Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 15)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Pretties For You
1970 Easy Action
1971 Love It To Death
  Killer
1972 School's Out
1973 Billion Dollar Babies
  Muscle Of Love
1974 Greatest Hits
1975 Welcome To My Nightma...
1976 Alice Cooper Goes To ...
1977 Lace And Whiskey
  The Alice Cooper Show
1978 From The Inside
1980 Flush The Fashion
1981 Special Forces
1982 Zipper Catches Skin
1983 Dada
1986 Constrictor
1987 Raise Your Fist And Y...
  The Nightmare Returns
1989 The Beast Of Alice Coope...
  Trash
1990 Trashes The World
1991 Hey Stoopid
1994 The Last Temptation
  The Last Temptation
1997 A Fistful Of Alice
1999 The Life And Crimes Of A...
  Welcome To The Nightmare...
2000 Brutal Planet
  Brutally Live
2001 Dragontown
  The Definitive Alice Coo...
2003 The Eyes Of Alice Coo...
2005 Dirty Diamonds
2006 Live At Montreux 2005
2008 Along Came A Spider
2009 Keepin' Halloween Alive
2010 Theatre Of Death : Live ...
2011 Welcome 2 My Nightmar...
2014 Raise The Dead: Live Fro...
2017 Paranormal
2021 Detroit Stories
 

- Style : Aerosmith
- Membre : Black Star Riders, Suicidal Tendencies
 

 Site Officiel (743)

ALICE COOPER - Dada (1983)
Par NESTOR le 1er Novembre 2021          Consultée 378 fois

En 1983, ALICE COOPER est au fond du trou. Alcoolique, désocialisé, incapable de prendre la moindre décision, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Bob Ezrin, le producteur des riches heures du chanteur, est alors chargé par Warner, à qui ALICE doit un dernier disque, de le remettre en selle. Il récupère un zombie qu’il traîne en studio pour lui faire enregistrer ce qui est à ce jour un des albums les plus atypiques de sa carrière. Difficile d’attendre beaucoup de cet album dont ALICE COOPER lui-même ne garde aucun souvenir de la conception. Est-ce qu'il en profite pour alimenter sa légende ? Toujours est-il qu'il se déclare incapable d’expliquer comment s’est déroulé l’enregistrement et de donner des indications sur la signification des titres qui composent ce Dada, ce qui n'est pas commun !

Pour autant, et surtout en prenant en compte ce contexte, ce quinzième album d’ALICE comporte de très bons moments. Mais pour entrer dans cet album si atypique et le comprendre, il faut d’abord passer outre l’intro à rallonge, signée Bob Ezrin, qui à grands coups de clavier 'cheap' présente un ALICE COOPER devisant avec son psy. Le seul intérêt de ce morceau est de planter le décor général et d'annoncer la thématique de l’album. Mais quelle bien mauvaise entrée en matière !
Le second morceau, "Enough's Enough", déluré et primesautier, n’est pas beaucoup plus rassurant.
Heureusement, la suite se révèle bien plus riche et intéressante. Notamment avec le sublime et lugubre "Former Lee Warmer" qui, sous couvert de dépeindre les affres d’un enfant chargé de soutenir son frère, un monstre né aux tendances cannibales, isolé par ses parents dans le grenier, se trouve être absolument charmeur. Cette dualité entre des textes d’une noirceur et d’une introspection très dures, et des musiques généralement assez légères et accessibles, est une quasi constante de DaDa. S’éloignant un peu du style grand-guignolesque qu’il affectionnait depuis quelques années, le Coop' se montre ici beaucoup plus cynique et direct. A de rares exceptions près ("No Man’s Land", "I Love America"), ses textes, qui tournent autour de l’enfance, de l’alcool et de la détresse, se révèlent froids et crus.
"Scarlet And Sheba", avec son intro arabisante, ses arrangements pompeux et son refrain planant, dégage une atmosphère singulière aux relents de beauté funeste. COOPER tutoie alors son meilleur niveau. Il en va de même avec la superbe ballade "Pass The Gun Around" dans laquelle on a le sentiment qu'il prend du recul sur son alcoolisme en comparant une bouteille d’alcool à un revolver. Difficile de ne pas penser que ce titre malsain soit autobiographique. ALICE COOPER s’y montre touchant et poignant. La sincérité qui transpire de ses vocaux et la qualité des parties de guitare de son vieux complice de route, Dick Wagner, font de ce morceau un petit chef-d’œuvre. Le titre s’achève en un final des plus surprenants et réussis, qui conclut de manière assez théâtrale l’analogie servant de structure à la chanson.

Malheureusement, aux côtés de ces excellents titres, nous devons tout de même supporter quelques morceaux bien plus dispensables à l’instar de "Dyslexia", voire des titres franchement mauvais comme le funkisant "Fresh Blood", dégoulinant de synthétiseurs, et qui ne font qu’encombrer et affaiblir l’ensemble.
Malgré des qualités artistiques indéniables, l’album n’a bénéficié d’aucune promotion et est sorti dans l’indifférence générale. Il faut dire que son géniteur n'était pas en mesure d'en assurer le service après-vente. C'est bien dommage car, de ce fait, il reste dans l’esprit de beaucoup comme le quatrième d’une série d’albums (après Flush The Fashions en 1980, Special Forces en 1981 et Zipper Catches Skin en 1982), qu’ALICE COOPER bâcla sous l’emprise de l’alcool. Pour autant, on peut également y voir un album courageux, aventureux, dans lequel Vincent Furnier renoue avec le Rock de ses débuts en y ajoutant un savoir-faire expérimental de grande classe et un sens artistique indéniable.
Même en pilotage automatique, ALICE se révèle un artiste avec qui il faut compter.
La pochette est très clairement inspirée du tableau "Marché d’esclaves avec apparition du buste invisible de Voltaire" de Salvador DALI. Il est indifféremment possible d'y voir le buste de Voltaire ou bien deux individus qui, pour certains, ressembleraient à ALICE COOPER, même si ce dernier point semble loin d'être évident.
Pour l’anecdote, on retrouve Richard Kolinka (TELEPHONE) à la batterie sur trois des morceaux de DaDa (les autres parties de batterie étant principalement le fruit de batteries électroniques). En effet, l’année précédente, le groupe français avait enregistré Dure Limite sous la houlette de Bob Ezrin.

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


Axel BAUER
C'est Malin (2021)
Axel allume la lumière, et c’est magnifique




La SOURIS DEGLINGUEE
La Citée Des Anges (1984)
L'album de la transition


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
   NESTOR

 
   (2 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Dick Wagner (guitare, basse, chœurs)
- Bob Erzin (claviers, programmation, batterie, percus)
- Graham Shaw (claviers, chœurs)
- Richard Kolinka (batterie : 3,6,9)
- John Anderson (batterie : 8)
- Prakash John (basse : 8)
- Karen Hendricks, Lisa Dalbello (chœurs)


1. Dada
2. Enough's Enough
3. Former Lee Warner
4. No Man's Land
5. Dyslexia
6. Scarlet And Sheba
7. I Love America
8. Fresh Blood
9. Pass The Gun Around



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod