Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (17)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Emerson, Lake & Palmer
- Membre : Uk, Jon & Vangelis, Gtr, King Crimson, Squackett, Jon Anderson , Yoso, Asia, The Moody Blues
 

 Site Officiel (402)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (313)

YES - Close To The Edge (1972)
Par JUAN le 13 Juillet 2008          Consultée 8696 fois

Yes...

En voila un nom qui a marqué son temps. Représentant d'un genre autant décrié qu'apprécié, le rock progressif, on s'attaque là à un des piliers de la musique rock. Close to the Edge est généralement conseillé lorsqu'un néophyte tente l'aventure Yes. Choix discutable mais pas dénué de sens en tout cas. En effet cet album contient les principaux éléments qui font de Yes ce qu'il est (ce qu'il était?). Que ce soit dans la haute technicité de chacun des participants, dans les compositions alambiquées en plusieurs parties, dans les envolées lyriques des voix ou des claviers baroques, ou dans l'ambiance onirique de la plupart des titres, on a ici affaire à une référence du genre.

Il faudra sans doute du temps au néohpyte pour apprécier l'album. Moi même, je n'ai pas su le faire quand je l'ai écouté pour la première fois, ce n'est que bien plus tard que j'ai commencé à en découvrir les vertus. Tout d'abord, la longueur des morceaux peut en rebuter plus d'un. Et pourtant, lorsque l'on s'est familiarisé avec ce format, on se surprend à penser que le temps nous joue un de ses tours favoris, celui d'aller plus vite que d'habitude. Comment? Le morceau-titre, 19 minutes au compteur, est déjà fini? Et il s'est passé des choses pendant tout ce temps. Au travers de ces refrains puissants et lyriques, de ces multiples ponts instrumentaux et de ces envolées virtuoses, on a assurément affaire à un des meilleurs titres de Yes.

Le second morceau est plus calme, plus posé, y perdant ainsi en puissance ce qu'il y gagne en mélodie. Mené par la guitare acoustique de Steve Howe, celui-ci est le plus poétique des trois, celui qui nous renvoie le plus le sentiment d'être au beau milieu d'un rêve, où les gouttes de pluie sont des notes de claviers qui perlent sur le paysage fantastique de la pochette (qui ressemble beaucoup à celle de Fragile... logique puisque les deux ont été dessinées par Roger Dean). Les mauvaises langues diront que c'est aussi un titre extrêmement pompeux, remarque pas totalement infondée, mais on pardonnera vite cet écart vu la qualité des mélodies et du morceau en général.
La dernière composition est elle aussi un modèle du genre, guitare sautillante, arrangements à tomber par terre, structure inhabituelle, et dotée en plus d'un excellent riff, ce qui n'est pas si courant dans le rock progressif. Encore un très bon titre en somme.

Alors, qu'est-ce qu'il a de mauvais cet album? Chacun a son petit défaut, et ici c'est la relative difficulté d'accès et le caractère parfois prétentieux des morceaux qui seront accusés, comme dans beaucoup d'oeuvres progressives. En effet, Yes est l'un des archétypes du genre, tout comme Genesis, et les critiques ont pu se déchaîner sur les deux formations (et sur bien d'autres). Pourtant, seul Yes possède cet univers de fantaisie, tout droit issu d'un conte de fée que 5 adultes auraient revisité à leur sauce, ce caractère de symphonie fantastique, de voyage propre au monde du rêve, ce goût d'irréel qui plane sur chacune des compositions luxuriantes, et surtout cette pulsation organique qui anime le groupe, qui rend le tout vivant, loin de certains groupes qui noient les émotions sous la technique et le groove sous la complexité. Oui, on peut faire une musique difficile, compliquée mais sans en faire trop (cependant Yes est à l'extrême limite qui sépare les deux, ou pour être plus en accord avec le titre, au bord du gouffre).
Un grand album, qui fait entrer Yes dans la légende, ce groupe qui s'avançait alors dans des territoires musicaux inexplorés, au risque de trébucher. C'est peut être ça le message de l'album, le groupe est allé près du bord pour nous trouver cette musique,
Close To The Edge...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


PORCUPINE TREE
In Absentia (2002)
Une réussite vouée à être un album culte




YES
Progeny: Highlights From Seventy-two (2015)
AUX CHIOTTES YESSONGS !!!


Marquez et partagez





 
   JUAN

 
   ARP2600
   JOVIAL
   MARCO STIVELL
   WALTERSMOKE

 
   (5 chroniques)



- Jon Anderson (chant)
- Chris Squire (basse, chant)
- Rick Wakemena (claviers)
- Bill Bruford (batterie)
- Steve Howe (guitare, chant)


1. Close To The Edge
2. And You And I
3. Siberian Khatru



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod