Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dick Rivers

Eddy MITCHELL - Eddy In London (1963)
Par BAKER le 5 Décembre 2017          Consultée 213 fois

On a du mal à le croire en ces années de disette, mais dans les années 60, il n’était pas rare de sortir deux albums en un an. Après sa première escapade solo, Schmoll livre donc une seconde offrande, et il ne faut pas longtemps pour s’apercevoir que le garçon affine déjà son style. Eddy, ce qui le fait rêver, ce sont les Etats-Unis, les grandes plaines, le far west. Mais pour l’instant, c’est loin, trop loin. Alors il part à Londres, c’est moins loin et musicalement ce n’est pas forcément moins bon. Le son du disque est donc radicalement différent de son aîné : plus dur, plus sec, beaucoup plus aigu. Du reste, la pochette l’indique : voilà 12 classiques du rock’n’roll. Hum, si l’on date la naissance du rock à 1955, comment peut-on qualifier de classiques ce qui n’a somme toute que 8 ans ?

On le peut si l’interprète réussit à s’approprier les oeuvres, et on sait depuis "Be Bop A Lula" que Mitchell en est capable. Et il l’est, oh pas toujours, pas de façon caractérisée, mais l’introduction a de quoi rassurer, aujourd’hui mais encore bien plus à l’époque. Swinguante, libératrice, cette chanson est à double sens (s’adresse-t-il à son public ?), et montre que le bonhomme n’a rien perdu de l’ironie qui parsemait déjà sa plume, certes chichement. On note immédiatement la nervosité du groupe, et tout au long du disque les influences variété pure et yéyé, même si elles ne sont pas absentes, sauront s’effacer. Du reste, les titres les plus polissés seront aussi les moins intéressants, à commencer par un mignon "Peggy Sue" qui est le seul titre resté à la postérité.... mais nettement moins percutant que "Comment vas-tu mentir" au texte ciselé, ou le classique (là c’est clair) "Miss Molly" qui a un “edge” par rapport à l’original. Musicalement c’est l’éclate, beaucoup plus que sur "VOICI EDDY" : le solo de guitare pyrotechnique sur "Ready Teddy" (et ce saxo enfiévré), les accents country blues de "Blue Jean" qui commencent à tout doucement américaniser l’univers d’Eddy, et puis "C’est Le Soir", première d’une longue série de chansons où Mitchell s’éclate dans le studio et met à contribution à la fois les musiciens et l’auditeur.

En tant qu’album, cette collection de chansons est donc déjà plus réussie que le premier opus, différente aussi tant physiquement que soniquement. Le son est relativement cracra, voire saturé. C’est moins agréable, mais d’aucuns diront que c’est plus wock’n’woll. Côté progression émotionnelle (si si), c’est moins fort que le "SOLDAT MITCHELL", la tracklist étant gâchée en grande partie par la dernière chanson non seulement mauvaise, mais indigne de finir un disque. Par ailleurs les faces B de cette époque sont absolument anecdotiques, mais c’est un peu logique après les 11 (!) bonus de l’album précédent, et bons en plus. Mine de rien, avec ses défauts parfois plus attachants que rébarbatifs, les premières aventures (il y en aura d’autres) de Claude Moine à Londinium sont concluantes et posent une pierre importante sur ce qui s’annonce, déjà à l’époque, comme une carrière à suivre de très près.

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


Elvis PRESLEY
Loving You (1957)
Troisième album du King ! Un must




Ricky NELSON
Songs By Ricky (1959)
Toujours le plus beau


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. Te Voici
2. Blue Jean Bop
3. Kansas City
4. Comment Vas-tu Mentir ?
5. Belle Honey
6. Ready Teddy
7. Jolie Miss Molly
8. Sentimentale
9. C’est Le Soir
10. L’oncle John
11. Peggy Sue
12. Jolie Mélodie
- bonus Tracks
13. Ma Maîtresse D’école
14. Tu N’as Rien De Tout ça
15. Rien Non Rien



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod