Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1987 Fire Works
1989 Point Blank
1991 Knock Out
2006 Double X
 

- Style : Scorpions, Bon Jovi, Gotthard
- Membre : Tommy Heart , Phantom V
- Style + Membre : Mad Max

BONFIRE - Free (2003)
Par GEGERS le 14 Mars 2020          Consultée 248 fois

Alors que pour nombre de groupes de hard rock / heavy metal, le tournant du siècle est également synonyme d’une baisse, parfois inquiétante, de popularité, BONFIRE fait figure d’exception. En effet, après la publication du très recommandable Strike X, le groupe enchaîne avec une compilation, 29 Golden Bullets (2001) et un album live, Live Over Europe ! (2002), qui permettent au combo de Claus Lessmann et Hans Ziller de jouir d’une côte d’amour se rapprochant de celle de l’âge d’or de la fin des années 80.

Le départ du claviériste et guitariste rythmique Chris Lausmann en 2002 n’entame pas l’enthousiasme du groupe au moment de se rendre en studio pour mettre en boîte un nouvel album. Pourtant, Free, neuvième opus frappé du sceau BONFIRE, est certainement une des réalisations les plus faibles des Allemands. Qu’a-t-il bien pu se passer dans le cerveau de Hans Ziller entre la sortie du certes passéiste mais néanmoins très efficace Strike X et le début de la composition de cet opus décevant ? Alors que la vague grunge et rock alternatif, mode éphémère, commençait déjà à se retirer, et alors que le classic rock célébrait son retour à grands coups d’albums évoquant les années 80, c’est ce moment que choisit BONFIRE pour construire un album résolument aventureux à défaut d’être réussi, proposant de nombreuses influences pop / rock et rock alternatif qui, infusées dans le hard rock séculaire des Germains, sonnent résolument à côté de la plaque.

La faiblesse essentielle de Free réside essentiellement dans sa mollesse. Le titre d’ouverture, "On and on", est construit autour d’un riff plombé, sans subtilité ni force de frappe, auquel succèdent des couplets "clairs" qui manquent résolument de mordant. C'est une constante de cet album. "I would do anything 4 you", qui cède alors à la mode d’une époque jugeant opportun de remplacer des mots par leur équivalent phonétique en chiffre, bénéficie d’un tempo plus enlevé, mais se voit une nouvelle fois plombé par un riff sans vie ni substance. Seul le refrain, agrémenté de sympathiques harmonies vocales à la manière des BEATLES, permet au morceau d’éviter le naufrage. BONFIRE a, c’est une évidence, décidé de changer sa formule, désireux de ne pas se répéter. L’intension est louable, mais l’exécution désastreuse. Le travail des guitares semble ici paresseux, le groupe ne parvenant pas à proposer un seul riff digne de ce nom, et aucun solo flamboyant. Alors que les ambiances modern-rock se répandent sur l’album, le groupe nous inflige un "Rock’n’roll star" dont le phrasé rap est une injure au bon goût (le groupe retournera sa veste sur l’album suivant avec le morceau "Rap is crap"), "Love Cca", sorte de hard-pop une nouvelle fois inspiré par les BEATLES, qui s’enfonce dans les méandres de la médiocrité, ou encore "September on my mind", titre plus traditionnel d’inspiration blues, inspiré par les attentats du 11 septembre 2001, mais une nouvelle fois sans envergure.

Il faut, pour trouver de quoi se satisfaire, chercher du côté de "Preachers and Whores", titre hard-rock sympathique bien qu’anodin, mais qui bénéficie enfin de couplets et d’un refrain accrocheurs, malgré la présence d’un solo lénifiant. Dans le genre folk-rock inspiré par la country, le groupe convainc avec "Give a little", inspiré et réussi, titre pouvant évoquer "Proud of my country".

Finalement, les seules vraies réussites sont les ballades. "Free", qui donne son nom à l’album, témoigne enfin d’une implication appréciable de la part d’un groupe jusque là méconnaissable. Le refrain, mordant, offre un sympathique contraste avec les couplets acoustiques, et le morceau, doté d’une belle montée en intensité, s’achève au bout de six minutes intenses. Une réussite, au même titre que le morceau "Friends", qui clôture l’album. Délicate ballade acoustique, ce morceau qui fait l’apologie de l’amitié entre les deux membres fondateurs de BONFIRE (amitié qui aura fait long feu) est finalement la pièce la plus savoureuse de l’album.

Mou, engoncé dans des arrangements modern-rock résolument déplacés, Free est un album raté, sauvé de la catastrophe par quelques titres qui permettent de faire le lien avec le BONFIRE de la grande époque. L’intention est louable, l’exécution décevante. Un album expérimental à oublier.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Double X (2006)
La perfection en matière de hard rock germanique.




SCORPIONS
Living For Tomorrow (1992)
Méconnu mais indispensable


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Claus Lessmann (chant, guitare)
- Hans Ziller (guitare)
- Jürgen Wiehler (batterie)
- Uwe Köhler (basse)


1. On And On...
2. I Would Do Anything 4 U
3. What About Love ?
4. Rock 'n' Roll Star
5. Free
6. Preachers & Whores
7. Love Cca
8. Give A Little
9. September On My Mind
10. Friends



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod