Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Emerson, Lake & Palmer, Nektar
- Membre : Jon Anderson , Squackett, King Crimson, Yoso, Jon & Vangelis, Asia, Uk, The Moody Blues , Gtr
 

 Site Officiel (464)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (375)

YES - Heaven & Earth (2014)
Par ARP2600 le 9 Octobre 2014          Consultée 2650 fois

Ce mois de juillet 2014, YES, le légendaire groupe de rock progressif connu pour son jeu pyrotechnique, son ingéniosité instrumentale, ses paroles mystérieuses et son chant (parfois trop) angélique a sorti un nouvel album, le 19e sans compter ABWH et les deux Keys to ascencion. Le précédent, Fly from here, sorti en 2011, avait été une bonne surprise. Surtout basé sur un projet avorté de l'équipe de Drama, il avait une ambiance 80's et tenait bien la route, on avait espéré que cela continue. Cela n'est malheureusement pas le cas : Heaven & Earth est raté. Il manque cruellement de vigueur, le nouveau chanteur est barbant, ça ne s'envole jamais, on ne vibre pas.

Un nouveau chanteur donc. Avant il y avait Jon Anderson, voici venir... Jon Davison. Il semble que ce soit son vrai nom, même si cette coïncidence pourrait poser question. Il est américain, a 43 ans, et semble avoir réalisé assez tôt des interprétations de YES. Il a d'abord été remarqué par le groupe progressif américain Glass Hammer, puis, en 2012, par YES lui-même. Son timbre de voix est très semblable à celui de son prédécesseur Benoît David, les deux manquant d'assurance par rapport au modèle Anderson. Qu'on aime ou pas ce dernier, il a toujours eu un certain charisme que ses remplaçants peinent à reproduire, seul Trevor Rabin ayant essayé, avec succès, quelque chose de vraiment différent. Davison a participé activement à l'écriture de la musique et des paroles. Là encore, on est loin d'Anderson... des textes insipides et bigots, des mélodies peu mémorables : c'est pas terrible.

Ensuite, le jeu des musiciens... Certes, de nombreux anciens rockers sont encore actifs et jouent encore avec énergie mais bon, les membres de YES (à part Davison bien sûr) ont dépassé la soixantaine et n'ont peut-être plus toute leur vigueur d'autrefois. Comme sur Fly from here, c'est le bassiste Chris Squire, élément crucial du groupe, qui semble peiner le plus. Son jeu détaillé et percutant a fait la patte du groupe plus que la voix d'Anderson ou la guitare de Howe et, ces dernières années, il faut bien dire qu'on ne l'entend plus guère, ni en album ni en live. Cela fait pitié. Steve Howe n'a pas l'air très motivé non plus pour déchaîner sa guitare sur Heaven and Earth et ce ne sont pas les claviers de Downes, logiquement éthérés, ni la batterie somme toute très correcte de White qui peuvent rattraper l'affaire. Au final, le son est empâté, les tempos décontractés, il n'y a jamais de vrai passage rapide pour donner un peu de variété à l'ensemble. Un album entièrement constitué de ballades, ça n'a jamais fonctionné... Les compositeurs classiques l'ont bien compris depuis des siècles en alternant mouvements lents et rapides.

Alors, que peut-on sauver ? La musique n'est pas désagréable en soi, elle n'est pas disgracieuse et passe donc presque bien en musique de fond, mais si on essaye de se concentrer dessus, on s'ennuie très facilement. Toutes les plages ne sont pas aussi gravement atteintes. Le début de l'album, «Believe Again» et «The Game», n'est pas trop mal écrit, juste poussif pour les raisons énoncées ci-dessus. Vers la fin, «It was all we knew» n'est pas du meilleur goût mais offre le seul passage nettement plus entraînant du disque, ce qui est un soulagement. On peut encore trouver un petit peu d'intérêt à «In a world of your own», le reste est du remplissage progressif romantique. Tout de même, contrairement à Open your eyes et Magnification qui ont chacun une ouverture mémorable, rien ne se démarque ici, ce pourquoi Heaven & Earth est inférieur à ces deux-là. La seule autre production de YES atteignant ce degré de médiocrité est Keys to ascencion 2.

Note minimale donc, à placer dans le contexte de la glorieuse carrière de YES. La comparaison est cruelle avec The Yes Album, Relayer, le lent mais solide Tales, mais aussi 90125, Talk ou même The Ladder. Heaven and Earth est plus agréable que bien des horreurs passées ou présentes mais est tout de même du mauvais YES, caractérisé par un sévère manque d'intérêt : jamais je ne me lèverai le matin en me disant : «Tiens, j'ai envie d'écouter Heaven & Earth aujourd'hui».

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


DREAM THEATER
Metropolis Pt.2: Scenes From A Memory (1999)
L'apogée du metal prog selon DREAM THEATER.




DREAM THEATER
Six Degrees Of Inner Turbulence (2002)
Un Dream Theater... cérébral.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Jon Davison (chant, guitare acoustique)
- Geoff Downes (claviers)
- Steve Howe (guitares, choeurs)
- Chris Squire (basse, choeurs)
- Alan White (batterie)


1. Believe Again
2. The Game
3. Step Beyond
4. To Ascend
5. In A World Of Our Own
6. Light Of The Ages
7. It Was All We Knew
8. Subway Walls



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod