Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Michael Schenker , Rainbow, Shane Gaalaas , Asia Featuring John Payne, Deep Purple, Hiromi, Eloy, Phantom V, Rock Wolves, Paul Raymond Project , Ozzy Osbourne , Kottak, Wolfpakk, House Of Leaf, Mad Max
- Style + Membre : Scorpions, Ufo, House Of X, Black Sabbath, Herman Rarebell , Joe Lynn Turner
 

 Michael Schenker Himself (529)

MSG - Arachnophobiac (2003)
Par GEGERS le 9 Mars 2014          Consultée 1263 fois

Le début des années 2000 est assez mouvementé par Michael Schenker, dont la santé physique et mentale soulève de nombreuses questions. Auteur d'un album médiocre avec son MSG (Be Aware of Scorpions, en 2001), démissionnaire pour la troisième fois de son poste au sein de UFO (décidément, Phil Mogg et Michael se seront toujours entendus comme chien et chat), l'ange blond de la six-cordes semble en bien mauvais état. Pourtant, après une année 2003 effectivement éprouvante, le bonhomme va parvenir à se rassembler de nouveau et à donner naissance à Arachnophobiac, un album peu remarqué mais pourtant fort remarquable !

Toujours installé aux Etats-Unis, Michael Schenker décide (à nouveau) de renouveler son équipe. Pas intégralement, puisque le chanteur Chris Logan, qui s'en ira avec pertes et fracas durant la tournée suivante, est toujours de la partie. Pour composer sa section rythmique, Michael fait cette fois appel au batteur Jeremy Colson (Steve Vai) et au bassiste Stuart Hamm (Joe Satriani, Steve Vai), deux requins de studio au pedigree enviable, habitués des dieux de la six-cordes. Si les deux musiciens effectuent leur boulot, en brillant par leur solidité plus que par leur virtuosité (qui reste chasse gardée du maître), on apprécie néanmoins ce son rond d'une basse fort bien mise en valeur dans le mix final.

Arachnophobiac, l'album, fait pour sa part partie des quelques opus du MSG injustement oubliés, tout comme l'excellent The Unforgiven paru quelques années plutôt. Voici pourtant un album qui mérite d'être réhabilité, tant il montre un Michael Schenker à la fois inspiré et totalement maître de sa six-cordes. Là où Be Aware of Scorpions avait (il faut le reconnaître) l'audace d'expérimenter, Arachnophobiac se positionne en terrain connu, et se pose en écho aux albums de UFO publiés à la même époque, même s'il bénéficie d'une énergie accrue par rapport aux sorties mollassonnes enregistrées avec Phil Mogg et son groupe. Du bon hard rock, en somme, à l'image de ce que l'artiste propose avec l'enlevé "Illusion", au tempo rapide et aux mélodies efficaces ou avec "Alive" et sa rythmique enflammée. L'album se situe ainsi quelque part entre le feeling hard US de Written in the Sand, le sérieux de The Unforgiven et le groove de Walk on Water, dernier excellent album de UFO auquel ait participé Schenker (1995).

L'album reste essentiellement composé de titres mid-tempo qui favorisent l'impact des mélodies et des riffs à la vacuité d'une démonstration technique. Michael Schenker propose néanmoins un volume de soli important (deux par titre en moyenne), qui témoignent du groove intact de la part du guitariste, qui parvient à insuffler une vie à ses morceaux. Il y a sur cet album de quoi satisfaire les fans les plus acharnés du teuton : "Evermore", qui ouvre l'album de fort belle manière, le morceau-titre "Arachnophobiac" et son refrain dantesque, "Rock'n'roll believer" et son feeling très 80's, ou la ballade "Over now", dont la beauté pure rappelle la classe de "Forever and more", sont à classer dans ce que le blondinet a produit de plus convaincant dans le courant des années 2000.

Reste ce petit couac : pourquoi diable Michael Schenker est-il allé chercher le guitariste Jeff Watson (Night Ranger) qui interprète 4 soli sur l'album ? Manque d'inspiration, envie de faire plaisir à un pote ? Reste que si Watson est un guitariste très compétent (dont le style est, d'évidence, fortement inspiré par celui de Michael), sa présence reste encore aujourd'hui inexpliquée. Pas de quoi néanmoins nuire au plaisir d'écoute d'un album chaudement recommandable du MSG qui, malgré les démons et les abus de Michael Schenker reste, tout du moins sur cet album, une valeur sûre du hard rock des années 2000.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Byte The Bullet (2017)
Un lendemain qui chante.




PRIVATE LINE
Dead Decade (2011)
Les hard rockers venus du froid


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Michael Schenker (guitare)
- Chris Logan (chant)
- Stuart Hamm (basse)
- Jeremy Colson (batterie)


1. Evermore
2. Illusion
3. Arachnophobiac
4. Rock N Roll Believer
5. Into The Sands Of Time
6. Weathervane
7. Over Now
8. One World
9. Break The Cycle
10. Alive
11. Fatal Strike



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod