Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 The Michael Schenker ...
1981 Msg
1982 One Night At Budokan
  Assault Attack
1983 Built To Destroy
1984 Rock Will Never Die
1987 Perfect Timing
1989 Save Yourself
1996 Written In The Sand
1997 The Michael Schenker Sto...
2006 Twenty Five Years Cel...
2018 Resurrection [michael...
 

- Membre : Michael Schenker , Rainbow, Shane Gaalaas , Asia Featuring John Payne, Deep Purple, Hiromi, Eloy, Phantom V, Rock Wolves, Ted Nugent, Paul Raymond Project , Ozzy Osbourne , Kottak, Wolfpakk, Mad Max, House Of Leaf
- Style + Membre : Ufo, House Of X, Scorpions, Black Sabbath, Joe Lynn Turner , Herman Rarebell
 

 Michael Schenker Himself (579)

MSG - Perfect Timing (1987)
Par GEGERS le 14 Mai 2013          Consultée 2363 fois

Début 1985, Michael Schenker n'est plus qu'un virtuose esseulé, et passablement alcoolisé. Las d'attendre la venue d'un nouveau chanteur aux allures de messie, las d'effectuer des dizaines d'auditions pour recruter de nouveaux musiciens, las de l'instabilité du blond germain, le batteur Tod McKenna décide à cette époque de quitter un navire qui sombre corps et bien. Pour le guitariste, pas question d'aller de nouveau, comme en 1979, frapper à la porte des Scorpions, qui vivent pour leur part leur rêve américain. Impossible d'aller ramper devant Phil Mogg et tenter de réintégrer un UFO lui-aussi moribond. Impossible de se lancer dans une carrière solo, nécessitant un minimum de rigueur et de stabilité, deux choses qui font alors défaut à Michael. Après quelques années de galère, la salvation viendra d'un Irlandais à la voix d'or, Robin McAuley. Initialement contacté en 1985 pour remplacer Gary Barden, le chanteur apportera avec lui une motivation et une envie d'en découdre bienvenues. Des liens d'amitié se tissent rapidement entre les deux hommes, et la machine MSG se met de nouveau en route. Non pas le Michael Schenker Group, enterré corps et bien, mais le MCAULEY / SCHENKER GROUP, comme indiqué en petits caractères sur la couverture de ce Perfect Timing, au-dessus d'un logo qui lui n'a pas changé.

Sous l'impulsion de son management, le duo s'installe à Los Angeles, alors eldorado des groupes européens en matière de hard rock, et recrute de nouveaux musiciens compétents, parmi lesquels le bassiste Rocky Newton qui apportera dans sa besace quelques idées de compositions. Bien décidé à réussir aux États-Unis, quitte à orienter son hard rock vers un hair metal alors très en vogue, Michael Schenker accepte de se mettre en retrait dans son propre groupe, quitte à devenir un simple exécutant plutôt qu'un leader. La pochette de Perfect Timing, qui montre Robin McAuley au premier plan et Michael Schenker en retrait, dans l'ombre, symbolise parfaitement l'organisation du groupe à l'époque. Plus surprenant encore, l'album débute, c'est une première, sur un titre écrit sans le virtuose teuton ! « Gimme Your Love », signé Newton / McAuley, pose les bases du nouveau visage du MSG : un hard rock calibré pour passer sur les ondes, policé et maîtrisé. La guitare de Michael Schenker se fait plus domptée, et n'éclabousse plus les compositions de touches discrètes mais flamboyantes. Un solo, c'est tout. L'accent est mis sur les refrains et les chœurs, ainsi que sur la voix de Robin McAuley. Ce dernier, fort de son expérience acquise au sein du mésestimé groupe Grand Prix, pose ses lignes vocales avec une précision et une classe bluffante, et s'impose comme l'intérêt principal de l'album. Le MSG a trouvé sa nouvelle force motrice.

Niveau compositions, Perfect Timing se fait vecteur d'un hard rock tubesque, majoritairement en-dessous de la ceinture, énergique et inspiré. L'excellent « No Time for Losers », qui voit Michael Schenker se décoincer plus ostensiblement, le brûlot « Get out » aux guitares acérées, ou encore la power-ballad « Time » dépassent, si on les compare, la plupart des titres de Built to Destroy. Apportant une variété bienvenue, « I Don't Wanna Lose You » et ses sonorités électro-acoustiques ou « Don't Stop Me Now », qui met en avant des claviers jusqu'alors discrets, participent à rendre intéressant un album aux allures de renouveau. L'alchimie entre Schenker et ses nouveaux comparses fonctionne à merveille, et si l'album ne contient pas de tube qui aurait pu permettre au groupe de se hisser en haut des charts US, il reste une collection très réussie de morceaux certes formatés, mais résolument inspirés et faisant honneur à la carrière encore jeune mais déjà très riche du MSG.

Si ce n'est que sur l'album suivant, Save Yourself, que le MCAULEY / SCHENKER GROUP prendra véritablement son envol, Perfect Timing est, comme son titre l'indique, un album arrivé au bon moment pour remettre sur les rails le blond Germain qui, en s'exposant moins, parvient à réduire la pression et, ô miracle, à maintenir un line-up globalement stable sur une durée de quelques années. C'est en soi un véritable exploit.

3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


GOTTHARD
G. (1996)
Comme un poing dans la gueule.




SCORPIONS
Taken By Force (1977)
La force est avec eux...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Robin Mcauley (chant)
- Michael Schenker (guitare)
- Mitch Perry (guitare)
- Rocky Newton (basse)
- Bodo Schopf (batterie)


1. Gimme Your Love
2. Here Today-gone Tomorrow
3. Don't Stop Me Now
4. No Time For Losers
5. Follow The Night
6. Get Out
7. Love Is Not A Game
8. Time
9. I Don't Wanna Lose
10. Rock 'til You're Crazy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod