Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Miles Davis
- Membre : Bande Originale De Film
- Style + Membre : Edda Dell'orso

Ennio MORRICONE - Lounge (2020)
Par AIGLE BLANC le 16 Novembre 2020          Consultée 541 fois

Ennio MORRICONE compte parmi les artistes les plus célébrés dans le monde entier dont la carrière discographique se voit jetée en pâture sur la voie publique par la gargantuesque et vulgaire armada des compilations bon marché qui pullulent un peu partout sur les étagères des grandes surfaces culturelles et celles, plus bassement anthropophages, des enseignes alimentaires qu'affectionne tant la cohorte des zombies chère à George Romero. Les quelques 500 musiques de films composées par le Maestro au cours de ses 60 ans de carrière sauraient-elle justifier les 536 compilations (Best Of, Hits, Coffrets, Anthologies) référencées chez Discogs ? Bien évidemment, ces opérations commerciales, aussi généreuses en terme de pistes que bridées en terme de regard porté sur une oeuvre bien plus éclectique qu'on voudrait nous le laisser entendre, se contentent d'empiler les tubes et les hits du compositeur italien sans souci ni de cohérence stylistique ni de chronologie ni même d'originalité, aucune d'entre elles ne se préoccupant du fait que les titres choisis l'aient été aussi par toutes celles l'ayant précédée.
On pourrait soupçonner l'excellent label allemand Music On Vinyl de vouloir exploiter l'engouement du public, exacerbé tel un feu de paille par la mort d'Ennio MORRICONE, en nous refourguant l'antépénultième compilation de ses musiques les plus connues. C'est sans compter la passion de ce label n'ayant pas attendu le 6 juillet 2020 (date du décès de l'artiste romain) pour honorer sa mémoire. En effet, en 2017, le label avait signé sa luxueuse série Ennio Morricone Classic Soundtracks rééditant ainsi une douzaine de ses B.O, pas forcément les plus connues, et offrant un survol de choix de sa carrière des années 80 et 90. Cette collection de goût avait permis de redécouvrir quelques oeuvres un peu oubliées (Casualties of War, La Cité de la Joie, Wolf, La Nuit et le Moment et, surtout La Scorta, grande réussite du Maestro).
Trois ans auparavant, en 2014, Music On Vinyl avait édité une compilation double vinyles, sobrement intitulée Ennio Morricone Collected qui parcourait de manière chronologique 34 de ses meilleures compositions avec une prédilection pour les westerns (face A du vinyle 1) et les polars ou films de gangsters (face B du vinyle 1 et tout le vinyle 2), une entrée en matière idéale pour le néophyte désirant découvrir le Maestro.

Lounge, le disque qui intéresse cette chronique, s'inscrit dans une série de 5 double vinyles que signe toujours le label Music On Vinyls. Pourquoi une telle compilation après la précédente, Ennio Morricone Collected ? Qu'apporte-t-elle de neuf ?
Si Collected s'adressait au néophyte, Lounge s'adresse plutôt à l'amateur éclairé désireux d'entrer plus en profondeur dans l'oeuvre morriconienne et donc prêt à débourser pour cela l'achat de pas moins de cinq volumes d'une série intitulée The Ennio Morricone Themes dont l'ambition consiste à parcourir les différents genres de films honorés par le compositeur. Des quatre premiers volumes déjà parus entre février et octobre 2020, le premier (Western) aborde les musiques des westerns italiens, si appréciées du public, le deuxième (Psycho) les films policiers ou à suspense, tandis que le quatrième (Giallo) se focalise sur les Gialli (thrillers italiens des années 70). Le cinquième et ultime volume (Passion) de cette belle collection, à paraître prochainement, rassemble des musiques accompagnant les comédies italiennes, souvent polissonnes, les comédies dramatiques, les drames et les romances.
Lounge est le seul des 5 volumes de la série à sélectionner ses titres non pas en fonction d'un genre de film déterminé, mais du style musical qu'ils abordent tous.
Entendons-nous bien : jamais Ennio MORRICONE dans les années 60 et 70 n'a composé intentionnellement de musiques "lounge", ce terme désignant les musiques à cocktails, fraîches et légères, easy-listening certes mais de forme sophistiquée, n'existant pas à cette époque. C'est a posteriori qu'a été établi le lien entre la musique "lounge" et un certain type de créations du Maestro qu'il n'a cessé de composer au fil des décennies 60 et 70, et irriguant des films de genres très divers. C'est ainsi que dans ce numéro 3 de la série The Ennio Morricone Themes, les titres sélectionnés sont issus aussi bien des comédies italiennes (Scusi, Facciamo l'Amore? ; L'Alibi : Come Imparai ad Amare le Donne), des films d'espionnage (Slalom), des policiers (Gli Intoccabili, La Città Violenta); que des thrillers psychologiques (Le Foto Proibite di una Signora Per Bene ; La Donna Invisibile).

La qualité d'une compilation ne se mesure pas exclusivement à la qualité des titres retenus, même si, en l'occurrence, Lounge bénéficie d'un choix très pertinent des pistes le composant, qui naviguent musicalement entre le bon, le très bon voire l'excellent.
La cohérence reste également un critère primordial d'évaluation et ici la conception-même de cette compilation, regroupant les pistes lounge d'Ennio MORRICONE, assure ladite qualité, évitant la disparité stylistique qu'aurait pu entraîner un parcours exhaustif de tous les styles de compositions abordées par le Maestro.
L'agencement des morceaux doit aussi résulter du souci principal de tout compilateur respectant le confort d'écoute de ses auditeurs. A ce titre, Lounge trouve le parfait équilibre entre des plages rythmées aux confins du Swinging London (époque de sortie des films oblige) et des ballades rêveuses. Dans la première catégorie, je vous invite à vous précipiter sur le titre issu de la B.O de La Città Violenta, "La Svolta Definitiva" dont la basse, que renforce l'orgue psyché, assure un groove funky absolument roboratif, tandis que la guitare wah-wah injecte une touche psychédélique étonnante pour qui ne connaissait pas E. MORRICONE sous ce visage rock sixties. De même, venez vous trémousser sur la piste de danse avec les variations 1 et 2 de "La Moda" et "Allegretto Per Signora", titres extraits respectivement des B.O de La Donna Invisibile et de Le Foto Proibite di Una Signora Per Bene, modèles de pop easy-listening au sommet du génie morriconien.
La deuxième catégorie regroupe des pistes calmes, autant de ballades rêveuses, comme les deux titres extraits du film Slalom, "Un Caffè Sulla Banchina" et "Una Sera In Albergo", modèles de jazz smooth où brillent la coolitude d'une guitare électrique, les gimmicks aussi discrets qu'indispensables de l'orgue Hammond, appuyé par des accords de piano, et la batterie fouettée qu'agrémente un saxo susurré. Là encore, si le compositeur italien n'innove guère sur le plan musical, sa capacité à se fondre dans le moule d'un jazz cool demeure confondante tant son talent lui permet de dépasser largement le cadre du pastiche si limité d'ordinaire.
Les plages calmes ensorcellent véritablement l'auditeur quand elles sont caressées et susurrées par les vocalises inimitables de la sublime Edda Dell'Orso dont la voix de soprano illumine bien des compositions du Maestro. Si vous voulez découvrir le précurseur possible de la dream pop chère à COCTEAU TWINS, veuillez plonger dans les trésors de sensualité délivrés par "In un Sogno il Sogno" (extrait de La Donna Invisibile) où un piano de style CHOPIN ou SATIE offre un tapis de velours aux suaves épanchements vocaux d'Edda Dell'Orso, autre influence possible du BADALAMENTI de Twin Peaks. Quant à "Poesia di Una Donna" et "La Bambola" extraits de Veruschka, sublimes de sensualité et d'onirisme, ils s'inscrivent dans la même veine que MORRICONE maîtrise à la perfection.
Comme le montre indirectement cette chronique, Lounge alterne avec bonheur titres instrumentaux et chantés, raison supplémentaire pour vous laisser tenter par un programme de qualité apte à vous faire découvrir un MORRICONE inattendu dans le cas où vous ne connaîtriez que ses musiques de westerns italiens et ses travaux orchestraux.

A lire aussi en POP par AIGLE BLANC :


Edda DELL'ORSO
Voice (2007)
Il était une fois Edda




Etienne DAHO
Corps & Armes (2000)
Une pop luxueuse à la bacharah.


Marquez et partagez







 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Musiciens Non Crédités.


- side A
1. Allegretto Per Signora
2. Belinda May
3. In Un Sogno Il Sogno
4. Poesia Di Una Donna
5. Sestriere
- side B
6. La Moda (n°2)
7. Come Quando Fuori Piove
8. Un Po' Di Ironia Acida
9. U-pa-ni-sha
10. Scusi, Facciamo L'amore
- Side C
11. La Moda (n°3)
12. L'alibi (shake N°2)
13. Un Caffè Sulla Banchina
14. La Bambola
15. A Lidia
- side D
16. L'alibi (shake N°3)
17. Una Sera In Albergo
18. Ruba Al Prossimo Tuo
19. Svolta Definitiva
20. La Donna Gattina



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod