Recherche avancée       Liste groupes



      
MAINSTREAM VENIMEUX  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Pretties For You
1970 Easy Action
1971 Love It To Death
  Killer
1972 School's Out
1973 Billion Dollar Babies
  Muscle Of Love
1974 Greatest Hits
1975 Welcome To My Nightma...
1976 Alice Cooper Goes To ...
1977 Lace And Whiskey
  The Alice Cooper Show
1978 From The Inside
1980 Flush The Fashion
1981 Special Forces
1982 Zipper Catches Skin
1983 Dada
1986 Constrictor
1987 Raise Your Fist And Y...
  The Nightmare Returns
1989 The Beast Of Alice Coope...
  Trash
1990 Trashes The World
1991 Hey Stoopid
1994 The Last Temptation
  The Last Temptation
1997 A Fistful Of Alice
1999 The Life And Crimes Of A...
  Welcome To The Nightmare...
2000 Brutal Planet
  Brutally Live
2001 Dragontown
  The Definitive Alice Coo...
2003 The Eyes Of Alice Coo...
2005 Dirty Diamonds
2006 Live At Montreux 2005
2008 Along Came A Spider
2009 Keepin' Halloween Alive
2010 Theatre Of Death : Live ...
2011 Welcome 2 My Nightmar...
2014 Raise The Dead: Live Fro...
2017 Paranormal
 

- Style : Aerosmith
- Membre : Black Star Riders, Suicidal Tendencies
 

 Site Officiel (446)

ALICE COOPER - From The Inside (1978)
Par LONG JOHN SILVER le 20 Juillet 2016          Consultée 915 fois

D’abord le piano, puis le groupe entre au son d’un thème pour guitares en fusion quand une basse slappée martèle le tempo. Bienvenue à l’intérieur de l’asile où Alice (qui ne boit jamais d’alcool au fait) tente de s’échapper de l’emprise de Vincent Furnier, lequel passe tout son temps à picoler. From The Inside est probablement un des disques les plus controversés du Coop, sinon LE plus controversé. Il compte nombre de détracteurs – aussi chez les fans – et après tout il s’agit d’un disque de variété pop-rock interprété par des requins qu’on retrouve chez Toto (Lukhater, Hungate, Kimball) ou Elton John (Johnstone, Murray,Dee), conçu en étroite collaboration avec le parolier Bernie Taupin en rupture (provisoire) d’association avec ce même brave Elton. Produit par David Foster, futur responsable d'un tas de bouses FM. Toussa a de quoi faire frémir. Pourtant : « des préjugés, tu te méfieras », dixit Maître Yoda alors que From The Inside expose en lumière le côté sombre de la farce Alice Cooper. La potion est sirupeuse mais étrange. Addictive. Et le fidèle collaborateur Dick Wagner est toujours derrière pour assurer une forme de continuité.

Durant son séjour en HP pour soigner sa dépendance à l’alcool, Alice observe la faune humaine qui l’entoure, prend des notes, décide de s’en servir comme trame sur son futur disque dont il finalisera les textes avec Taupin, aussi ex-partenaire de boisson au sein du club des Hollywood Vampires*. Un mot sur la pochette de l’objet : le visage d’Alice maquillé, pris en gros plan, ses pupilles reflètent un groupe constitué des psychotiques qui l’entourent. Des personnages qu’on découvrira en suivant le fil de l’écoute de l’album. Ce n’est pas tout, l’ouverture de battants, découpée en son milieu, nous fait pénétrer dans le hall de l’asile, si la mise en scène semble burlesque ce qu’elle dévoile ne laisse pas indifférent. Au fond du hall s’ouvre une autre porte, celle de la chambre d’isolement où est enfermé Alice dans un état inquiétant, sur son revers on peut lire un message adressé à « Moonie », Keith Moon, décédé deux mois avant la publication de FTI, lui aussi membre des Vampires. Sur le dos de la pochette, c’est la porte battante de l’établissement qui s’ouvre. Alice et les malades mentaux s’en vont radieux au dehors, brandissant un imprimé titrant en très gros lettrage « RELEASED ». Ce qui rend la découverte du disque déjà nettement plus attractive que les supposés grands noms crédités.

Alice entouré par d’authentiques individus, des vrais gens, plus ou moins marbrés, psychologiquement en piètre état, nous fait partager son regard, celui halluciné de la pochette qu’il pose sur pareil sujets. Bien entendu, il ne s’épargne pas ni ne prend personne de haut, on décèle l’humour noir plus que l’ironie derrière une façade sonore toujours plus mainstream. Erzin s’en est allé, pas la folie des grandeurs. La revue commence sur un rythme disco/funk, Alice n’avait pas fait tellement différemment sur ses trois premiers opus solo. « From The Inside » est la descendante de « Welcome To My Nightmare », « Go To Hell » et « It’s Hot Tonight », on appréciera particulièrement les chœurs vicieux qui illustrent l’univers troublant dans lequel on pénètre. Alice, dépourvu de son make up, ne se reconnaît plus. La suite est une galerie de portraits étonnants où les textes souvent réalistes ou crus se posent en contre point d’une musique lisse en apparence. Parce que si on cherche la petite bête, on ne tarde pas à se rendre compte que si tout ceci est véritablement chiadé, certains choix et arrangements apparaîtraient aussitôt comme des suicides commerciaux pour ceusses dont les oreilles ont été éduquées par le seul hit parade. Aussi parce que mine de rien, il y a toujours de la place pour les grosses guitares.

Difficile de décrire ce disque autrement que par son menu, l’enchainement avec « Whish I Was Born In Beverly Hills » nous amène en terrain déjà plus rassurant, c’est un rock qui installe l’humour particulier de son auteur, c’est super bien fichu néanmoins il s’avère après écoutes que ce n’est pas ce qu’on retient de plus marquant dans l’édifice. « The Quiet Room » qui s’ensuit a tout pour horrifier les amateurs de rock’n’roll, il s’agit à la base d’une Eltonjohnerie honteuse. Pourtant ce titre fascine déjà davantage parce que s’insinue une balafre sur ce trop parfait visage, le malaise est omniprésent, Alice se trouve face à Vincent, un des deux doit disparaître, voire les deux. Aussi l’arrivée de « Nurse Rozetta » apporte une dimension sexuelle explicite bienvenue, les guitares se font drues sous l’impulsion d’un Lukather chauffé à blanc. Ce titre très rock est le deuxième sommet de l’album après l’éponyme. S’ensuit un troisième. « Millie And Billie » est conchiée "par" nombre d’amateurs du Coop, il s’agit encore une fois d’une chanson nettement inspirée par Sir Elton, chantée en duo avec Marcy Levy**. On note que sur ce disque Vincent/Alice utilise peu la voix de son personnage maléfique, c’est Vincent qui prend le dessus vocalement or ce qu’il raconte est peut-être davantage inquiétant. À commencer par l’histoire de ce couple qui chante son amour fusionnel sur une mélodie (trop) limpide. Cette ballade poignante ne tient qu’à un fil, c’est borderline comme la frontière entre le ridicule et le formidable. Or le titre bascule vers la deuxième option à mesure de sa progression, avec un final qui plonge en angoisse après que la résolution nous a dévoilé que ces deux tourtereaux sont deux dangereux psychopathes.

La deuxième face du vinyle commence par « Serious », un morceau à nouveau très rock où s’illustre Rick Nielsen de CHEAP TRICK, les riffs sont ciselés, il y a des chœurs de partout, mine de rien ça défouraille tout de même. J’avoue ensuite que « How You Gonna See Me Now », choisie comme single, plus que jamais frappée du sceau de Mr John, arrive comme du bubble gum dans le malt. Pourtant son texte est loin d’être niais, Alice se demande ce que va devenir son couple, s’il va s’adapter à une sobriété aussi inédite qu’angoissante. Heureusement « For Veronica’s Sake » revient secouer le cocotier, un des internés s’inquiète pour sa chienne placée dans un refuge pour animaux, il ne pense qu’à s’échapper afin de récupérer son animal qui risque l’euthanasie à court terme. Puis « Jacknife Johnny » relate l’amertume d’un vétéran du Vietnam, brisé par la guerre et encore (un peu) plus par son retour au pays. L’album s’achève en apothéose avec « Inmates (We’re All Crazy) », un des titres les plus baroques du Coop, avec une progression à tiroirs qui assume sa grandiloquence. Des chœurs juvéniles viennent se mêler à l’orchestration luxuriante. Le final répète la sentence « We’re All Crazy » sur fond de violons, une sacrément bonne idée que Bob Erzin repompera intégralement sur le final de « The Trial »*** un an plus tard.

Loin d’être la catastrophe annoncée, alors que Lace & Whiskey affichait de douloureux signes d’épuisement, From The Inside est un sursaut artistique déroutant dans la carrière d’Alice Cooper. Pourtant, cet album n’est pas fondamentalement différent de ses trois précédents disques solo. Il renoue avec la qualité et l’entrain constatés sur Welcome To My Nightmare et Alice Cooper Goes To Hell. Honnêtement, on ne croyait plus que le bonhomme nous surprendrait en poursuivant ce chemin, il nous fait mentir. Commercialement parlant, FTI fut une déception, trop déconcertant pour les fans. Avec le recul, cela reste une œuvre ambitieuse et franchement bien aboutie. Après quoi Alice s’orientera vers la new wave, renouera avec ses démons alcoolisés, mais pas que, en plongeant dans la poudre.


* Rendez-vous des rocks stars alcooliques dont Alice était le président
** Choriste d’Eric Clapton
*** Bob Erzin, producteur de PINK FLOYD The Wall en 1979, producteur de presque tous les disques du Coop jusque là avant de céder la place à David Foster

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Iggy POP
Post Pop Depression (2016)
Doctor Pop vs Mister Homme




Robert PLANT
Pictures At Eleven (1982)
Le visiteur du soir


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Alice Cooper (chant)
- David Hungate (basse)
- Dee Murray (basse)
- John Pierce (basse)
- Kenny Passarelli (basse)
- Lee Sklar (basse)
- David Hungate (basse)
- Rick Shlosser (batterie)
- Dennis Conway (batterie)
- Michael Ricciardella (batterie)
- Dick Wagner (guitare)
- Steve Lukather (guitare)
- Jay Gradon (guitare, synthétiseur)
- Davey Johnstone (guitare, choeurs)
- Rick Nielsen (guitare sur 6)
- David Foster (claviers)
- Marcy Levy (chant sur 5, choeurs)
- Bill Champlain (choeurs)
- Bobby Kimball (choeurs)
- Flo & Eddie (choeurs)
- Kiki Dee (choeurs)
- Sheryl Cooper (choeurs)
- Tom Kelly (choeurs)
- Totally Committed Choir (choeurs sur 10)


1. From The Inside
2. Wish I Was Born In Beverley Hills
3. The Quiet Room
4. Nurse Rozetta
5. Millie And Billie
6. Serious
7. How You Gonna See Me Now
8. For Veronica's Sake
9. Jacknife Johnny
10. Inmates (we're All Crazy)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod