Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Giovanni Battista Pergolesi , Joseph Haydn , Johann Baptist Vanhal , Michael Haydn
- Style + Membre : Mozart L'egyptien

Wolfgang Amadeus MOZART - Symphonies N°21 à 25 (krips) (1973)
Par CHIPSTOUILLE le 15 Mars 2006          Consultée 6869 fois

Les symphonies, pièces orchestrales généralement en 3, 4 ou plus rarement 5 mouvements sont estimées avec généralement plus d'intérêt que les septuors ou les sonates. Ludwig en composa 9, lesquelles ont plus de notoriété que la centaine de Joseph ou la cinquantaine de Wolfgang. Pourquoi tant de labeur si injustement estimée? Parce que, voyez-vous, les 8 minutes de la symphonie n°22 de MOZART, soutiennent difficilement le choc des 50 de l'héroïque de BEETHOVEN. Et pourtant sans MOZART, il n'y aurait peut-être pas eu de symphonie Beethovenienne.

A vrai dire, à l'époque où ces cinq symphonies furent composées (de 1772 à 1773) cette forme musicale était plus considérée comme un simple divertissement, au même titre que les sonates ou les concertos. C'est ainsi qu'on explique facilement le rythme élevé de parution de ces oeuvres, au caractère divertissant, loin de l'effort incommensurable de composition qu'imposera plus tard BEETHOVEN. Effort que SCHUMANN, par exemple ne parviendra que très difficilement à fournir sur ses 4 symphonies.

MOZART, au même titre que son grand ami HAYDN dont il fera connaissance à cette même époque, compose ces symphonies dans cette optique divertissante, alternant le nombre de mouvements entre 3 et 4, tout en conservant des durées relativement courtes. Le style "galant" dont il fait preuve ici, par opposition au style "savant" qu'il adoptera après avoir découvert BACH et HAENDEL, pare ces symphonies d'une robe accueillante et facile d'écoute, rien de très technique ou d'alambiqué pour le moment, mais bien de quoi divertir l'oreille facilement.

Or, MOZART évolue, et réalise, ce qui reste encore un mystère inexpliqué pour moi, sa "25ème symphonie", apanage du bon goût, et véritable petite révolution musicale avant l'heure. Les autres compositions du génie de la même époque qu'il m'ait été donné d'écouter n'arrivent pas à la cheville de celle-ci, qui se retrouve être à mon humble avis, le premier véritable chef d'oeuvre de Wolfgang Amadeus MOZART.

On décèlera sur ce CD, notamment sur les 21ème et 22ème symphonies, une légère envie de progresser, au delà du style de HAYDN sur les entournures musicales, les thèmes utilisés, et surtout cette façon de retourner le thème contre lui à l'avant dernière reprise de celui-ci, dans un seul et même mouvement (sur le presto assai de la 22ème), spécificité qui fera le succès de la fameuse 40ème (entre autres)

Au final, on regrette quelque peu le choix des symphonies du CD, accolant 4 divertissements de qualité diverses (on s'ennuie sur la fin de la 23ème et sur une bonne partie de la 24ème) à un chef d'oeuvre inégalé de simplicité, quand bien même l'intérêt chronologique permet de constater ici de la plus belle des façons les progrès du génie bientôt accompli. Rien d'indispensable ici si ce n'est donc la 25ème.

Un mot sur l'interprétation: Joseph Krips, éminent chef d'orchestre connu pour les interprétations de MOZART qu'il livra après la seconde guerre mondiale, conduit ici une oeuvre peut-être un peu trop fidèle à la partition. La qualité sonore est honorable (on déplore quelques très rares parasites) et j'avoue avoir encore un doute sur l'aspect "live" de cet enregistrement, le public étant complètement absent. On constate également une direction légèrement au fond du temps, qui revient en accélérant sur des augures plus vives a chaque fin de phrase. Le Menuetto de la 25ème y gagne en profondeur, alors que ses deux premiers mouvements y perdent en efficacité. Rien de troublant, mais on lui préfèrera particulièrement la version plus dynamique de Neville Mariner.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
La Création (harnoncourt) (1798)
Et la lumière fut...




Johann Sebastian BACH
Messe En Si Mineur Bwv 232 (herreweghe) (1748)
Pour les amateurs.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Royal Concertgebouw Orchestra, Amsterdam
- Josef Krips (direction)


- symphonie N°21 En La Majeur (k 134)
1. Allegro
2. Andante
3. Menuetto
4. Allegro
- symphonie N°22 En Ut Majeur (k 162)
5. Allegro Assai
6. Andantino Grazioso
7. Presto Assai
- symphonie N°23 En Ré Majeur (k 181)
8. Allegro Spiritoso - Andantino Grazioso - Presto As
- symphonie N°24 En Si Bémol Majeur
9. Allegro Spiritoso
10. Andantino Grazioso
11. Allegro
- symphonie N°25 En Sol Mineur
12. Allegro Con Brio
13. Andante
14. Menuetto
15. Allegro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod