-seule que l'on se procure cet album.

Le reste se veut plus passe-partout, inspiré et convaincant mais légèrement tiré vers le bas par cette volonté évidente de proposer du tube pour du tube, tant et si bien que l'on en retient pas grand-chose. Devant l'évidence que le MSG ne deviendra jamais le nouveau Bon Jovi, Robin McAuley préfère mettre les voiles et placer sa carrière en sommeil pour se concentrer sur sa vie familiale. Avant les adieux du McAuley/Schenker Group, deux sorties verront le jour dans le courant de l'année 1992 : un mini-album et un live, tous deux acoustiques, qui donneront l'envie à Michael Schenker de donner naissance à sa fameuse série des Thank You. La tête dans l'alcool, le guitariste rejoindra également de nouveau un temps les Scorpions, à l'occasion de leur tournée pour l'album Face the Heat, ce qui permettra à Michael, par le biais de son frangin protecteur Rudolf, de retrouver la force de donner une suite à l'aventure MSG.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


WOLFPAKK
Rise Of The Animal (2015)
13 ² à table !




SCORPIONS
Virgin Killer (1976)
Gare aux tueurs de vierges !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Robin Mcauley (chant)
- Michael Schenker (guitare)
- Jesse Harms (claviers)
- Jeff Pilson (basse)
- James Kottak (batterie)


1. Eve
2. Paradise
3. When I'm Gone
4. This Broken Heart
5. We Believe In Love
6. Crazy
7. Invincible
8. What Happens To Me
9. Lonely Nights
10. This Night Is Gonna Last Forever
11. Never Ending Nightmare



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod