Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Joni Mitchell , Tracy Chapman

Joan BAEZ - Ring Them Bells (1995)
Par DERWIJES le 12 Février 2019          Consultée 762 fois

Il existe d'innombrables manières de découvrir un album. On peut se forcer à plusieurs écoutes jusqu'à ce que le déclic survienne, on peut l'entendre autour de nous sans s'en rendre compte puis le redécouvrir par hasard, mais mes découvertes préférées sont celles qui surviennent complètement par surprise de la part d'un disque dont on n'attendait pas grand-chose.

La chose peut paraître surprenante alors que j'ai écrit une trentaine de chroniques sur sa musique, mais il fut un temps où je trouvais sa voix horripilante et sa musique ennuyeuse. Je ne me souviens pourquoi j'ai voulu lui donner une autre chance et pourquoi j'ai choisi cet album en particulier, mais je me souviens très être rentré chez moi après l'avoir emprunté dans l'une des médiathèques Remoises, avoir lancé une première écoute en me convaincant d'écouter les trois premières pistes et de passer à autre chose si ça ne me plaisait pas, puis d'avoir inséré le second disque dans le lecteur après avoir écouté le premier d'une traite, et finalement, de revenir fébrilement sur certains morceaux...Ça y est, j'étais hameçonné, j'étais amoureux, à vingt ans je découvrais enfin la folk grâce à sa Reine éternelle, et elle m'ouvrait de nouveaux horizons sur de nouveaux artistes et me permettaient même de redécouvrir proprement certains que je connaissais déjà comme un certain Robert du Minnesota...Pourquoi ce coup de cœur soudain ? Il n'y a pas réellement de facteurs décisifs, mais je vais tenter de vous le transmettre.

Cet album est celui d'un concert donné en Avril 1995 au club de Manhattan The Bottom Line. Pour le resituer dans la discographie de Joan il est donc coincé entre Play Me Backwards et Gone From Danger, autrement au cœur de sa renaissance artistique d,es années 90, période faste et fertile pour elle qui la voit s'approprier le matériel d'une nouvelle génération de songwriters. Et justement, la particularité de ce concert est qu'elle fait plus que reprendre leurs chansons puisqu'elle les invite sur scène avec elle et cela fait du beau monde puisque nous retrouvons pêle-mêle sa cadette Mimi FARINA, les INDIGO GIRLS ou encore Mary Chapin CARPENTER. Et au niveau des morceaux choisis nous sommes aussi gâtés puisque Joan nous a préparé une compilation qui sonne comme un best-of mais qui nous offre aussi quelques inédits savoureux parmi lesquels une reprise de Bob DYLAN, qui d'autre ? Qui donne son titre à l'album.

Ce sont en tout cas des musiciens en pleine forme qui sont réunis pour scène pour s'amuser et ça fait tout simplement plaisir à écouter. Les grands moments se succèdent notamment lorsque Joan rejoint sa sœur pour jouer « The Swallow Song », écrite par son mari Richard FARINA, décédé à la fin des années 60 d'un accident de moto. Lorsqu'elle joue seule Joan BAEZ délivre des performances à la hauteur de sa réputation, que ce soit sur « Love Song To A Stranger », incontournable, à la « Suzanne » de Leonard COHEN qu'elle parvient à élever au-dessus des millions de reprises de ce morceau déjà existantes. Et comme à deux c'est toujours mieux, que dire du duet de « Diamonds & Rust » avec Mary Chapin Carpenter ? Comme quoi, on peut améliorer même la perfection, et ce n'est pas la conclusion « The Night They Drove Old Dixie Down » chantée a capella qui me contredira. Mais la pièce de résistance, le grand moment d'anthologie d'un double-disque qui en contient déjà pas mal, c'est « Don't Think Twice, It's Alright » avec les INDIGO GIRLS. C'est sûrement la plus belle version de cette chanson qui existe, avec son trio de superbes voix qui se succèdent et s'accordent en parfaite harmonie. A l'inverse de Dylan qui mettait en avant l'ironie méchante du texte elles appuient sur la nostalgie d'un départ inévitable justifié par l'incompatibilité entre les deux personnages du texte et de la mélancolie qui en découle.

Les vingt-et-unes chansons du concert sont la symbiose de l'âme de Joan BAEZ, bien mieux que n'importe quel best-of. A travers ses textes et ceux des autres la chanteuse se met à nue et livre à chaque des interprétations parfaites qui parviennent à rester fidèles à l'esprit original de la chanson tout en y laissant sa marque. Un album généreux d'une artiste qui l'est tout autant, et un live qui mériterait d'être redécouvert.

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Joan BAEZ
Day After Tomorrow (2008)
Retour vers le passé.




Joan BAEZ
In Concert (1962)
Folk


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joan Baez (chant, guitare)
- Paul Pesco (guitare, chant)
- Fernando Saunders (basse, chant)
- Carol Steele (batterie, chant)
- Kate & Anna Mcgarigle (guest sur #5)
- Mimi Farina (guest sur #6)
- Janis Ian (guest sur #8)
- Mary Black (guest sur #9)
- Dar Williams (guest sur #14)
- Indigo Girls (guests sur #18)
- Mary Chapin Carpenter (guest sur #20)


1. Lily Of The West
2. Love Song To A Stranger
3. Sweet Sir Galahad
4. And The Band Played Waltzing Matilda
5. Willie Moore
6. The Swallow Song
7. Don't Make Promises
8. Jesse
9. Ring Them Bells
10. Welcome Me
11. Geordie
12. You Ain't Goin' Nowhere
13. Suzanne
14. You're Aging Well
15. Pajarillo Barranqueño
16. Gracias A La Vida
17. The Water Is Wide
18. Don't Think Twice, It's Alright
19. Stones In The Road
20. Diamonds & Rust
21. The Night They Drove Old Dixie Down



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod