Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801, The Sallyangie
 

 Site Officiel (2144)
 Tubular.net (2161)

Mike OLDFIELD - Tubular Bells Iii (1998)
Par MR. AMEFORGEE le 10 Mars 2007          Consultée 6588 fois

Un obscur proverbe péruvien dit : jamais deux sans trois. La sagesse ancestrale est ici respectée, puisque Mike Oldfield remet une fois encore le couvert avec un projet qui tourne autour du thème qui fit de lui une mega-star, Tubular Bells.
Depuis deux ans, l’artiste s’est retranché sur l’île d’Ibiza, havre des clubbers de tous poils et s’est mis à arborer une coiffure peroxydée : cette influence certaine se retrouvera sur le TB troisième du nom, qui voit ses penchants new-age et ambient s’acoquiner avec une facette techno, qui augure de l’évolution musicale que prendra Oldfield dans les années 2000.

Il convient de noter que malgré la référence aux cloches tubulaires, l’album n’est pas un vrai copié/collé de l’opus original. Dans ce sens, le n°2 en conservait encore scrupuleusement le schéma, même si les arrangements étaient passablement transformés, ici, ce n’est même plus le cas. Mike Oldfield essaime évidemment quelques motifs, quelques idées tirées de l’ouvrage originel, mais reste plus libre dans son développement.
On le devine, on n’évitera pas (malheureusement) le thème archi-connu du TB1 qui se trouve soumis ici à des variations électro-dance à tendance onirique sur le morceau d’ouverture, « The Source of Secret » et sa reprise avant final « Secret », qui agace plus qu’autre chose.
A contrario, « Outcast », qui reprend aussi une idée du premier album, se révèle plus intéressant : un enchevêtrement de riffs de guitares, qui se termine dans un déluge abrasif assourdissant, presque typé métal (on peut également y déceler, de manière moins flagrante une référence au passage du Caveman du TB1).

Autrement, la couleur de l’album est résolument planante, garnie d’effets de synthés aériens et de samples de souffle de vent qui confèrent une impression de grande légèreté (dans cette perspective, il paraîtra plus digeste qu’un Songs of Distant Earth). Si le doublet ambient « The Watchful Eye » et « Jewel in the Crown » pourra paraître assez anecdotique, il n’en est pas de même avec « Serpent Dream », qui met à l’honneur l’ornementation éthérée d’une guitare flamenco aux accents moyen-orientaux envoûtants et « The Inner Child », soutenu par les vocalises vaporeuses de la chanteuse Rosa Cedron et une soudaine montée en puissance emphatique.
Un « Top of the Morning », qui se rapproche plus des canons de la techno, au bifidus actif, garanti sans calories, se montre aussi fort agréable, piano tendrement chocolat à l’appui. Je pourrais aussi évoquer « Moonwatch » qui reprend une mélodie entendue sur The Songs of Distant Earth, exploitée ici par un piano bouddhiste et épicée d’un petit crescendo épique à la guitare. Cela dit, le titre a vraiment retenir apparaît être le final « Far Above the Crowd », qui termine le disque sur une note majestueuse, à grand renfort de cloches héroïques et de guitares plaintives (on peut aussi y entendre un sample de percu tiré d’Ommadawn et une rythmique issue de Tubular Bells).
Enfin, on notera la présence d’une chanson, « Man in the Rain », sympathique, qui ressemble beaucoup, tant par la présence de la voix au timbre clair de Cara (du groupe Polar Star) que par sa structure au célèbre « Moonlight Shadow » (le titre fut d’ailleurs composé à peu près à la même époque).

En clair, ce Tubular Bells s’écoute sans anicroches, épuré à l’image de sa pochette, très peu déplaisant, hormis les expérimentations technoïdes du thème de l’Exorciste (qu’il faudrait exorciser une fois pour toute de l’esprit de son compositeur). Evidemment, si l’on est amateur de prise de tête musicale, on trouvera l’album décidément bien trop accessible. Mais il s’agit d’un opus de Oldfield en définitive assez recommandable. Pas essentiel, mais plaisant. Comme un yaourt nature, en somme.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT :


HAROLD BUDD & BRIAN ENO
The Pearl (1984)
Une perle à la douceur maléfique




Steve ROACH
The Magnificent Void (1996)
Le cosmos dans votre salon. Grandiose.


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Mike Oldfield (guitares, synthés, piano, cloches, etc.)
- Cara (chant)
- Heather Burnett (choeur)
- Rosa Cedrón (chant)
- Amar (chant)
- Clodagh Simonds (chant)
- Francesca Robertson (chant)


1. The Source Of Secrets
2. The Watchful Eye
3. Jewel In The Crown
4. Outcast
5. Serpent Dream
6. The Inner Child
7. Man In The Rain
8. The Top Of The Morning
9. Moonwatch
10. Secrets
11. Far Above The Clouds



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod