Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-COUNTRY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan

Joan BAEZ - One Day At A Time (1970)
Par DERWIJES le 13 Novembre 2018          Consultée 174 fois

1969, c’est Woodstock. Parmi tous les grands noms du festival, il y avait notre amie Joan BAEZ… Souvenez-vous, elle a jouée à 1h00 du matin enceinte jusqu'aux orteils avec une nouvelle coupe de cheveux qui la vieillissait, elle a dit bonjour de façon approprié à son public endormi, lui a raconté comment son mari David Harris s’était fait arrêter, et, armée seulement de sa guitare et de sa voix, a fini la première journée du festival sur une note bien apaisante, laissant après elle le déluge.

Ellipse de quatre mois, nous la retrouvons cette fois-ci dans les bacs des disquaires plutôt que sur scène : son nouvel album "One Day At A Time" (parfois appelé "I Live One Day At A Time") vient de sortir. Au programme : des chansons traditionnelles, du Willie NELSON, des ROLLING STONES et deux compositions personnelles. Si vous avez lu ma chronique de l’album précédent, vous savez que je suis moyen chaud sur la country…

Mais ne jugeons pas trop hâtivement. Le disque a alors la particularité de contenir deux chansons écrites et composées par Joan BAEZ, ce qui est assez rare pour être mentionné dans la discographie d’une artiste qui se considère plus comme une interprète qu’une compositrice. De ces deux chansons, "Sweet Sir Galahad" est entré dans la postérité et s’est hissé parmi les grands classiques de la chanteuse. Ecrite pour sa petite sœur Mimi FARINA à l’occasion de son remariage –souvenez-vous, son premier mari a perdu la vie dans un accident de moto peu en 1964, alors qu’il travaillait avec Joan sur ce qui deviendra son album /5-, c’est une très belle chanson avec des paroles poétiques, pas aussi "lousy" que certains veulent le faire croire. La seconde chanson, Song for David, est, vous l’aurez deviné, pour son mari David Harris. Voilà, c’est tout ce qu’il y a à dire dessus.

D'ailleurs, on fait rapidement le tour de cet album, comme son prédécesseur. On y retrouve des morceaux déjà présents ailleurs : trois ("Sweet Sir Galahad", "Joe Hill" et "I Live One Day At A Time") avaient été joués à Woodstock, et "Long Black Veil" apparaissait sur le deuxième In Concert. Ma préférence va à la version des CHIEFTAINS avec Mick JAGGER au chant ! En parlant de lui d’ailleurs, ses ROLLING STONES apparaissent dans la setlist avec "No Expectations", mais bon, le passage du blues à la country n’est pas aisé, et la chanson y perd pas mal de son charme. Heureusement, Joan se rattrape avec Willie NELSON pour conclure l’album en beauté en duo avec Jeffrey SHURTLEFF… Shurtleff ? C’est le gars à la mine patibulaire et à la robe de bure super moche qui l’accompagnait sur scène à Woodstock. Sur cet album il joue aussi sur "Take Me Back To The Sweet Sunny South" et "Seven Bridges Road". Ses interventions sont de bons moments mais ne sauve pas l’album d’être plutôt plat.

Aujourd'hui cela paraît sans intérêt de le mentionner, mais en 1970 les artistes capables de caler dans un même album des compositions personnelles, du Willie NELSON et les ROLLING STONES en plus de morceaux traditionnels ne courent pas les rues, tirons donc notre chapeau avec quelque décennie de retard à Joan BAEZ pour bouleverser les conventions. Malheureusement, cela n’empêche pas l’album d’être aussi oubliable que David’s Album. Le piège ici est qu’il ni mauvais, ni bon, mais pile au milieu : dans une zone de gris où la qualité est là, mais la sauce ne prend pas.
Haut les cœurs ! La suite sera bien mieux.

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Joan BAEZ
From Every Stage (1975)
La classe façon joan baez




Joan BAEZ
Any Day Now (1968)
DYLAN par BAEZ.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joan Baez (chant, guitare)
- Pete Drake (guitare pedal steel)
- Roy Huskey Jr. (basse)
- Tommy Jackson (violon)
- Jerry Shook (guitare)
- Jerry Reed (guitare)
- Harold Bradley (guitare, dobro)
- Hargus Robbins (piano)
- Harold Rugg (guitare, dobro)
- Grady Martin (guitare)
- Buddy Spicher (violon)
- Norbert Putnam (basse)
- Kenny Buttrey (batterie)
- David Briggs (piano, clavecin)
- Richard Festinger (guitare)
- Charlie Mccoy (harmonica, vibraphone, orgue)
- Henry Strzelecki (basse)
- Pete Wade (guitare)


1. Sweet Sir Galahad
2. No Expectations
3. Long Black Veil
4. Ghetto
5. Carry It On
6. Take Me Back To The Sweet Sunny South
7. Seven Bridges Road
8. Jolie Blonde
9. Joe Hill
10. A Song For David
11. I Live One Day At A Time



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod