Recherche avancée       Liste groupes



      
MUZAK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (465)
 Guide Jean-michel Jarre (505)

Jean-michel JARRE - Deserted Palace (1972)
Par WALTERSMOKE le 25 Novembre 2012          Consultée 2504 fois

Au début des années 70, malgré l'échec total du single La Cage, Jean-Michel JARRE commence à être sollicité comme compositeur, et pas pour de simples et humbles projets, loin de là. L'Opéra de Paris est sujet à une grande rénovation du plafond signé Chagall, et on fait appel au jeune homme pour composer un ballet, nommé Aor, pour la présentation de ce nouveau plafond. C'est une belle avancée pour JARRE, qui sera alors bien vu, et peut déjà se vanter d'entrer dans l'histoire avec le premier ballet électronique de l'Histoire.

Du côté de sa carrière, JARRE n'a cependant pas encore le talent nécessaire pour réellement décoller. C'est un fait, le JMJ du début des années 70 ne sait pas encore comment percer. Pour s'en convaincre, il suffit d'écouter Deserted Palace. Sorti en 1972, il s'agit à la base d'une commande pour servir d'illustrations sonores pour des pubs et dans des bibliothèques aux Etats-Unis. De plus, il s'agit de morceaux vraiment très courts, à deux exceptions près; de la musique de supermarché, quoi. Ne nous étonnons donc pas si l'achat d'un tel disque fut quasiment impossible en France, et si les titres sont tous en anglais. Question de prime importance : Deserted Palace est-il bon ? La réponse ne tarde pas à venir à son écoute : non.

Certes, quand on n'a à sa disposition qu'un VCS 3, un ARP et un orgue Farfisa, il n'est pas évident de faire de superbes musiques,. Mais là, l'exercice, aussi ardu soit-il, est raté : entre bruitages douteux et sonorités approximatives, il serait étonnant que les principaux intéressés aient aimé cette musique d'ambiance.Si encore on avait quelque chose qui flirtait dans l'ambient, à la ENO, je ne dis pas, mais on ne peut parler de réussite. De plus, le tout sonne horriblement daté, même pour l'époque (la comparaison avec certaines chappelles du krautrock est cruelle), ce qui rend l'écoute pénible.

Sur les 15 morceaux qui constituent l'album, il y a malgré tout de bonnes choses, comme « Bridge Of Promises », assez plaisant à écouter malgré un côté sixties qui déjà commençait à être démodé. « Free Floating Anxiety », quant à lui, peut être considéré comme le morceau le plus réussi de l'album, une sorte de morceau de Tangerine Dream période Pink Years en condensé (comment ça, il plagie déjà ?), et « Music Box Concerto » est sympa sans pour autant casser trois pattes à un canard. Mais bon, si ceux-là sont corrects, pour le reste, on navigue dans le mauvais et le très mauvais. Le fond du panier est carrément percé avec des horreurs comme « A Love Theme For Gargoyles » ou « The Abominable Snowman » (quels titres débiles, au passage). Il paraît dur d'apprécier un livre avec un tel album en fond sonore.

Mais le pire dans tout ça, au final, ce ne sont pas les plus mauvais morceaux, ce sont plutôt ceux qui sont inachevés, ceux où JARRE n'est pas allé au bout de ses idées. L'exemple le plus parlant est « Wind Swept Canyon ». Il est facile de sentir que JARRE tente d'intéressantes choses, notamment au début du long morceau. Par la suite cependant, « Wind Swept Canyon » se met à tourner en rond dans la médiocrité la plus totale. Et que dire du titre éponyme, raté car deux fois trop long, rendant ces 2 minutes 26 frustrantes ?

Deserted Palace est clairement une déception de taille, que ce soit dans le projet initial ou en tant qu'album de musique à part entière. Encore une fois, si l'on se contente de regarder chez le voisin allemand si l'herbe est plus verte, on ne pourra que constater l'étendue de la forêt construite par TANGERINE DREAM, CLUSTER et KRAFTWERK, immense face à la feuille desséchée made in France. Pour autant, il y a de quoi espérer, de bonnes idées ont réussi à émerger, et puis, la personne qui réussit tout du premier coup n'est pas née, personne ne pourra dire le contraire. Donc, patience, Jean-Michel, patience.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
... Live ... (1980)
Un premier live génial




Klaus SCHULZE
X (sechs Musikalische Biographen) (1978)
En guise de jubilé, un album culte !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jean-michel Jarre (tout)


1. Poltergeist Party
2. Music Box Concerto
3. Rain Forest Rap Session
4. A Love Theme For Gargoyles
5. Bridge Of Promises
6. Exaspeared Frog
7. Take Me To Your Leader
8. Deserted Palace
9. Pogo Rock
10. Wind Swept Canyon
11. The Abominable Snowman
12. Iraqi Hitch-hicker
13. Free Floating Anxiety
14. Synthetic Jungle
15. Bee Factory



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod