Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (587)
 The Deep Purple Appreciation Society (462)

DEEP PURPLE - Infinite (2017)
Par GEGERS le 3 Mai 2017          Consultée 524 fois

Now What ?! n'était pas vraiment ce que l'on peut appeler un "grand" DEEP PURPLE. Laborieux, lancinant, cet opus de la légende, qui mettait pourtant fin à de (trop) longues années de silence, n'était pas vraiment à la hauteur de Rapture of the Deep, qui reste (à mon sens) l'album le plus abouti de la période Morse / Airey.

Avec un délai de réalisation bien plus court (quatre ans tout de même), InFinite au titre chargé de symbole constitue pour sa part une surprise bienvenue. La pochette (sans doute la plus belle de toute la carrière du groupe) cache peut-être le chant du cygne de la formation britannique. S'il en est ainsi, alors DEEP PURPLE pourra s'en aller avec la satisfaction du devoir accompli. Sans donner l'impression d'avoir forcé, naturellement, le groupe propose un assemblage de morceaux bien plus vivants et habités que ceux constituant son prédécesseur. "Time For Bedlam" et "All I Got Is You", qui évoquent ostensiblement les années 70, le relèguent aux oubliettes. L'énergie et les mélodies, tout autant que les envolées des deux mélodistes de la formation (Airey et Morse se complètent ici à merveille), font de ces titres ce que le groupe a proposé de plus convaincant depuis plus de 10 ans.

Si quelques titres blues "de remplissage" n'apportent guère de plus-value à l'ensemble ("One Night in Vegas"), le groupe n'a pas fini de surprendre. "The Surprising", justement, qui s'étend sur près de six minutes, est également un morceau de bravoure tant textuel (on vogue entre onirisme et mythologie psychédélique) qu'instrumental (ces lignes de claviers rappelant fort justement le morceau "Rapture of The Deep"), pour un résultat bluffant.

Le hic est que la deuxième moitié de l'album se complaît dans des tempos lancinants et s'évertue à proposer des morceaux qui font pâle figure à côté des pépites précitées. "On Top of the World", malgré un groove vindicatif, ou le poussif "Birds of Prey" ne nous laissent pas la meilleure impression qui soit. Néanmoins, par ces quelques flamboyances, InFinite s'impose comme un album indubitablement réussi, qui clôt (peut-être) la carrière de DEEP PURPLE sur une bien belle note.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


GOTTHARD
D-frosted (1997)
Pépites acoustiques.




SCORPIONS
Sting In The Tail (2010)
Voila, c'est finiiiiiiiiii...


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Ian Gillan (chant)
- Ian Paice (batterie)
- Roger Glover (basse)
- Steve Morse (guitare)
- Don Airey (claviers)


1. Time For Bedlam
2. Hip Boots
3. All I Got Is You
4. One Night In Vegas
5. Get Me Outta Here
6. The Surprising
7. Johnny's Band
8. On Top Of The World
9. Birds Of Prey
10. Roadhouse Blues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod