Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK/ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (592)
 The Deep Purple Appreciation Society (467)

DEEP PURPLE - Deep Purple (1969)
Par JOVIAL le 13 Mars 2011          Consultée 3452 fois

Lorsque j’ai acheté cet album, il y a fort longtemps, j’avais en tête les mots d’un certain Christian Eudeline, qui qualifiait les trois premières œuvres de DEEP PURPLE comme « d’embarassantes erreurs de jeunesse », sur lesquelles « on ne trouve pas trace de la folie décomplexée qui bientôt emportera tout sur son passage ».* Et depuis que je connais un peu mieux le groupe, je me demande vraiment si notre Christian a déjà écouté ces fameux premiers albums. Bon, certes le très moyen Shades of Deep Purple n’a en effet rien de vraiment enthousiasmant, et je peux parfaitement concevoir que The Book of Taliesyn en rebute beaucoup, mais franchement comment passer à côté de ce troisième album ? Que l’on aime ou que l’on aime pas - d’ailleurs la question n’est pas là - on ne peut en aucun cas l’oublier dans la liste des bons, voire des très bons albums de rock anglais en cette fin des années 60. Certes, le fossé est énorme entre en cet album et le suivant, Deep Purple In Rock, mais je pense sincèrement que, dans leurs domaines respectifs, les deux se valent. Car oui, il faudrait qu’on cesse une bonne fois pour toute de vouloir à tous prix comparer ce que faisait le Mark I par rapport au Mark II. « Le hard rock du Mark I ? C’est trop naze ! ». Normal mon con, c’est pas QUE du hard rock. Comme je l’expliquais dans la chronique de The Book of Taliesyn, le style de DEEP PURPLE naviguait encore à l’époque entre ce hard rock tant décrié et un rock progressif très honnête, encore sous l’influence des grands noms de la pop ou de la folk anglaise des années 60. Pourquoi dans ce cas vouloir à tous prix nous coller des comparaisons foireuses entre le Mark I et le Mark II ? Non, vraiment, elles n’ont pas lieu d’être. Et surtout pas pour cet excellent troisième disque.

Pour résumer, par rapport aux deux précédents albums, Deep Purple respire la confiance, la maîtrise. Tous les musiciens, sans exception, se sont armés d’une assurance certaine, évitant ainsi les travers de leurs premières compositions. Ian Paice et Jon Lord étaient, et ça s’entendait, les plus à l’aise et les plus expérimentés, et sur lesquels, tels des piliers, toute la musique de DEEP PURPLE reposait. Mais ici se révèlent les trois autres acteurs : Ritchie Blackmore déroule comme un maître des riffs d’une efficacité presque déconcertante (« Chasing Shadows », « Bird Has Flown »), se balade et rayonne alors totalement sur ses soli, des plus psychédéliques aux plus bluesy (« Chasing Shadows », « Blind », « Fault Line » et « Was Didn’t Rosemary? »). Rod Evans également a fait d’énormes progrès, lui qui peinait parfois à sérieusement nous convaincre, hormis sur quelques rares morceaux, où l’on pouvait déjà entrevoir ce qu’il valait réellement (« Listen, Learn, Read On », « Mandrake Root » ou « Hush » pour ne citer que les meilleurs). Sur Deep Purple, au contraire, il s’affirme, réussit parfaitement à s’accorder sur l’ambiance et les humeurs de ses camarades. Sur « Blind », l’association entre son chant nostalgique et le clavecin de Lord est en tout point remarquable, et notre chanteur ne bascule jamais dans le tragique grotesque et la gaieté gonflante comme il lui arrivait de le faire encore quelques temps auparavant. Mieux, il excelle désormais aussi bien sur les ballades (l‘émouvante « Lalena ») que sur des morceaux aux tons plus durs, en particulier « Bird Has Flown ». Enfin, l’acteur de l’ombre, Nick Simper, qui gagne à mon avis en technicité, en ne se contentant plus d’aligner trois notes différentes pour composer ses lignes de basse, plus mélodiques et réussies que jamais sur les sept morceaux réunis ici. Malheureusement pour le bassiste et son compère Rod Evans, leur aventure avec DEEP PURPLE se terminera quelques mois plus tard, et leurs apports au groupe sera méconnu, ou au mieux, minimisé.

Si cet album est aussi excellent, c’est aussi parce que le groupe s’essaie à tout, s’intéresse à tout, faisant ainsi de Deep Purple une œuvre vaste et riche. Du rock psychédélique, qu’il soit tribal (« Chasing Shadows) ou plus expérimental (« Fault Line »), à l’incroyable rock baroque de « Blind », sans oublier le sympathique rock’n'roll de « Why Didn’t Rosemary? », DEEP PURPLE réussit un parcours sans faute, où l’on retrouve aussi une des premières traces de ce hard rock qu’il pratiquera par la suite, avec le titre « Bird Has Flown ». Sorte de « Mandrake Root » amélioré, il se démarque nettement du reste de l’album, par son double-riff jouissif et tranchant, complété par une outro démentielle, hypnotique et sombre. Enfin, n’oublions surtout pas de parler d’« April », que je considère tout simplement comme le meilleur morceau que DEEP PURPLE ait jamais écrit. Oui m’dames et messieurs, le meilleur. Un joyau. Une merveille. Une pièce instrumentale en trois actes, très différents, mais s’enchaînant, selon moi, sans fausse note. Le premier acte serait presque digne d’un western de Sergio Leone, avec son orgue, sa guitare acoustique et ses complaintes héroïques, au cours duquel Blackmore effectue sans doute l’un des plus longs soli de sa carrière. Le second acte est le plus curieux, et peut-être assez déroutant, mais voit enfin Jon Lord composer une de ses premières pièces de musique classique. Car oui, voilà ce que l’on entend, quatre minutes d’une symphonie médiévale, n’atteignant bien sûr pas les cieux des grands compositeurs des siècles passés, mais d’une qualité cependant très acceptable. Le troisième acte enfin est en réalité la suite du premier, que ponctue, une fois de plus, un excellent solo de Ritchie Blackmore, décidément impressionnant du début jusqu’à la fin.

Il faut croire que le Jardin des Délices de Jérôme Bosch en guise de pochette a fait peur à Christian Eudeline. « Du hard prog’ ? Très peu pour moi ! ». T’as bien tort, tu loupes quelque chose je t’assure. Seul « April », que je vénère tant, fait perdre quelques points à l’album, car il est aisé d’imaginer qu’elle ne plaise pas à tous le monde. Quoiqu’il en soit, voici le meilleur album du Mark I, et l’un des mes préférés de DEEP PURPLE. Bonne écoute à tous.

*Le livre s’intitule Hard Rock, disponible chez Hors Collection. Personnellement, plus j’en apprends sur le hard rock et le metal en général, plus il me déçoit.

A lire aussi en HARD ROCK :


UFO
Showtime (2005)
Vivants.




BLUE ÖYSTER CULT
Secret Treaties (1974)
Le dernier de la période "noir et blanc"

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- Ritchie Blackmore (guitare)
- Jon Lord (claviers/choeurs)
- Nick Simper (basse/choeurs)
- Rod Evans (chant)
- Ian Paice (batterie)


1. Chasing Shadows
2. Blind
3. Lalena
4. Fault Line/the Painter
5. Why Didn't Rosemary ?
6. Bird Has Flown
7. April



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod