Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Shades Of Deep Purple
  The Book Of Taliesyn
1969 Deep Purple
1970 In Rock
1971 Fireball
1972 Machine Head
  Made In Japan
1973 Who Do We Think We Ar...
1974 Burn
  Stormbringer
1975 Made In Europe
  Come Taste The Band
1984 Perfect Strangers
1987 The House Of Blue Lig...
1990 Slaves And Masters
1993 The Battle Rages On
1994 Smoke On The Water
1996 Purpendicular
1998 Abandon
2000 Live At The Rotterdam Ah...
2003 Bananas
2005 Rapture Of The Deep
2012 The Official (overseas) ...
2013 Now What?!
  Perfect Strangers Live
2014 The Official (overseas) ...
2017 Infinite
 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (666)
 The Deep Purple Appreciation Society (546)

DEEP PURPLE - Abandon (1998)
Par RED ONE le 20 Décembre 2014          Consultée 1220 fois

La cure de jouvence subie par DEEP PURPLE après le recrutement de Steve Morse en remplacement de Ritchie Blackmore fût salutaire. Evidemment, tout le monde n'a pas aimé, mais il fallait continuer à aller de l'avant, et imposer durablement le Mk7 aux yeux du monde entier. Dans cette optique, il n'est pas surprenant que DEEP PURPLE sorte un nouvel album seulement deux ans après Purpendicular. Les choses sont elles cependant les mêmes qu'en 1996 ? Pas exactement...
Purpendicular était l'album de la résurrection. Abandon, c'est plutôt l'album de la rédemption. À moins qu'il ne s'agisse aussi de l'album du testament, mais ça nous nous y pencherons un peu plus tard. Difficile de juger cela avec certitude. Beaucoup plus brut et plus "sale" que ne l'était Purpendicular, Abandon nous montre un DEEP PURPLE au meilleur de sa forme rock. Visiblement revigoré par le succès de l'album Purpendicular, qui constituait une prise de risques non négligeable en raison du changement de guitariste, DEEP PURPLE n'hésite pas ici à durcir un peu les choses, et à ressortir les grosses guitares qui font mal.

Dès la piste d'introduction, "Any Ful Kno That", on en prend plein les oreilles : DEEP PURPLE sonne gras, puissant, presque heavy metal. Bon évidemment, le groove rythm'n'blues teinté de soul est toujours là, plus que jamais renforcé par la hargne vintage des claviers de Jon Lord. Mais pas de chichis ici, l'aspect A.O.R. pépère que pouvait parfois renvoyer Purpendicular laisse place à quelque chose de foncièrement plus velu. DEEP PURPLE lorgnerait presque du côté d'un JUDAS PRIEST sur "Whatsername", les claviers en plus. Vraiment remarquable. La puissance heavy du Pourpre se fait également magistrale sur la ballade "Don't Make Me Happy", summum de groove bluesy. Idem sur "Jack Ruby", nouveau joyau d'un heavy rock/blues de toute beauté. "She Was" envoie un groove colossal, où les claviers de Jon Lord sont remarquablement utilisés, et où la voix de Gillan se fait sensuelle et presque provocante. Que dire enfin de "'69", méchant titre de heavy/hard rock couillu, comme DEEP PURPLE n'en a que rarement produit dans sa carrière. Et ces claviers cristallins !

Il y a bien quelques morceaux un peu faiblards, comme "Almost Human" (assez répétitive), "Evil Louie" (un peu convenue), ou bien "Watching The Sky", qui emprunte quelques vieilles recettes à LED ZEPPELIN, mais rien de bien méchant, on connaît la passion de Steve Morse pour le Zep'... "Seventh Heaven" envoie certes une patate de tous les diables, la guitare de Steve Morse se met à rugir à n'en plus finir, peut être un peu trop d'ailleurs... Le titre se révèle là encore assez répétitif et poussif. On est bien plus convaincus par "Fingers To The Bone", sympathique ballade dans la plus pure tradition classic rock, qui reprends quelques petites choses déjà entendues sur Purpendicular. On passera toutefois sur "Bludsucker", réenregistrement assez inutile du classique "Bloodsucker" (présent sur In Rock), qui n'apporte pas grand chose hormis une guitare une production un peu plus moderne mais pas vraiment pertinente.
Plus que jamais, Steve Morse impose sa marque de fabrique dans le répertoire du groupe. Abandon fleure ainsi bon la production à l'américaine, mettant considérablement en valeur les guitares de Steve Morse (au détriment de la basse de Roger Glover, parfois assez absente), ce que certains fans de la première heure n'hésiteront pas à dénigrer.

Bien plus compact et solide que son prédécesseur violet, on pourrait reprocher à Abandon d'être un peu moins varié, de moins expérimenter, de monter le son inutilement. Toutes les idées d'Abandon ne sont pas toujours pertinentes, parfois cet album donne un peu l'impression de tourner en rond en envoyant seulement du gros son pour masquer le léger manque d'inspiration. Mais Abandon est avant tout un album qui rassure. Après un disque rafraîchissant mais un poil trop expérimental comme l'était Purpendicular deux ans plus tôt, il faisait bon de voir enfin le Pourpre revenir à des choses plus carrées et plus burnées. De fait, il fait souvent plaisir à entendre et certains titres sont de vrais bons moments d'un hard rock maîtrisé comme seuls le Pourpre sait nous le distiller. En cela, il est un complément idéal à Purpendicular.

Abandon est cependant un disque historique, puisqu'il s'agit du dernier album studio de DEEP PURPLE à avoir été enregistré en compagnie de Jon Lord. Épuisé par plus de 30 années de tournées incessantes, Jon Lord décidera de quitter le groupe en 2002, au sortir de la tournée Abandon, laissant Ian Paice comme seul et unique membre fondateur du groupe encore présent. Remplacé sans problème par son disciple Don Airey (ex-RAINBOW), Jon Lord se consacrera alors essentiellement à sa carrière de compositeur.
Ce deuxième et dernier album du Mk7 nous donne donc un aperçu du testament musical d'un Jon Lord qui, à l'aube de sa retraite, continuer d'enregistrer des morceaux furieusement heavy. Rien que pour ça, cet album vaut la peine d'être écouté. Bravo et merci !

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


Ian GILLAN
Gillan (1978)
Bye bye Ian Gillan Band, bonjour Gillan !




CALIFORNIA BREED
California Breed (2014)
La suite de Black Country Communion ?


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Ian Gillan (chant)
- Steve Morse (guitare)
- Roger Glover (basse)
- Jon Lord (claviers)
- Ian Paice (batterie)


1. Any Fule Kno That
2. Almost Human
3. Don't Make Me Happy
4. Seventh Heaven
5. Watching The Sky
6. Fingers To The Bone
7. Jack Ruby
8. She Was
9. Whatsername
10. '69
11. Evil Louie
12. Bludsucker



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod