Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Shades Of Deep Purple
  The Book Of Taliesyn
1969 Deep Purple
1970 In Rock
1971 Fireball
1972 Machine Head
  Made In Japan
1973 Who Do We Think We Ar...
1974 Burn
  Stormbringer
1975 Come Taste The Band
1976 Made In Europe
1984 Perfect Strangers
1987 The House Of Blue Lig...
1990 Slaves And Masters
1993 The Battle Rages On
1994 Smoke On The Water (the ...
1996 Purpendicular
1998 Abandon
2001 Live At The Rotterdam Ah...
2003 Bananas
2005 Rapture Of The Deep
2012 The Official (overseas) ...
2013 Now What?!
  Perfect Strangers Live
2014 The Official (overseas) ...
  The Official (overseas) ...
2017 Infinite
2020 Whoosh!
 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (936)
 The Deep Purple Appreciation Society (758)

DEEP PURPLE - Whoosh! (2020)
Par GEGERS le 2 Septembre 2020          Consultée 994 fois

Je vous avoue fort bien que, au moment d'écouter un album "récent" de DEEP PURPLE MK VIII, ma préférence va plutôt du côté de Bananas et de Rapture of the Deep que de celui des plus frais Now What ?! et Infinite. Tout simplement parce que mon appétence naturelle porte peut-être sur la facette la plus accessible du groupe. J'aime lorsque DEEP PURPLE fait des chansons, lorsqu'il construit un petit univers fini et foisonnant d'idées (le morceau donnant son nom à l'album Rapture of the Deep est un chef-d'oeuvre du genre), et je l'apprécie moins lorsqu'il se contente d'aligner quelques blues paresseux, servant d'intermèdes entre des pièces progressives à l'intention opaque.

Dommage pour moi, car ce que je viens de détailler ici est le contenu de ce nouvel album du groupe. Finalement, le groupe ne semble pas porté par l'envie de composer des chansons percutantes, mais plutôt par un inexplicable besoin de proposer une approche créatrice audacieuse, mettant en avant les changements de rythmes et d'ambiances. Comme un peintre créé un tableau, DEEP PURPLE fonctionne ici par touche, s'affranchissant des contraintes structurelles du format chanson pour voir plus loin. L'intention est à saluer, et le groupe, ce faisant, est déjà parvenu à nous séduire (le réussi "The Surprising" sur l'album précédent).

Mais ici, il est bien difficile d'en retirer quoi que ce soit. Les premiers titres, plus prévisibles dans leur construction, donnent la fausse illusion d'avoir à faire à un groupe se reposant sur ses acquis. "Throw My Bones", doté d'un superbe refrain, se fait porteur d'un optimisme de bon aloi, mais à la fin de "We're All the Same in the Dark", on pense avoir affaire à une version fatiguée de l'album Perpendicular. C'est alors que débute un voyage que l'on peut envisager d'un côté ou de l'autre du hublot, selon son ouverture d'esprit et sa capacité à passer outre les faiblesses des Britanniques (le chant d'Ian Gillan, notamment), pour se délecter de ces morceaux aventureux qui, loin d'être des épopées, ne dépassent que rarement les 5 minutes.

Si certains titres laissent seulement circonspects ("Nothing at All" et ses mélodies d'ascenseur), d'autres donnent l'impression d'écouter un groupe qui a jeté l'éponge et fait du remplissage ("The Power of The Moon", "Man Alive"). Cette audace, mal récompensée, se voit en plus plombée par ces rocks bas du fronts, reprenant les plans les plus usés du style, qui sonnent datés dès la première écoute ("What the What", "No Need To Shout").

Comme sur l'ambivalent Now What ?!, il est donc bien difficile de trouver son compte à l'écoute de ce DEEP PURPLE nouveau, qui souffle le chaud et le froid, et s'adresse avant tout à ceux qui aiment le groupe pour sa complexité. Les amateurs des mélodies pures, des belles envolées de Steve Morse, en seront pour leurs frais. Les autres crieront peut-être au génie.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


CONNEMARA STONE COMPANY
Back Home (2015)
Choc de simplification.




RUNRIG
Everything You See (2007)
L'année du déluge


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Ian Gillan (chant)
- Steve Morse (guitare)
- Don Airey (clavier)
- Roger Glover (basse)
- Ian Paice (batterie)


1. Throw My Bones
2. Drop The Weapon
3. We’re All The Same In The Dark
4. Nothing At All
5. No Need To Shout
6. Step By Step
7. What The What
8. The Long Way Round
9. The Power Of The Moon
10. Remission Possible
11. Man Alive
12. And The Address
13. Dancing In My Sleep



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod