Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis, Squackett, Gtr

Steve HACKETT - Metamorpheus (2005)
Par JAMES DEAN le 25 Avril 2005          Consultée 5492 fois

Le nom de Steve Hackett rime pour beaucoup avec Genesis. Cependant ce ne serait pas rendre justice à ce merveilleux guitariste (autodidacte de surcroît) que d’occulter sa fructueuse carrière solo commencée il y a trente ans de cela. Accompagné du Underworld Orchestra et de son jeu de guitare toujours aussi caractéristique, il reprend là où il s’était arrêté avec "A Midsummer Night’s Dream", sa première œuvre « classique ».
Metamorpheus reprend le tragique mythe d’Orphée... Bizarre mais je sens comme un certain flottement dans l’auditoire, voici donc une petite séance de rattrapage :-)... Orphée est cet homme qui alla chercher sa dulcinée, Eurydice, jusque dans les Enfers pour la ramener à la vie après qu'elle se soit faite mordre par un serpent. Attendrie par l’amour qui habitait les deux jeunes gens, Perséphone pria Hadès d’accepter la demande d’Orphée. Ce dernier y consentit mais fixa une condition : le jeune homme devait faire le voyage du retour sans se retourner sur la captive ni même lui parler. Durant le long périple, ronger par le doute et l'envie de voir sa belle Orphée ne respecta pas l’accord passé avec Hadès et la belle Eurydice mourut définitivement.
Voilà en quelques mots le thème principal de cette œuvre aussi obscure que romanesque, dans la droite ligné de "A Midsummer Night’s Dream" sorti huit années plus tôt.

A la première écoute on est frappé par l’aspect sombre et très mélancolique qui se dégage de l’œuvre. Le parcours du héros ainsi que la tragédie qui entoure l’inéluctable dénouement est parfaitement mis en relief par les différents instruments; la place des cordes est bien évidemment prépondérante et notamment celle des violons. D’ailleurs des morceaux comme « Song to Nature » ou encore « Charon’s Call » sont sublimes avec des mélodies vraiment enchanteresses. Il est amusant de voir que Hackett fait passer sa musique par de nombreuses tonalités afin de représenter au mieux les sentiments des différents protagonistes. En effet on passe de la mélancolie presque désespérée du premier morceau à la valse très « cour de Louis XIV » de « The Dancing Ground » pour ensuite se laisser porter par la tristesse absolue de l’avant dernier morceau. Les douze minutes de « That Vast Life » sont l’aboutissement du travail accompli par cet artiste définitivement génial.

La guitare est, si l’on peut dire, le personnage principal de ce conte symphonique. Hackett maîtrise son art à la perfection et nous délivre de purs moments de magie avec des passages d’une classe et d’une beauté sans pareil. Cependant le rôle joué par l’orchestre est tout aussi important, il offre un accompagnement de choix et apparaît même sur certains morceaux comme l’unique acteur (sur le superbe « Elegy »). Ce qui est merveilleux sur cet album c’est de voir à quel point la dualité guitare/orchestre est maîtrisée. Pour un maître de la guitare, réaliser une œuvre classique aussi aboutie est un vrai tour de force car en effet Metamorpheus est la quintessence de la musique symphonique et de l’épanouissement artistique. La lyre d’Orphée ne pouvait pas trouver plus digne descendante que la guitare féerique de Steve Hackett. L’album se termine sur une note plus positive n’incitant qu’à une chose: se replonger au plus vite dans ce chef d’œuvre néo-romantique emprunt de poésie et de mélancolie.

Le raffinement et la beauté de cette tragédie symphonique vont au-delà de tout mot. Un être touché par la grâce, voilà ce qu’est Steve Hackett...

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE :


Dimitri CHOSTAKOVITCH
Lady Macbeth Du District De Mtsensk (anissimov) (1932)
Le grand opéra de Chostakovitch




Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces Ii - Back To The Pavilion (1980)
Dans la lignée du précédent, et différent


Marquez et partagez





 
   JAMES DEAN

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Steve Hackett (guitare)
- Christine Townsend (violon solo)
- Lucy Wilkins (violon)
- Richard Stewart (violoncelle)
- Sarah Wilson (violoncelle)
- Dick Driver (contrebasse)
- John Hackett (flûte, piccolo)
- Colin Clague (trompette)
- Richard Kennedy (cor)


1. The Pool Of Memory And The Pool Of Forge
2. To Earth Like Rain
3. Song To Nature
4. One Real Flower
5. The Dancing Ground
6. That Vast Life
7. Eurydice Taken
8. Charon's Call
9. Cerberus At Peace
10. Under The World - Orpheus Looks Back
11. The Broken Lyre
12. Severance
13. Elegy
14. Return To The Realm Of Eternal Renewal
15. Lyra



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod