Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Nektar, Emerson, Lake & Palmer
- Membre : Rick Wakeman, The Moody Blues , Uk, Jon & Vangelis, Gtr, King Crimson, Squackett, Jon Anderson , Yoso, Asia, Chris Squire
 

 Site Officiel (492)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (408)

YES - Like It Is : Yes At The Mesa Arts Center (2015)
Par WALTERSMOKE le 9 Juillet 2015          Consultée 2383 fois

La sortie du dernier live en date de YES est forcément empreinte d'une grande tristesse. En effet, Chris Squire est mort en juin 2015, foudroyé par une leucémie diagnostiquée à peine quelques semaines plus tôt. La disparition du bassiste emblématique du groupe, qui avait participé à tous les projets de YES depuis ses débuts (sauf le vrai-faux side-project ABWH, mais c'est un cas particulier) est à même de remettre en cause l'existence de la formation, ou du moins l'intensité de son activité. Cependant, the show must go on, comme qui dirait Freddie, et c'est donc au fidèle Billy Sherwood de prendre la relève à la quatre-cordes.

C'est donc dans un climat de tristesse et de deuil que sort Like It Is: Live at the Mesa Arts Center. Tout comme le précédent live récent, enregistré au Bristol Hippodrome, il s'agit d'un compte-rendu d'un concert donné par la dernière incarnation de YES du vivant de Squire. Cela veut donc dire... encore ce YES moribond, qui offre de bien piètres performances, avec un Jon Davison complètement à côté de la plaque, et un Steve Howe décidément en très petite forme musicale. Pour l'occasion, ce sont deux autres albums mythiques du groupe, Fragile et Close to the Edge, qui sont joués dans leur intégralité. Niveau monument, dans le rock progressif, ça se pose bien haut.

Bien évidemment, Live at the Mesa Center est une déception. L'interprétation est toujours aussi souffreteuse, et les morceaux sont mixés de bien mauvaise manière. Sur le premier CD, Fragile passe à la casserole. Le second album mythique de YES, après The Yes Album, se voit ici défiguré dès le début, avec un "Roundabout" absolument pas d'anthologie. Les deux autres piliers de l'album ne sont pas en reste : "South Side of the Sky" devient juste chiant à écouter. "Heart of the Sunrise" est pour sa part étonnamment agréable à écouter, du moins dans ses passages instrumentaux – et si l'on ôte deux-trois claviers de Geoff Downes aussi, en particulier le clavecin. Quant aux morceaux courts, à l'origine prétextes aux membres du groupe de se la jouer solo, comment dire... "Mood for a Day" est vraiment sympa à écouter. On ne retiendra que lui, histoire d'éviter d'être vulgaire.

Fragile n'est pas un franc succès, mais il est au moins doté de passages et même de deux morceaux réussis, pour être honnête. Close to the Edge ne pourra pas en dire autant. Le morceau-titre, quel carnage... tandis que la section rythmique abat un boulot correct, Howe s'en sort comme il peut, mais c'est peine perdue avec Davison qui livre la pire interprétation du morceau dans l'histoire du groupe, et Downes qui fait nawak avec les claviers. Le comble de l'horreur est atteint avec la sous-partie "I Get Up, I Get Down". Oui, « Get Doooooown » n'a jamais sonné aussi juste. YES parvient de plus à rendre le morceau interminable et chiant. "And You and I" est transparent, et "Siberian Khatru" démontre une nouvelle fois les difficultés de Howe, tandis que les claviers réussissent l'exploit de sonner encore plus pompeux et datés que ceux de Rick Wakeman (*applaudissements*).

On a de la peine pour feu Chris Squire. L'âge, tout comme Steve Howe, le poussait bien entendu à ne plus accomplir le même genre d'exploit que par le passé, mais tout de même, les dernières années de YES montrent un groupe usé, fatigué, qui ne fait rien d'autre que décevoir, et qui ne permettent pas d'afficher une belle « sortie ». Dès lors, on ne peut qu'espérer une sortie digne du talent et de la riche histoire du groupe... à moins que ce dernier ne décide de vraiment tirer sur la corde jusqu'au bout.

Note réelle : 1,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


NOVALIS
Brandung (1977)
Fini le prog (?)




EMBRYO
Embryo's Rache (1971)
L'embryon se développe


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jon Davison (chant, percussions)
- Steve Howe (guitares, choeurs)
- Chris Squire (basse, choeurs)
- Alan White (batterie, percussions)
- Geoff Downes (claviers, choeurs)


- fragile
1. Roundabout
2. Cans And Brahms
3. We Have Heaven
4. South Side Of The Sky
5. Five Per Cent For Nothing
6. Long Distance Runaround
7. The Fish (schindleria Praematurus)
8. Mood For A Day
9. Heart Of The Sunrise

- close To The Edge
1. Close To The Edge
2. And You And I
3. Siberian Khatru



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod