Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITARE CLASSIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis, Squackett, Gtr

Steve HACKETT - Momentum (1988)
Par MARCO STIVELL le 27 Juillet 2010          Consultée 1672 fois

Momentum paraît au beau milieu d'une période assez creuse de la carrière solo de Steve HACKETT, non pas sur le plan qualité, mais d'un point de vue discographique. Après l’expérience GTR (le supergroupe éphémère dans lequel a officié le guitariste) et tout ce que celle-ci a entraîné, quand on parle de succès et de gros moyens, Steve ressent le besoin de faire une nouvelle petite pause acoustique et on le comprend. Ce sera son seul album depuis Till we Have Faces et il faudra attendre plusieurs années avant un retour au rock. Steve a de plus le bon souvenir de l'accueil unanime réservé à son premier essai dans cette manière, le merveilleux Bay of Kings de 1983.

Momentum semble pourtant bien éloigné de son prédécesseur. Il sonne plus ancien, plus "classique". Peu de morceaux auraient pu se retrouver naturellement sur Bay of Kings, pour ce qui est de l'invitation au rêve, au voyage, et on peut facilement considérer Momentum comme moins abouti. C’est aussi certainement dû au fait qu’on n’y entend presque que la guitare classique et que cette fois les sonorités restent limitées. Plus précisément, on se rappelle que Steve avait joué sur la diversité des sonorités de la guitare dans Bay of Kings, alors qu'ici cette dernière sonne d'une manière uniforme tout le long.

L'ambiance n'en est pas moins feutrée, intimiste. On se plait une fois de plus à imaginer le musicien tranquille dans sa chambre au coin d'un feu en train de faire jaillir ces quelques pièces. Il évoque même une certaine nonchalance dans le balancement des accords de "A Bed, a Chair and a Guitar", qui pourrait faire penser à celui d'un rocking-chair... C'est cependant l'une des rares images qui nous est facilement suggérée.

Ce qu’il y a, c’est que toutes les pièces sont bonnes, voire même excellentes comme l’amusant "Momentum", "Last Rites of Innocence", "The Sleeping Sea", ou encore le nouveau et bel hommage à Kim, l'ex-femme de Steve (même si pas encore "ex" à l'époque) dans "Portrait of a Brazilian Lady". D'autres moins évidentes comme "Troubled Spirit" restent agréables et l'on visualise à peu près où le musicien veut en venir. A défaut de varier les sonorités, il le fait pour son jeu, mettant en valeur sa maîtrise de l'instrument classique, sans pour autant jamais donner l'impression de faire de la démonstration pour faire de la démonstration. Mais on sent qu’il manque un petit quelque chose à tout cela, un semblant d’arrangements, chose qui ne faisait pas défaut même aux pièces les plus minimalistes de Bay of Kings. Ainsi, il n’est guère incongru de préférer au reste les deux merveilles que sont "Cavalcanti" (surtout la fin) et "Concert for Munich", contenant des parties de guitare-mellotron (une Stepp DGI) et de flûte (toujours ce cher John) qui transportent de manière très forte. On peut cependant se dire que même si ces derniers instruments ne sont présents que sur deux morceaux, c'est aussi sans doute pour ne pas faire un Bay of Kings bis, ce qui est tout à l'honneur de Steve, et puis qui sait, il y a sans doute des fans qui préfèrent Momentum à Bay of Kings.

Trois pièces ont été ajoutées lors de la réédition, avec raison car elles se fondent très bien dans l’ensemble, ou plutôt s'inscrivent bien dans la continuité, on ne se doute même pas que l'album se terminait avec "Momentum" avant. La reprise de Jean-Sébastien Bach m’est encore plus sympathique que celle de Jethro Tull, même si ce n'est pas du tout le même style, et donc absolument pas comparable. "An Open Window" est la pièce la plus ambitieuse (neuf minutes), passant par différentes humeurs avec même une petite partie percussive au milieu, tandis que "The Vigil" et son petit thème nocturne sont un vrai régal.

Après avoir enregistré, sorti Momentum et constaté son accueil (plutôt bon d'ailleurs, surtout du côté de l'est de l'Europe), c’est comme si Steve s’était dit que dorénavant, ses albums acoustiques seraient instrumentés d'une autre manière, et l'on verra qu'avec les deux ou trois albums suivants dans cette veine, il respectera cette idée.

Note réelle : 3,5

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


SQUONK66
Old Stones Memories (2010)
De la musique comme Mike Oldfield ne fait plus




Yann TIERSEN
Le Phare (1998)
Spéciale Semaine Boîte à Demandes !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Steve Hackett (guitare classique, stepp dgi)
- John Hackett (flûte)


1. Cavalcanti
2. The Sleeping Sea
3. Portrait Of A Brazilian Lady
4. When The Bell Breaks
5. A Bed, A Chair And A Guitar
6. Concert For Munich
7. Last Rites Of Innocence
8. Troubled Spirit
9. Variation On A Theme By Chopin
10. Pierrot
11. Momentum
12. Bourrée
13. An Open Window
14. The Vigil



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod