Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Emerson, Lake & Palmer
- Membre : Uk, Jon & Vangelis, Gtr, King Crimson, Squackett, Jon Anderson , Yoso, Asia, The Moody Blues
 

 Site Officiel (387)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (304)

YES - Magnification (2001)
Par ARP2600 le 30 Novembre 2012          Consultée 1950 fois

La carrière de Yes a connu un rythme assez régulier. Il y a bien eu quelques interruptions dans les publications studio, mais la plus longue avant 2001 a été celle des années 80, un peu moins de quatre ans entre 90125 et Big Generator. La période 1994-2001 a même été très fournie, avec l'équivalent de cinq longs albums. Au cours de cette carrière, ils ont parfois changé de style, ont exploré diverses voies d'orchestration et de production, pour revenir à leur son classique sur The Ladder. L'album de 2001, Magnification, a été leur dernier pendant dix ans, le groupe ayant vivoté par la suite. Sur ce disque, ils ont tenté un nouveau virage en échangeant les synthétiseurs contre un orchestre symphonique et en adoptant quelques nouvelles options d'écriture.

Si le résultat est techniquement plus sérieux que sur leur vieille tentative Time and a word, il est évident que ce travail n'est pas achevé. L'intégration de l'orchestre n'est pas très équilibrée et, surtout, les guitares sonnent assez creux dans ce nouveau décor. Le chant de Jon Anderson est également très à découvert, ce qui n'est pas à son avantage. De plus, les mélodies sont peu inspirées et les paroles frisent la catastrophe. Au sujet de celles-ci, le groupe s'est bien enfoncé dans ses travers... trop de «love», trop de «believe» et même des «together forever», c'est indigne d'eux.

On pourrait comparer Magnification avec Open your Eyes. Si les deux albums ont un style assez différent, ils souffrent des mêmes problèmes. Outre les paroles creuses, on sent un essoufflement progressif de la musique. La première partie est plutôt jolie tandis que la deuxième est terne et poussive, on s'y ennuie beaucoup. Oui, vraiment, deux albums à classer ensemble, dans ce que Yes a proposé de moins intéressant.

La chanson-titre ouvre le disque. Comme souvent dans leurs travaux récents, il s'agit du meilleur titre. On y sent un retour de leur très vieille identité psychédélique, le lien avec Time and a word est assez évident. Les enchaînements entre couplets en 6/8 et refrains en 4/4 y sont fort convaincants, de même que les parties de flûte. Ensuite, «Spirit of Survival» propose une belle ambiance lourde carrée à la «Siberian Kathru» tandis que «Give Love Each Day» et «Can You Imagine» montrent de bonnes utilisations des cordes. Les nappes de violons en contraste avec la basse ou le piano syncopés y sont du plus bel effet. Malheureusement, l'intérêt de l'album s'arrête à peu près là. «Don't go» est stupide et difficile à supporter en entier. «We agree» est assez sympathique mais déjà un peu triste. La fin de l'album consiste en deux plages de dix minutes encadrées par de courts intermèdes. Aucune de ces plages n'est impérissable mais le fond est atteint sur «In the presence of», poussive et dépourvue d'inspiration. Notons encore l'étrange conclusion orchestrale de «Dreamtime», totalement superflue.

Magnification était une triste fin pour Yes avant la sortie inespérée de Fly from here en 2011. Il était étrange qu'ils aient ainsi disparu après avoir raté leur dernier virage stylistique, il est donc heureux que l'histoire ne se soit pas terminée ainsi. Il ne serait pas bien grave de passer à côté de ce disque, on peut toutefois être indulgent envers son début prometteur. Les amateurs de rock progressif peuvent quand même se lancer, le fait qu'il s'agisse du seul album du groupe utilisant un vrai orchestre suffit à lui donner un minimum d'intérêt.

Note : 1,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


YES
Fly From Here (2011)
Le nouveau yes est bien fichu, ça fait plaisir !

(+ 2 kros-express)



RUSH
A Farewell To Kings (1977)
Cette fois, rush devient vraiment progressif.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Jon Anderson (chant, guitares acoustique et midi)
- Chris Squire (basse, chant sur 5, chœurs)
- Steve Howe (guitares, mandoline, chœurs)
- Alan White (percussions, piano, chœurs)
- Larry Groupé (chef d'orchestre)


1. Magnification
2. Spirit Of Survival
3. Don't Go
4. Give Love Each Day
5. Can You Imagine
6. We Agree
7. Soft As A Dove
8. Dreamtime
9. In The Presence Of
10. Time Is Time



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod