Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-ROCK/FUNK/PSYCHé  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Thin Lizzy, Electric Sandwich, Uriah Heep, Eloy, Led Zeppelin, Scorpions
- Membre : California Breed, Msg, Flying Colors, Gary Moore , Kansas, Rainbow, Billy Cobham , Tony Iommi , Black Sabbath, Captain Beyond, Who Cares, Blackmore's Night, Ian Gillan , Tommy Heart , Ozzy Osbourne
- Style + Membre : Glenn Hughes , Joe Lynn Turner , Warhorse, Whitesnake
 

 Site Officiel (593)
 The Deep Purple Appreciation Society (468)

DEEP PURPLE - Come Taste The Band (1975)
Par MASTCARD le 14 Avril 2012          Consultée 3356 fois

Bon, ben voilà... BLACKMORE se casse.

Ça devait arriver, c’est sûr. Quand celui qui a écrit « Child In Time » se retrouve quelques années plus tard à jouer du Funk sur scène, on sent que, inévitablement, ça va péter. Et connaissant le bonhomme, ça ne se terminera pas par un « Je ne m’épanouis plus dans ce groupe, gros bisou à tous »... Lui, s’il pouvait se démerder pour que tous les membres chopent le typhus, il le ferait.

Mais bon, personne n’est mort... BLACKMORE se casse.

Oui mais voilà, on s’en fout complètement. Pour plusieurs raisons : d’abord parce que son remplaçant Tommy BOLIN joue parfaitement son rôle ; et ensuite, parce qu’on a pas vraiment le temps de penser à lui. DEEP PURPLE, c’est un peu le groupe aux 7 vies. Autant le changement entre deux formations n’est pas toujours très flagrant, autant ici on a l’impression d’avoir affaire à un tout autre groupe de Hard-Rock. Le son de BOLIN n’est pas le même, le jeu non plus, c’est la rupture, la fracture sociale. Heu... non, merde, attendez...

Bref !

Parfois le changement ça a du bon, et puis ça nous fait gagner un autre bon groupe (RAINBOW), tout le monde est content. Je disais il y a instant que l’on n’avait pas le temps de penser à Ritchie, ce qui est vrai car dès la première seconde de lecture, « Comin’ Home », juste simplement génial, démarre en trombe avec une guitare prise de spasmophilie et une rythmique explosive. Ajoutez l’orgue qui balance le riff plus la voix de COVERDALE, et le tout devient franchement bandant. Puis ce refrain, la vache ! Les chœurs qui viennent nous chanter « Comin’ Hooo-oo-oo-oo-oome » telle une chorale en pleine messe, c’est divin... Le message est clair, DEEP PURPLE ressuscite une énième fois et s’en sort très bien même sans son co-fondateur égocentrique. Quant au solo de BOLIN, il réduit à néant tous les doutes qui pouvaient subsister quant à sa capacité à remplacer BLACKMORE, grâce à une technique d’enfer et un sacré feeling (écoutez moi les trente dernières secondes, il se déchaine). Une ouverture superbe, un vrai bijou.

Mais pourquoi s’attarder sur un seul morceau quand l’album entier est une réussite ?

Même si le changement de guitariste se fait sentir, l’album s’inscrit dans la continuité de Stormbringer : un Hard-Rock plus soft, légèrement funky. Le côté funky est mis bien plus en avant ici avec des morceaux comme « Lady Luck », « Gettin’ Tighter ». En fait « Comin’ Home » est le morceau le plus traditionnel de l’album, le plus heavy. Sur le reste de l’album, on est, comme je l’ai dit, très proche du précédent skeud. A quelques détails près évidemment... D’abord, les morceaux sont plus lents, plus enlevés, comme « Love Child » qui possède un très bon riff que le duo orgue-guitare met bien en valeur, ou « Drifter », excellent lui aussi, qui traine jusqu’à l’accélération du refrain, ou encore « Dealer », « This Time Around », et « You Keep On Moving », qui tous les trois mettent en avant le côté psychédélique et progressif (pour les deux derniers cités) de l’album. « This Time Around » nous permet d’ailleurs de profiter des formidables talents de vocaliste de HUGHES, quant à « You Keep On Moving » (écrite pour Burn mais rejetée par Blackmore qui la détestait), il s’agit d’un joyau psychédélique : travail de l’ambiance, bonne mélodie, du chant, du vrai, et encore une fois, un @#&}§% de solo !!!

Car, c’est une constante que l’on ne précise même plus : les musiciens sont toujours aussi excellents, BOLIN en tête, et ce qu’ils font, ils le font bien. Seule ombre au tableau, « I Need Love » m’apparaît comme un petit clone de « Lady Luck », ce qui m’empêche de l’apprécier pleinement. C’est pas trop grave, il y a largement de quoi faire.

Donc vous aussi, venez goûter au Mark IV !

Note : 4,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par MASTCARD :


DEEP PURPLE
Machine Head (1972)
Oulala, quel suspense...

(+ 2 kros-express)



DEEP PURPLE
In Rock (1970)
Impact dans 5.....4.....3.....2.....1.....

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   MASTCARD

 
   GEGERS
   RED ONE
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- David Coverdale (chant)
- Tommy Bolin (guitare, chant)
- Glenn Hughes (basse, chant)
- Jon Lord (orgue, claviers)
- Ian Paice (batterie)


1. Comin' Home
2. Lady Luck
3. Gettin' Tighter
4. Dealer
5. I Need Love
6. Drifter
7. Love Child
8. This Time Around/owed To 'g'
9. You Keep On Moving



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod