Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE IMPROVISéE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : Painkiller, Hudson, Nevermen, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Faith No More, Tomahawk, Medeski Scofield Martin & Wood, FantÔmas, Mr. Bungle, John Scofield , Secret Chiefs 3
- Style + Membre : Masada String Trio, Naked City, Masada, Rashanim, Zebrina, Sonny Clark Memorial Quartet, Bar Kokhba Sextet
 

 Tzadik (1001)
 Le Zornographe (632)

John ZORN - The Hermetic Organ : St Paul's Chapel, Nyc (2012)
Par LE BARON le 2 Avril 2020          Consultée 140 fois

Nous sommes en 2012, John ZORN a 59 ans et plus grand-chose à prouver en matière de musique improvisée, qu’il s’agisse d’improvisation totale ou partielle*. Il est depuis longtemps capable de monter sur scène sans filet, c’est-à-dire de jouer sans aucune préparation, en solo ou accompagné, proposant une musique unique par essence, fruit de l’inspiration du moment, de la salle, du public, tous paramètres non prévisibles et qui constituent justement l’intérêt de ce type de prestation.

Si The Hermetic Organ est une improvisation de plus à inscrire au compte du New-Yorkais, elle a la particularité d’être entièrement jouée à l’orgue. Et quand on dit orgue, on ne parle ni du Hammond ni du Bontempi, mais de l’instrument trônant fièrement, avec tous ses tuyaux et registres, sa soufflerie et son pédalier, au sein de la Chapelle Saint-Paul, Université de Columbia, New-York, New-York. Etonnant ? Oui, parce que l’instrument n’est pas banal, mais il se trouve que ZORN a appris à en jouer avant même de souffler dans son premier saxophone. Et d’ailleurs, qui pensez-vous que John ZORN nomme spontanément comme influence majeure dans sa pratique d’organiste ? BACH ? Big John PATTON ? Pas du tout ! Comme première inspiration, John ZORN cite The Phantom Of The Opera de Rupert Julian, avec Lon Chaney dans le rôle-titre. Sorti en 1925, c’est un classique de l’horreur, muet, mais dont vous connaissez sans doute le thème, joué à l’orgue justement. Décidément, on n’en finira jamais de dénombrer les influence du cinéma sur la musique de ZORN**.

The Hermetic Organ est constitué d’un seul morceau, mais il agglomère entre elles plusieurs séquences différentes que ZORN nomme – après coup sans doute – comme s’il nous disait la messe : » Introit », « Benediction », « Offertory », etc.
La première écoute est un peu intimidante. Malgré l’utilisation de différents registres, elle dégage une impression d’uniformité sonore, à l’opposé des improvisations au saxophone de John ZORN, durant lesquelles il est capable de tirer des sons plus hallucinants les uns que les autres. Après plusieurs essais, cependant, l’impression se dissipe, puis disparaît totalement, d’autant plus vite que l’on privilégiera le casque et/ou le fort volume. En fait, les variations s’avèrent nombreuses, et l’ensemble très riche. S’éloignant du principe des courtes séquences qu’il affectionne habituellement, ZORN prend ici son temps, construit peu à peu son morceau, une main après l’autre, et joue avant tout avec les textures. D’intimidant, le morceau devient finalement envoûtant, tout en conservant sa bizarrerie première. En fait, The Hermetic Organ nécessite que l’auditeur se laisse absorber – engloutir ? – par l’incroyable pétrissement de matière sonore auquel ZORN le convie.

The Hermetic Organ, une fois de plus, va marquer le début d’une nouvelle série, John ZORN se mettant à enregistrer diverses improvisations sur différents orgues dans le monde. C’est une série exigeante, on le verra, mais également fascinante, et dont ce premier volume est à découvrir. John ZORN, en ces années 2010, privilégie la composition et joue de moins en moins lui-même. On le retrouve donc ici avec intérêt, et également beaucoup de plaisir.



*Par improvisation partielle, j’entends improvisation plus ou moins contrôlée à travers un des multiples dispositifs que ZORN a pu imaginer au fil du temps : « game pieces », « file cards », etc.
**ZORN cite également Olivier MESSIAEN ou Iannis XENNAKIS, entre autres.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par LE BARON :


Frank ZAPPA
London Symphony Orchestra Vol. 2 (1987)
Soyons sérieux.




John ZORN
Redbird (1995)
Port du casque recommandé.


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- John Zorn (orgue)


- the Hermetic Organ : St Paul's Chapel, Nyc
1. Office Nr 4 (introit-benediction-offertory-elevati



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod