Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Flaming Lips & Tom Jones

Tom JONES - I Who Have Nothing (1970)
Par ERWIN le 11 Mars 2021          Consultée 110 fois

Nous voici déjà face au dixième opus de l'immense Tom JONES, tout ça en cinq ans ! C'est donc un instantané assez juste de l'état des troupes alors qu'il règne au sommet des charts et du stardom international. La photo de couverture nous montre un homme au physique assez étincelant, mais le titre et l'ambiance mettent l'accent sur la solitude et donc une part de sentimentalisme dont le chanteur se fait le champion, même si nombreux aiment à souligner les sempiternels aspects sexuels du tombeur. En ce début des seventies, le pari pour l'artiste est de rester au top car les transitions de mode et de style peuvent se révéler difficiles et la jeunesse n'est guère fidèle.

"Daughter Of Darkness", premier single de l'album, atteint le top 10 un peu partout, avec une première place en easy listening aux US. Il est doté d'un joli refrain que pas mal d'entre vous reconnaîtront, même si le destin de la chanson reste discret. Tom y chante toujours aussi bien, j'aime bien la dynamique de ce titre. Le second single "I Who Have Nothing" est la version anglicisée par Jerry Leiber et Mike Stoller de l'italienne "Uno dei tanti" et malgré les versions de Shirley BASSEY et Ben E KING, c'est Tom qui détient le classique. Il faut dire qu'il y met toute sa passion et son énergie ce qui n'est pas peu dire, gagnant une 2ème place au billboard easy listening.

On repart vers la country avec "With On Exception" de David HOUSTON, très laid-back dans sa conception, une chanson romantique destinée à son public féminin. Mouais, en fait pas un titre ne s'adresse à des mecs dans sa disco ! Johnny CASH et Frank SINATRA se disputent la postérité de "Love's Been Good To Me" de l'australien Rod McKuen, Tom ne se mêle guère au fight, mais sa version fait honneur à la countrypolitan à venir. "Lodi", tiré des œuvres complètes du CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL, rappelle Tom au bon souvenir des fans du rock – il en joue des tas systématiquement en concert -, et ma foi il se débrouille pas mal du tout, même si j'aurais souhaité un poil moins de cuivres pour enrober tout ça. "To Love Somebody" est un titre très pop des BEE GEES, que Tom JONES adapte à sa sauce avec bonheur.

La fabuleuse "Brother Can You Spare A Dime" a vu bien des interprètes, mais ce chant reminiscent de la grande dépression américaine - il date de 1932 - est un classique de Bing CROSBY avant tout – je conseille quant à moi celle de George MICHAEL, absolument dantesque. Celle de Mr JONES contient une orchestration un brin trop seventies, pas désagréable mais pas mémorable non plus. "I Have Dreamed" était dans la bande-son de "Le roi et moi", ce n'est pas la première fois, alors c'est B.O à donf, un peu beaucoup sirupeux sur les bords.

Le rythm'n'blues est bien sûr de la partie comme sur chaque album du gallois. Otis REDDING a donné à "Try A Little Tenderness" ses lettres de noblesse. Tom la rend plus crooner mais sa version reste très potable. La voix magique remplit toujours son office. Il y a aussi concurrence sur la jazzy cool "What The World Needs Now Is Love" que Jackie DE SHANNON et Dionne WARWICK ont aussi honoré. Cette version de Tom se tient bien et swingue pas mal. Les côtés funky de "See Saw" de Do CONVAY lui conviennent bien, une direction à prendre pour les années à venir ?

Les albums de Tom JONES continuent de se vendre comme des petits pains dans le vaste monde. Cette décennie qui débute et les mutations musicales qui s'amorcent obligent toutefois Tom à s'adapter aux évolutions à venir. Mais quand un chanteur avec une telle voix est capable de chanter pop, rock, soul, country, il n'y a guère qu'Elvis qui lui soit comparable et tel n'est pas leur seul lien. Tom commence donc à beaucoup jouer dans les casinos de Las Vegas, tout comme le King, son rythme de tournée ainsi que ses sessions studios en prennent donc un coup. Je reste pour l'instant sur un trois moyen.

A lire aussi en POP par ERWIN :


SEAL
4 (2003)
Un sacré bel album




MAROON 5
Songs About Jane (2002)
Le bordeaux 5 décolle


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Daughter Of Darkness
2. I Have Dreamed
3. Love's Been Good To Me
4. Lodi
5. Try A Little Tenderness
6. I Who Have Nothing
7. What The World Needs Now Is Love
8. With On Exception
9. To Love Somebody
10. Brother Can You Spare A Dime
11. See Saw



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod