Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Nektar, Emerson, Lake & Palmer
- Membre : Rick Wakeman, The Moody Blues , Uk, Jon & Vangelis, Gtr, King Crimson, Squackett, Jon Anderson , Yoso, Asia, Chris Squire
 

 Site Officiel (586)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (479)

YES - Magnification (2001)
Par WALTERSMOKE le 4 Février 2019          Consultée 173 fois

« Bon les gars, Billy a quitté le groupe parce qu'il pensait avoir tout dit avec nous, et Igor a été éjecté parce qu'il a agressé une meuf, on fait quoi maintenant ?
- On rappelle Rick ?
- Non, trop classique.
- Ah ben en parlant de classique, pourquoi pas faire du rock symphonique ? »

Bien sûr, ce n'est pas comme ça que Magnification a été créé, mais il est tentant de se l'imaginer ainsi au vu du contexte chez le YES du nouveau millénaire. Un YES à 4 donc, sans clavier mais avec un orchestre derrière. Le fan aguerri et éclaire (je vous jure que ça existe !) tremble de peur, il se souvient du médiocre Time and a Word (1970), il sait que Jon Anderson et ses comparses sont capables de se planter dans les grandes largeurs.

Magnification n'est cependant pas aussi mauvais. Dans le fond du panier, on va dire qu'il surnage, se permettant même de toiser Open Your Eyes (1997), Time and a Word ou encore Tales bla bla (1973). Des morceaux inutiles, il y en a, comme par exemple les interludes ("Can You Imagine", "Soft as a Dove", "Time is Time"). Des morceaux ennuyeux et trainant inutilement en longueur, bien entendu. En premier lieu, "In the Presence of" est une compo peu inspirée et pas touchante, qui s'étire inutilement, tandis que d'autres morceaux comme "Give Love each Day" ou "We Agree" arborent les mêmes défauts, le mielleux en plus. Mais aucune piste n'est complètement ratée, aucune ne fait dire « ohlala vivement la retraite », et pour être franc, l'intégration de l'orchestre est bien plus réussie que par le passé.

En fait, Magnification est d'autant plus énervant qu'il a de bons morceaux sous la main. Le meilleur reste "Spirit of Survival", où le mélange rock-orchestre marche du feu de Dieu, pour un morceau dynamique et épique, sans fioritures. Le morceau-titre en ouverture annonce des choses musclées et fines à la fois, et si "Dreamtime" met son temps à décoller, il parvient à tutoyer les fresques progressives de YES, grâce à des variations pertinentes.

En fait, il aurait été intéressant de voir un successeur à Magnification. Ce dernier, dans un univers alternatif, serait un album de transition vers un rock progressif à orchestre sachant mieux doser son côté mièvre tout en composant des morceaux géniaux. Et ce ne sont pas des paroles en l'air, il suffit d'écouter l'album pour s'en convaincre. Mais la suite fut tout autre.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


FAUST
So Far (1972)
Faust en mode commercial ? Hahaha




WALLENSTEIN
Cosmic Century (1973)
La pièce maitresse de Wallenstein


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Jon Anderson (chant, guitares acoustique et midi)
- Chris Squire (basse, chant sur 5, chœurs)
- Steve Howe (guitares, mandoline, chœurs)
- Alan White (percussions, piano, chœurs)
- Larry Groupé (chef d'orchestre)


1. Magnification
2. Spirit Of Survival
3. Don't Go
4. Give Love Each Day
5. Can You Imagine
6. We Agree
7. Soft As A Dove
8. Dreamtime
9. In The Presence Of
10. Time Is Time



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod