Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Fun In Acapulco (1963)
Par ERWIN le 4 Février 2010          Consultée 3405 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Il fallait l'inventer, le Colonel Parker l'a osé... Après Honolulu, voila Acapulco... Le regard interdit, je lance avec embarras la lecture de ce disque aussi vert qu'un citron mexicain, mais au goût certainement moins prononcé. Bah ! le morceau d'ouverture voit Elvis tenter de concurrencer Luis Mariano, pas un drame mais le cœur du chroniqueur a tendance à s'emballer. Je me tiens prêt à me jeter sur ma bouée, que j'ai remisée loin de moi depuis quelques albums, j'ai peur... Et la suite ne me rassure guère : la comparaison avec le beau Luis de nos arrières grands-parents devient flagrante... les vocalises en moins. Dieu merci ! certaines choses seraient insupportables !... Damned ! il y a un titre qui s'appelle « Mexico », je rêve ! Pardonnez-moi, je cauchemarde... Finalement, ce n'est pas une resucée du « sublime » classique de Mariano ; je n'aurais pas pu supporter Elvis en train de roucouler « Mexicooooooo » à la Luis...

Soulignons que le bel Elvis ne vaut pas tripette en espagnol – il chante pourtant « Guadalajara » dans la langue de Cervantes.
Nous allons donc arrêter là sur les titres espagnols du King car aucun n'est mémorable. Mais au Mexique, il semblait impossible de ne pas croiser des mariachis (sur « Marguerita aïe aïe aïe ! ») ou autres festivités locales ! Tout comme à Hawaï... Et le résultat est... pire qu'à Hawaï... Si ! si ! c'est possible ! Souffrons en silence!

Le film est un sublime nanar, quelque peu sauvé par la présence de la torride Ursula Andress ; la B.O. est du même acabit, mais un morceau va néanmoins tirer votre chroniqueur de l'embarras : il s'agit de « Bossa nova baby ».
Non, non, non, ne vous inquiétez pas, ce n'est pas une bossa, bien au contraire. Ah ! ah ! enfin quelque chose de sympa à décrire. Car « Bossa nova baby » signe le grand retour de Jerry Leiber et Mike Stoller – « Jailhouse Rock », « Hound Dog » et « Heartbreak Hotel » c'est eux ! – parmi les auteurs-compositeurs qui entourent le King. La chanson propose un rythme d'enfer, renforcé par des chœurs « mexicains » et un orgue très original. Assurément une des meilleures performances d'Elvis à Hollywood question rock. Et l'on se prend à regretter l’absence de ces deux compositeurs auprès du King durant toutes ces années. On imagine sans peine l'apport conséquent que cela aurait représenté.
Ouf ! ça fait du bien de se réveiller au milieu de toute cette débauche de mexicaneries.

« You can't say no in Acapulco » est le seul autre morceau de l'opus qui va nous sauver d'une noyade implacable suite à ce naufrage en règle... Car naufrage il y a, et me revoilà avec ma chère et tendre bouée autour du cou. Damned, Elvis ! Acapulco ! Enfin le film dépeint les vicissitudes d'un ancien trapéziste qui a peur du vide mais qui finit pour l'amour de sa belle par plonger dans les tumultueux flots du Pacifique d'une hauteur terrifiante… Bla, bla, bla…
Vous admettrez avec moi que tout cela donne envie ! Croyez-moi, c'est même terrifiant à regarder ; pour passer une soirée d'horreur avec votre copine, oubliez les Freddy, Saw ou autres Blair Witch, matez plutôt ce Fun in Acapulco, où Elvis touche les tréfonds du ridicule... Sans malgré tout s'exploser la tête sur les rochers du Pacifique, ce que l'on se prend à regretter.

Donc malgré des trésors de patience et une mansuétude qui m'épate moi-même, je ne mettrai pas plus d'une étoile au disque mexicain du King. En revanche, « Bossa nova » vaut le détour. Mais une chanson potable par skeud, vous conviendrez que c'est insuffisant !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Gene VINCENT
Bluejean Bop (1956)
Be bop a lula... what else




Elvis PRESLEY
Loving You (1957)
Troisième album du King ! Un must


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Elvis Presley (chant)
- The Amigos (choeurs)
- The Jordanaires (choeurs)
- Scotty Moore, Tiny Timbrell, Barney Kess (guitare)
- Ray Siegel (basse)
- Dudley Brooks (piano)
- D.j. Fontana, Hal Blaine (batterie)
- Emile Radocchia (percussions)
- Anthony Terran, Rudolph Loera (trompettes)


1. Fun In Acapulco
2. Vino Dinero Y Amore
3. Mexico
4. El Toro
5. Marguerita
6. Bullfighter Was A Lady
7. In The Sports Car
8. I Think Im Gonna Like It Here
9. Bossa Nova Baby
10. You Can’t Say No In Acapulco
11. Guadalajara
12. Love Me Tonight
13. Slowly But Surely



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod