Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Scorpions, Bon Jovi, Gotthard
- Membre : Tommy Heart , Phantom V
- Style + Membre : Mad Max

BONFIRE - Branded (2011)
Par GEGERS le 18 Février 2011          Consultée 1676 fois

Si 1972 voit Scorpions sortir son premier album, cette année-là voit également un autre jeune groupe allemand poindre le bout de son nez : Cacumen. Fort d'une régularité et d'une constance exemplaires et jouissant toujours d'une popularité fort honorable, nous retrouvons aujourd'hui le groupe de hard rock (rebaptisé BONFIRE en 1986) à l'occasion de la sortie de ce quinzième album studio, qui marque le retour du batteur Dominik Huelshort, qui officiait sur le premier opus de BONFIRE, l'excellent Don't Touch the Light.

Un album à côté duquel ce Branded fait d'ailleurs bien pâle figure. Car si la force de BONFIRE a toujours été d'aller de l'avant, n'hésitant pas à se renouveler et à sortir des sentiers battus (en témoigne l'audacieux opera-rock The Raüber paru en 2008), le groupe était également et jusqu'alors un des rares combos hard rock à sortir réellement leur épingle du jeu depuis le début des années 2000 et à offrir des albums de grande classe. Et il faut bien avouer que, sans être pour autant un album médiocre, Branded marque le pas, et n'offre que le visage le plus consensuel d'un groupe qui donne l'impression de publier ici un album alimentaire.

D'entrée l'on perçoit que quelque chose cloche dans le petit monde de BONFIRE. Alors que pour le groupe s'est fait pour habitude d'entamer ses albums par des titres « bombastic » qui renvoient l'auditeur dans les cordes, voici que le groupe présente un « Deadly Contradiction » poussif et quasiment auto-parodique, tant le riff sonne plat et les paroles font preuve d'une niaiserie affligeante. Certes, le groupe n'est pas connu pour ses textes philosophiques, reste que ce morceau ne vaut guère plus que d'être placé en face B d'un éventuel single... Alors bien sûr, BONFIRE a de la bouteille, et sait faire parler la poudre lorsque le besoin s'en fait ressentir. Plus énergique et entraînant, « Just Follow the Rainbow » est un titre à la fois agressif et immédiat, transcendé par un refrain imparable, démontrant que le groupe allemand en a encore sous la pédale. La véritable réussite de Branded reste néanmoins le triptyque composé de « Let it Grow », « Better Days » et « Do or Die ». Alors que le premier de ces trois morceaux est une power-ballade riche en émotions (le groupe a toujours été excellent dans le style »), « Better Days » constitue pour sa part un mid-tempo sombre et empreint d'un pessimisme inédit pour le groupe teuton. Claus Lessman, de sa voix chaude et éraillée (le bonhomme ne possède qu'une corde vocale !), permet d'apporter un aspect théâtral à l'ensemble, dont les sept minutes passent comme un lettre à la poste. Et le groupe de s'exciter enfin sur l'ultra-speed « Do or Die », brûlot heavy rock d'une efficacité imparable qui rassure l'auditeur.

La suite n'a malheureusement rien de bien rassurant. Le groupe déroule son savoir-faire comme les comptables alignent leurs chiffres, sans réussir à reproduire l'étincelle permettant de transformer des morceaux tout juste sympathiques en petites tueries hard rock. Le plaisir est bien là à l'écoute de ces « Close to the Edge », « Crazy » et autre « Loser's Lane », mais il s'agit d'un plaisir poli et bienveillant, conscient que le groupe ne fait que répéter (en moins bien) des plans, des riffs et des lignes de chant déjà présents sur ses albums précédents. La toute fin d'album relève néanmoins le niveau, avec une nouvelle ballade de haut niveau (la magnifique « Hold Me Now ») et deux relectures acoustiques de grands classiques du groupe, « I Need You » et « Rivers of Glory », qui renforcent la déception quant au reste de l'album. Car si le groupe n'a pas sorti que des albums glorieux, sa forme retrouvée au début des années 2000 laissait espérer mieux que ce Branded fade et sans âme, sauvé par la grande expérience et le savoir-faire du combo teuton. Décevant.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MSG
One Night At Budokan (1982)
Les hard rockers aiment le Japon




MSG
The Michael Schenker Group (1980)
L'émancipation d'un virtuose caractériel


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Claus Lessmann (chant, guitare)
- Hans Ziller (guitar, talk-box)
- Chris Limburg (guitare)
- Uwe Köhler (basse)
- Dominik Huelshorst (batterie)


1. Deadly Contradiction
2. Just Follow The Rainbow
3. Save Me
4. Let It Grow
5. Better Days
6. Do Or Die
7. Close To The Edge
8. Crazy
9. Loser’s Lane
10. Hold Me Now
11. I Need You (bonus Track)
12. Rivers Of Glory (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod