Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis, Squackett, Gtr, Quiet World

Steve HACKETT - At The Edge Of Light (2019)
Par MARCO STIVELL le 8 Février 2019          Consultée 367 fois

Le Noël de GENESIS (acte 4, Chandeleur)
et La Ligue des Jeunes Justiciers Fantastiques (nouvelle).

Personnages :

-Tony Banks, claviériste de GENESIS. C'est dans sa maison que le groupe passe Noël. (théâtre)
-Phil Collins, batteur et chanteur de GENESIS. (théâtre)
-Mike Rutherford, bassiste et guitariste de GENESIS. (théâtre)
-Anthony "Ant" Phillips, ancien guitariste de GENESIS. (théâtre)
-Peter Gabriel, ancien chanteur de GENESIS. (théâtre)
-Divers personnages de divers romans jeunesse et fantastiques, films d'aventure... (nouvelle)

(Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé puise dans le réel aussi bien que l'imagination.)

Chandeleur 2019, maison de Tony Banks dans la campagne verdoyante du Surrey, plongée sous la neige.

Mike Rutherford (qui entre sans avoir sonné) – Hey, salut Tony ! Ça boume ? Tu as bien digéré le cassoulet de Daryl, finalement ?
Tony Banks – Humpf. Tu peux t'installer, Phil ne va pas tarder. Ant non plus.
Phil Collins (qui entre sur ses talons) – Salut à la compagnie de cette maison !
Mike – Oh Philou ! Alors cette tournée, elle t'a au moins laissé la force dans les bras pour continuer de faire rouler ton fauteuil ?
Phil (qui pose ses affaires) – Ha ha ! Même en fauteuil, je suis toujours en pleine forme ! Not dead yet! Et toi alors, bien rentré à Noël ? Angie t'a fait une belle surprise ?
Mike (qui l'imite) – Ah, mon vieux elle m'a carrément sorti le grand jeu ! On a allumé le contact et on est partis, pied–au–plancher mais j'étais seul avec elle, pas de MECHANICS pour m'embêter ! C'est pas Tony qui aurait ça de Margaret...
Tony – Ça ne m'atteint pas, fucking asperge.
Phil – Ni Ant d'ailleurs, Mike. Le pauvre, depuis que Peter lui a piqué les femmes de sa vie...
Mike (retrouvant son sérieux) – Ouais mais faut savoir rebondir, puis ça fait 50 ans maintenant !
Tony – Y a des choses que tu peux pas comprendre. Pourtant en plus, tu n'as jamais changé de femme ! Et au fait, puisque tu en parles Phil, il va venir l'autre espèce de gourou doctorant ? Quelqu'un a des nouvelles ?
Phil – Peter ? Il m'a assuré qu'il passera plus tard.
Tony – Ah, bien ! On va commencer sans lui et on pourra même mettre du Nutella en ayant la conscience tranquille, sans sermon sur la déforestation, les orangs–outans et compagnie.
Mike – Comme tu y vas !...
Tony – Je rigole ! Mais il est vraiment chiant. La nature revient toujours et puis, entre le QI en baisse et le nombre de personnes qui écoutent JUL et ses semblables, dans quelques années, il y aura encore plus de singes qu'avant la révolution industrielle.
Phil (s'esclaffant) – Ça c'est de la blague Tony ! Du coup dans le même style, je pense aux gens qui croient encore que GENESIS a été un groupe de rock progressif et ensuite seulement, a découvert la pop, par ma faute en plus !
Tony – Fucking idiots... Hello Ant !
Ant Phillips (qui entre timidement) – Salut les amis !
Mike – Tu vas bien ? Au moins tu ne t'es pas changé en glaçon cette fois.
Ant – Oui, merci encore pour ton cadeau de Noël ! Ce radiateur est très efficace, je n'en avais jamais eu avant.
Mike – Tu n'as jamais eu de sous, mon pauvre.
Tony – Alors que tu as produit plus de disques que nous autres en solo, les trois. Peut–être même encore si on rajoute les albums de GENESIS des années 80 et 90.
Phil – Une honte ! Alors que tu fais tellement de la bonne musique pis t'es tellement sympa et marrant ! Passe donc un jour à la maison, on se fait une bouffe !
Ant – C'est gentil Phil ! À propos de bouffe, vu que j'amène rien, je m'occupe des crêpes cette fois. Tu es toujours ok, Tony ?
Tony – Tu as insisté, alors...
(Le petit groupe s'installe autour de la table du salon. Ant prend de la pâte et prépare les crêpes).
Phil – Au fait, vous n'avez rien oublié ? On s'est réunis pour la Chandeleur, mais notre vieux copain Steve HACKETT vient juste de sortir un disque !
Tony – Qui ça ?
Phil – Roh allez, Tony !
Tony – Je rigole.
Mike –Tu as le visage dur, ça ne trompe personne. Tiens, j'ai enfin vu sa femme en photo, à Steve, sur son site. Je préférais largement le mannequin brésilien, mais elle est mignonne.
Ant – Ils sont mariés depuis plusieurs années maintenant. C'était une belle journée...
Tony (grommelant) – Elle en a fait une sorte de geek humaniste (mais il s'est laissé faire !), avec leurs voyages, leurs rencontres, simplicité, spiritualité, phrases d'un seul mot suivi d'un point, machin my ass. Et tous ses albums récents ont des thématiques et des clips qui visent le spectateur de Netflix. Il est encore plus énervant qu'au temps de GENESIS !
Phil – Allez, je lance le disque, At the Edge of Night ! On va voir si c'est différent cette fois...
Ant – Qui veut la première crêpe ? Désolé, elle est un peu ratée...

–––––––––––––

CHAPITRE 1 : Fallen Walls and Pedestals

Le décor avait changé. Il était hostile, tel le climat. Harry réajusta ses lunettes sur son nez et cria :
"Ron ! Hermione ! Où êtes–vous ?"
Une tempête de sable dans les Carpates, vous l'auriez cru, vous ? Ça soufflait fort et Harry Potter avait dû plonger derrière un rocher pour se protéger, mais il avait perdu ses amis de vue. Il attendit en s'inquiétant. La tempête finit par se calmer et le jeune homme en profita :
"Ron ! Hermione !"
– Nous sommes là, Harry !"
Soulagé, Harry vit le couple réuni sous un autre rocher, à quelques pas. Ils semblaient indemnes.
"Bon sang ! dit Ron, ça secoue plus qu'un voyage en Transylvanian Express !
– Chut Ron, siffla Hermione, je crois entendre du bruit. Quelqu'un approche..."
Ils scrutèrent les crêtes minérales dénudées autour d'eux, paysage désolé aux confins de la Roumanie intérieure.
"Tu as l'ouïe fine Hermione ! constata Harry. C'est cette personne qui vient là–bas.
– Ils nous a vus, dit–elle. Il arrive vers nous."
Un grand homme à cheveux et barbe longue venait d'un bon pas les rejoindre. Son visage était dur mais rieur, il portait un chapeau pointu et s'appuyait sur un bâton.
"Dumbledore ? s'enquit Harry. Professeur ? Abelforth ?
– Allons Harry, chuchota Hermione, tu es bien placé pour savoir que le professeur Dumbledore n'est plus de ce monde !
– Et ni lui ni son frère ne portaient de chapeau, ni de canne...", ajouta Ron.
Le vieil homme put approcher encore et finit par s'arrêter. D'une voix grave et profonde, chaleureuse en ces lieux hostiles, il dit :
"Ronald Weasley, fils d'Arthur ! Ceci n'est pas une canne. Les bâtons, tout autant que les baguettes, peuvent faire de la magie et mettre à leur place les sorciers impertinents. Vous le sauriez, si vous sortiez plus souvent de votre trou, pardon, de votre Terrier !"
Les trois jeunes adultes se regardèrent, incrédules, et s'exclamèrent d'une seule et même voix :
"Gandalf ?!"

Mike – Et allez, de l'oriental ! Du gros riff "Kashmir", de la batterie massive... Il perd de moins en moins de temps !
Ant – Le solo de guitare est beau...
Tony – Mouais, "Valley of the Kings" c'était beau. L'a jamais fait mieux après. Ant, je vais en rajouter une couche, passe–moi le Nutella.

–––––––––––––

CHAPITRE 2 : Beasts in Out Time

Harry, Ron et Hermione suivirent le magicien sans discuter comme il le leur avait imposé. Leur mission, dictée par les Aurors, était de venir à ce point géographique dans un but précis mais inconnue d'eux–mêmes. "Vous verrez ! C'est d'une importance capitale pour l'avenir du monde !" Avant qu'ils aient eu le temps de dire Quidditch, ils se retrouvèrent face à une forêt immense, qu'ils n'avaient point vu de loin.
Quelques pas dans les chemins verts leur fit comprendre que quelque chose n'allait pas. Des cadavres d'animaux jonchaient le sol, souris, lapins, oiseaux, chevreuils, ours même...
"C'est horrible ! gémit Hermione.
– Quelle honte pour l'humanité !" s'exclama Ron.
Il voulut sortir son smartphone et tourner une vidéo pour montrer cette réalité funeste et l'exposer sur les réseaux sociaux en mettant les hashtags #quellehonte #fuckhumanite #misanthropie, mais il se rappela qu'un magicien n'avait pas de smartphone.
"Du calme ! dit Gandalf. La colère ne vous servira à rien ici. Ces animaux ne sont qu'endormis, mais ils pourraient ne jamais se relever si le maléfice perdure. Il est aussi la cause de la tempête de sable que vous avez essuyé. C'est pourquoi je vous ai demandé de venir. Continuez sur ce sentier mais ne vous en écartez point. Et maintenant je dois vous laisser, une autre affaire m'attend. On se retrouve de l'autre côté de la forêt, mais vous n'êtes pas obligés de croire que je serai à l'heure, au bon endroit ! Courage mes jeunes amis."
Il disparut comme par magie, en fait c'en était bien. Les trois jeunes gens continuèrent en parlant et en faisant preuve de prudence. Ils arrivèrent au coeur sombre de la forêt. Il faisait très noir, ils étaient aux aguets.
"Qu'est–ce que...
– Harry, Ron, attention !"
Une bête massive et monstrueuse détalait vers eux et se dressa à quelques mètres, menaçante.

Phil – Ouah, le saxo ! Je l'avais pas vu venir...
Mike – Surtout sur une ballade comme ça avec de la 12 cordes et avant même que le côté le plus sombre de Steve ressorte à nouveau.
Tony – Du blues–prog qui tâche quoi. On se laisse surprendre au début mais boarf. La routine, quoi ! À part le sax.
Ant – Même la mélodie douce, il a déjà fait "To a Close" et tellement d'autres meilleures...
Mike – Beasts, hein ? C'était pas une bonne bête.

–––––––––––––

CHAPITRE 3 : Under the Eye of the Sun

"C'était pas une bonne bête", reconnut Ron.
La créature gisait sur le sol, morte, après un combat acharné. Elle ressemblait au dieu Pan, avec un bon torse d'homme musclé et une tête d'humain aux traits de loup décharnée.
"Il ressemble à Jacob dans Twilight", avoua Hermione.
Harry se tourna vers Ron avec un air accusateur, son ami hocha la tête et leva les mains au ciel, comme pour dire "Je ne suis pas responsable des goûts de ma femme".
"Tu y es presque, Hermione."
Les trois jeunes sorciers firent volte–face, baguette brandie, et se retrouvèrent face à une clone de Lara Croft, sans pistolet mais avec un arc.
"Katniss ? Katniss Everdeen ?" demanda Harry.
– Trop cool ! fit Ron, je suis votre plus grand fan !"
Hermione lui lança une moue de colère.
"C'est bien moi. Je traquais cette bête depuis des semaines. Regardez, ce n'est pas Jacob mais Jon Snow de Game of Thrones. Les travers de la célébrité, et puis il est devenu fou de rage en voyant la tournure prise lors de la dernière saison. Venez, je vais vous aider dans votre quête, et eux aussi.
– Eux ?", demanda Harry.
Venus tout droit du Seigneur des Anneaux comme Gandalf, Gimli accourut du fond des bois avec sa hache, tandis que Legolas se laissa tomber d'un arbre.
"Pourquoi êtes–vous tous ici ? demanda Harry.
– C'est Netflix, répondit Katniss, et leur nouveau concept de série. Ils veulent faire un peu comme Marvel...
– Negan de Walking Dead, Lyra de À la Croisée des Mondes, Aslan de Narnia, Clary de Mortal Instruments, les gens de Riverdale vont–ils apparaître aussi ? demanda Ron les yeux brillants.
– Je ne sais pas, mais c'est une idée !

Mike – Y a pas à tortiller Ant c'est toi qui fait les meilleures crêpes, de loin.
Ant – Heureux que ça vous plaise ! Pensez à ajouter de la chantilly, c'est encore mieux. Et alors, ce morceau ?
Phil – J'ai cru voir le soleil se lever au début. Certains accords de claviers m'ont fait penser à "Take Me Home", ma chanson. Les choeurs sont pas mal, on s'y laisserait prendre.
Tony – C'est vrai, mais moi j'ai surtout entendu "Brand New", "Rise Again" et autres gloires passées. Du pilote automatique. La suite, chef !

–––––––––––––

CHAPITRE 4 : Underground Railroad

La communauté sans anneau, renommée Ligue des Jeunes Justiciers Fantastiques, voyagea à travers la forêt et au–delà (sans trouver Gandalf), par les monts en bordure de lacs majestueux mais offrant le même triste constat que la forêt, partout. Au moins, l'entente était bonne, Gimli narguait Ron et cela amusait tout le monde.
Le quatrième jour, ils virent en contrebas une plaine immense qui semblait totalement perdue sous une chape lourde de ciel gris. Un château noir immense s'élevait au milieu.
"C'est de là que le mal vient, dit Legolas, j'en jurerais !
– On ne peut pas faire confiance à un elfe, grogna Gimli, mais je suis d'accord avec vous !"
Ils s'approchèrent et se mirent à couvert pour espionner. Au bout d'un moment, Harry suggéra :
"Nous ne pouvons pas perdre plus de temps. Je vais mettre ma cape d'invisibilité et m'introduire dans le château pour nous trouver un chemin. Attendez–moi là !
– Sois prudent, Harry", susurra Hermione.

Ant – Bon, du gospel maintenant, du funk médiéval, et puis quoi encore ?
Phil – En fait, prise à part, chaque section peut–être bonne, mais ça fait tellement foutoir...

–––––––––––––

CHAPITRES 5, 6, 7, 8, 9 & 10

Harry avait frôlé la mort, même en étant invisible. Il put établir une sorte de carte du Maraudeur des lieux, sans pouvoir parvenir au coeur du château, où brillaient des flammes de l'Enfer. Là se terrait celui qu'on appelait "le Maître" ou "le Seigneur des Ténèbres", selon le cas où on était un garde habillé avec une grande robe et une capuche, comme un Mangemort, ou une créature nue qui ressemblait à un mélange entre Gollum du Seigneur des Anneaux et un figurant de The Walking Dead ou de World of Warcraft. Il y avait aussi des chats et des licornes, animaux anthropomorphes en armure, ainsi que des "chatouages", plus dangereux encore.
Harry revint chercher ses amis et, aidés de la carte, ils purent progresser sans encombre et éliminèrent les serviteurs du Malin, en toute discrétion. Ils délivrèrent Negan (devenu gentil), Lyra, Aslan, Clary et tous ceux que les scénaristes de Netflix avaient cru bon de rajouter à l'histoire . Ils tuèrent le Maître qui était en fait l'âme damnée de Severus Rogue, un horcruxe créé au moment où il avait tué le professeur Dumbledore, la mauvaise partie de lui–même qu'il avait détachée et laissé courir le monde, par culpabilité. Seulement voilà, cette partie avait accompli des choses mauvaises, fait fondre les glaces, détraqué le temps et s'en était pris aux animaux, en utilisant tout cela pour que les êtres humains se fassent porter la responsabilité et s'entretuassent. Pas comme en 14–18 ou en 39–45, ou bien avant, mais en menant une guerre 2.0, via les réseaux sociaux.
Le combat fut difficile et presque perdu par la Ligue, mais heureusement, Gandalf revint au bon moment, une fois de plus. Les animaux se réveillèrent, les Humains continuèrent d'en manger et eux pareil dans le sens inverse (on put même enfin concevoir qu'ils trouvaient que ça avait bon goût, plaisir accordé plutôt que simple nécessité). On cessa d'aller sur Internet pour reprendre des livres, mais en visionnant toujours autant de séries et de films Marvel quand même, et en toute légalité.
"Tu vois Ron, il ne faut pas être trop hâtif dans ses jugements et ses actes !" affirma Hermione.
Tout le monde se mit à rire.

Peter Gabriel – Hello les gars ! Désolé pour le retard...
Phil, Ant, Mike (ensemble) – Salut Peter !
Tony – Eh ben, c'est pas trop tôt ! Tu veux une crêpe ? S'il en reste.
Peter – Volontiers.
Tony – Avec du Nutella j'imagine ?
Peter – Exactement !
(Surpris et soupçonneux, Tony vit que Peter ne rigolait pas.)
Peter (le voyant) – Ben quoi c'est trop bon ! Je fais beaucoup de paraître devant mes fans, mais voilà, j'en ai marre de tout ça. Avec le QI en baisse et la musique qui marche le mieux depuis quelques années, bientôt on retourne dans les arbres.
(Ant le sert)
Peter – Merci Ant. Alors ce dernier Steve ? Qu'est–ce que j'ai raté, ou pas ?
Mike – Ben là, dans les derniers temps, un titre de 10 minutes avec un remake de Carmina Burana...
Ant – Et une mélodie fort agréable avant ça, dans le style de "Leaving", un vieux titre de son album Defector !
Phil – Tout comme celle de "Hungry Years", bien fraîche et sympa !
Tony – Et un boléro moche ; et un solo final qu'on va dire que c'est génial et meilleur que Daryl, parce que c'est Steve, même si c'est de la purée ; et encore un morceau oriental avec du sitar.
Mike – La musicienne est douée mais j'aimais mieux quand lui en faisait avec ses petits doigts sur "Waters of the Wild" (Wild Orchids) ! En tout cas, dans l'ensemble, c'est mieux que l'album précédent, mais pas miraculeux !
Tony – Et puis ces sonorités baveuses sur la voix de Steve, cette production infâme... No comment. J'en peux plus !
Peter – Le pauvre homme. Et puis il y a ses clips, même si je reconnais que j'en ai fait de bien chargés aussi... Et il en est réduit à jouer les tribute–bands de GENESIS pour que les gens viennent à ses concerts...
Phil (soupirant) – Et on nous a accusé d'être commerciaux...
Ant – On reforme un groupe, les amis ?
Peter – Justement, je me disais que ça pourrait être bien de...
Tony – T'es sérieux ? Bon ben...
Mike – Allons–y Alonzo. Tous les six. On appelle Steve ?
Ant – Bah oui ! Dommage qu'il soit pas là d'ailleurs.
Tony – À la base, ça devait être le cas, mais il finit sa tournée de deux semaines qui passe par la Moldavie, la Biélorussie, Katmandu et les tribus pygmées Aka.
Phil – Ok, à trois guitares (quatre, Tony ?) on bosse avec lui, et pas que pour les rappels cette fois !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


ANGE
Au-delà Du Délire (1974)
La france d'antan




The MOODY BLUES
Days Of Future Passed (1967)
Pas inattaquable mais historique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Steve Hackett (guitares, chant, dobro, basse, harmonica)
- Roger King (claviers, programmations, arrangements orch)
- Amanda Lehmann (choeurs)
- Rob Townsend (saxophone ténor, flûte, doudouk, clarinette b)
- Christine Townsend (violon, alto)
- John Hackett (flûte)
- Dick Driver (contrebasse)
- Gary O'toole, Simon Phillips (batterie)
- Gulli Briem, Nick D'virgilio (batterie)
- Jonas Reingold (basse)
- Malik Mansurov (tar)
- Sheema Mukherjee (sitar)
- Paul Stillwell (didgeridoo)
- Durga Mcbroom, Lorelei Mcbroom (choeur gospel)


1. Fallen Walls And Pedestals
2. Beasts In Our Time
3. Under The Eye Of The Sun
4. Underground Railroad
5. Those Golden Wings
6. Shadow And Flame
7. Hungry Years
8. Descent
9. Conflict
10. Peace



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod