Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - Mitchellville (1969)
Par BAKER le 16 Mars 2018          Consultée 432 fois

Comment interpréter cette pochette, au demeurant très sympathique ? Une petite fille qui tient dans son dos le premier album d'Eddy. Est-ce juste un clin d'oeil gratuit ? Ou une façon de renier ses origines rock'n'roll ? Car à l'écoute de "Mitchellville" (qui par ailleurs est une ville existant réellement), le constat est étonnant : ce disque est 100% pur soul avec un peu de variété/crooning, mais il n'y a pas un atome de rock ou de rock'n'roll dedans, à l'exception d'un pauvre solo dans "Le Jardin de l'Eden" (je dis pauvre non pas parce qu'il est mauvais, au contraire, mais parce qu'il est coupé net par un fade-out exécrable). Non, Eddy est devenu chanteur soul pur coton, avec une majorité de titres originaux (faisant ainsi oublier "7 Colts"), et si "Mitchellville" s'avère plutôt agréable, voire assez réussi dans son genre, c'est aussi un album qui laisse poindre donc de sérieux problèmes pour notre ex-rockeur.

Même quand les titres sont réussis et qu'Eddy chante l'espoir et les p'tits oiseaux, on sent une gravité certaine qui trahit un malaise. On a l'impression qu'il s'est fait taper sur les doigts après l'humour de "7 Colts", et résultat, Eddy se fait sépulcral. A côté, Mylène FARMER c'est Sébastien PATOCHE. Même dans les textes, moi qui ne suis pas spécialement porté sur la chose, Eddy donne dans le knockout et s'en prend tout particulièrement à cette entreprise du CAC 40 qu'on appelle Eglise Catholique, INC. Et que trouve-t-on dans ce disque alors, de la soul ? Majoritairement, mais pas que. Eddy cette fois diversifie ses horizons musicaux, et il y a deux façons d'appréhender ce tir tous azimuths : soit il se cherchait, soit il s'ennuyait.

En tous cas, style changé ou pas, le nombre de titres réussis est autrement plus important que depuis deux ou trois albums. Si un seul bijou peut être tiré de ce disque, à savoir "Un Nouveau Jour Sur La Terre", adaptation d'Harry NILSSON dotée d'un riff central irrésistible, plusieurs titres peuvent sortir la tête haute. "Miss Caroline" aux arrangements hyper-soul (orgue, guitare claire, cuivres partout), "Au Fil Du Temps" un peu gnan-gnan mais aux cordes volontaires et bien présentes, et un très beau final, "Trois Années d'Amour" faisant penser au meilleur d'AZNAVOUR. Il y a aussi des ratés, et des beaux ("Le Faiseur de Pluie" notamment est copieusement bordélique), mais globalement rien de très méchant dans son ensemble (NDLR : Tu veux parler de l'ensemble collectif global du tout ?). Dans le "Jardin", Eddy se permet même son premier "Ahhhhhh" sarcastique qui fera bientôt partie de son vocabulaire de chanteur, si identitaire et jouissif.

Mais on notera aussi quelques petits détails qui, s'ils sont bons et agréables à écouter, laissent à penser que le bonhomme ne sait plus à quel saint se vouer. Le titre d'intro par exemple hésite entre Tom JONES version 38 tonnes et un pont presque progressif. Oui, ça paraît incongru mais en 1969, ce style musical commence à poindre et Eddy n'hésitera pas à piocher dedans, à notre grande surprise. Le flower power est également à l'honneur, et Eddy de nous sortir "Paul", une ballade bucolique presque médiévale ("Trespass" de GENESIS n'est pas loin... mais pas encore né !) et qui fait plus penser à Julien CLERC qu'à Schmoll. Le disque est donc assez varié, il ne trouve pas tout à fait ses marques mais il est plus consistant et surtout plus facilement suivable que ses aînés, un comble. Mais en termes de variété de styles, de réinvention et de doutes, Eddy n'est pas au bout de ses peines.

Encore une fois (une des dernières), notre chanteur favori a sorti des maxi 45 tours avec inédits à la pelle qu'on retrouvera sur le CD remaster. Un de ces titres finira par rejoindre le panthéon des classiques d'Eddy : "Otis". Pour être franc, je la trouve un peu trop traînante, elle ne me transcende pas. Mais elle a de beaux arrangements, comme toutes ses faces B (qui n'en sont pas vraiment d'ailleurs, on parle plutôt de single-only) : c'est toujours soigné, les chœurs, les cuivres surtout. Parlons-en : ils sont de plus en plus exceptionnels. Le son, la pêche, les arrangements : clairement, c'est ça qui manquait à Eddy à ses débuts, car sa voix se marie parfaitement avec ces trombones, trompettes et cors saillants.

Des faces B plutôt bonnes donc. Citons "Dans Une Autre Vie", elle aussi très AZNAVOUR, jusque dans la scansion (si ! tremblez !), et "Pour l'Honneur", pas exceptionnelle mais au refrain quasi épique, pour de vrai, pour de bon ! Et là aussi, on sent que le rock symphonique dans son ensemble était dans l'air du temps, un air qu'Eddy continue à essayer d'attraper mais sans opportunisme flagrant, l'air de ne pas y toucher. C'est vraiment le pivot de cet album : Eddy arrive à sauver les meubles, et avec panache, mais il fait feu de tout bois et bien malin sera celui qui peut à l'époque affirmer qu'il vient de trouver "son" style. Car une carrière pareille, ça ne se fabrique pas en 6 ans. Rendez-vous dans un prochain épisode pour vous le prouver.

A lire aussi en SOUL :


Bobby WOMACK
Communication (1971)
La classe, bobby




P. P. ARNOLD
The First Lady Of Immediate (1968)
Petite princesse à la voix d'or


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. Mon Nom Est Moïse
2. Paul
3. Au Fil Du Temps
4. Envoie La Lettre Maria
5. Je Tombe De Haut
6. Miss Caroline
7. Le Marchand De Bibles
8. Un Nouveau Jour Sur La Terre
9. Le Jardin De L’eden
10. Ton Absence Est Un Adieu
11. Le Faiseur De Pluie
12. Trois Années D’amour
- bonus
13. Seuls Les Anges Ont Des Ailes
14. Le Diable Est Là
15. Réveillez-vous Mr Love
16. Otis
17. Vieille Fille
18. Dans Une Autre Vie Un Autre Temps
19. Charlie Charlie
20. Pour L’honneur



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod