Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - On Stage (1969)
Par ERWIN le 12 Juin 2010          Consultée 2845 fois

Cet album On Stage est tout à fait particulier dans la discographie d’Elvis Presley. On note tout d’abord que son nom n’apparaît nulle part sur la pochette, dans le genre marketing élaboré… Mais surtout, l’album contient une quantité énorme de tubes certes, mais qui ne sont pas les siens, eh oui : des reprises ! On va y venir. Un exercice de style passionnant et révélateur des goûts du natif de Tupelo.

Le concert débute par une version endiablée de « See See Rider » qui devient en cette année 1970 la pierre inamovible de ses débuts de performance live. Un rock de bonne facture, mais on lui préfère sans aucun doute les vieux classiques. Personnellement, je lui préfère largement « Jailhouse Rock » ou « Blue Suede Shoes ».

Alors, en termes de reprises, nous avons ici le choix, et Elvis fait preuve de toute sa passion pour les musiques modernes en reprenant quelques-uns des standards les plus cotés de la concurrence. Ainsi John Fogerty ne cachera pas son bonheur de voir son idole reprendre le méga tube de Creedence Clearwater revival « Proud Mary », avec beaucoup de talent et d’entrain. Sans doute la reprise la plus réussie, Elvis aura d’ailleurs plaisir à la reprendre fréquemment sur scène.

« Sweet Caroline », la reprise de Neil Diamond, donne l’occasion au King de montrer sa belle voix grave mais on s’endort rapidement, ceci ne peut être le fond de commerce de notre Elvis. Beaucoup plus intéressante, sa version de « Runaway » ne peut laisser indifférent. Le pouvoir hypnotique du tube interplanétaire de Del Shannon trouve en Elvis un interprète à sa mesure, même si on admettra que cette version ne peut s’aligner sur l’originale. Elle est moins rock, moins entraînante, mais reste toutefois très agréable. « Polk Salad Annie », à l’instar de « See See Rider », va devenir un classique des concerts. Morceau plein de bonne humeur et très orchestré à grand renfort de cuivres omniprésents. Le King y retrouve certains gimmicks du sud des Etats-Unis, comme un accent traînaillant. Pour un résultat plus qu’excellent. Et puis ce n’est pas mon style, mais soyons donc chauvins pour une fois, car la présence de « Let It Be Me » nous permet un «cocorico !» de bon aloi. C’est Gilbert Becaud qui a du être content de voir son « Je t’Appartiens » repris par le plus grand chanteur de tous les temps –Bonjour les royalties-. Une reprise colorée et sympathique, avec des chœurs féminins, habitude dont Elvis commence à sérieusement abuser en concert.

Enfin, comment passer sous silence sa tentative sur « Yesterday ». Paul McCartney confessa ne pas s’être endormi pendant quelques jours car l’idée que le King Elvis aimait sa chanson et avait décidé de la reprendre, gravé sur un vinyle, ne lui sortait pas de la tête. Ok, mais, passé cet émoi compréhensible, tout cet amas de choeurs féminins, ses orchestrations pompeuses ont tendance à me prendre la tête, et j’avoue que j’aurais préféré une petite version plus intimiste avec une gratte ou un piano tout simple. Cela aurait eu le mérite de positionner la magique voix d’Elvis au centre des débats. Là, je la trouve noyée sous une tonne d’orchestration trop poussive. Bon, c’était la mode de l’époque…

En sus de ses innombrables reprises, l’album contient aussi son hit mondial, qui domina les billboards pendant quelques semaines : « The Wonder of You », une pseudo ode sirupeuse et sans aucun intérêt. Parée d’une orchestration purement variétoche, elle ne vous donnera pas envie de la réécouter, croyez-moi. Passons donc sous silence le succès de cette daube et félicitons-nous plutôt de la bonne tenue de l’album « On Stage » qui s’est finalement vendu à quelques 14 millions d’unités de par le monde. Score plus qu’honorable pour un opus presque exclusivement composé de reprises.

Un album spécial, à découvrir, qui contient quelques moments mémorables « Proud Mary », « Runaway », « Polk Sald Annie » ou cette curiosité qu’est « Let It Be Me ». Je le conseillerais a priori plutôt aux fans purs et durs, mais le contenu est original, donc qui sait ?

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


The PRETENDERS
Pretenders (1980)
The Great Pretender




Bob DYLAN
Highway 61 Revisited (1965)
Le prince de la folk se fait rockeur

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. See See Rider
2. Release Me
3. Sweet Caroline
4. Runaway
5. The Wonder Of You
6. Polk Salad Annie
7. Yesterday
8. Proud Mary
9. Walk A Mile In My Shoes
10. Let It Be Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod