Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - Country Rock (2021)
Par NESTOR le 21 Décembre 2021          Consultée 903 fois

Cela fait soixante années qu’Eddy MITCHELL sort des albums, avec les CHAUSSETTES NOIRES, puis sous son nom. Une telle longévité ne peut que forcer le respect d’autant plus qu’à chaque étape de sa longue carrière, l’artiste a su nous offrir des albums marquants. Ainsi, lors de la dernière décennie, on peut citer les très bons Come back (2010) et Héros (2013).
Alors, que penser de ce trente-neuvième album studio, Country Rock ?
Premier point important, contrairement au titre Big Band qui annonçait la couleur musicale de son album précédent, ici, Country Rock ne doit pas être pris comme indiquant la sensibilité musicale de l’album. En effet, si certain titres lorgnent vers un Folk Rock / Country Rock, à l’image de "Né dans le ghetto", la plupart des morceaux sont conformes au style pratiqué par Mister Moine depuis deux décennies. A savoir un Rock, plutôt tranquille, qui donne parfois dans le Rock Crooner. Le tout magnifié par des arrangements luxueux. C’est ici le cas avec "Ma star de mes nuits", une adaptation du grand classique "Stardust" de Hoagy CARMICHAEL, un titre considéré comme un des plus enregistrés du siècle dernier, avec plus de 1 500 versions existantes. Dans la voix d’Eddy, c’est doux, sucré, agréable.
Ce n’est pas la seule reprise que présente l’album, celui-ci comprenant également "C’est la vie, fais la belle", une énième adaptation/reprise de Chuck BERRY par Eddy MITCHELL. Cette fois, il s’agit de "You Never Can Tell", la chanson de la scène culte de danse du film Pulp Fiction, qui est pas moins que la dix-septième chanson de Chuck reprise par Schmoll. Alors soit, on est là encore loin des trente-trois titres du King repris par MITCHELL, mais c’est déjà une belle déclaration d’amour.
Parmi les morceaux originaux, nous avons droit à un hommage aux liens qui le reliaient à Johny HALLYDAY avec "Un petit peu d'amour" où il évoque son amitié avec le chanteur disparu.
Bon nombre de titres, dont huit issus du travail du duo historique Claude Moine & Pierre Papadiamandis, donnent dans un Rock calme et langoureux. Pourtant, au détour de "Les blessures d’amour", Eddy MITCHELL nous propose un titre bien plus sombre que le reste de l’album. Sa voix se fait plus profonde, plus touchante. De même, "Ne parle pas de moi" est un titre bien plus entraînant et swinguant. C’est également l’occasion pour Eddy MITCHELL de réaliser une nouvelle collaboration avec son ancien partenaire des CHAUSSETTES NOIRES, le saxophoniste Michel GAUCHER, le même ayant accompagné Les Vieilles Canailles, avec son big band entre 2014 et 2017.
Il en va de même du titre écrit avec CALOGERO, "Garde tes nerfs" qui, sous couvert de description d’un braquage mal engagé, adopte un rythme plus soutenu et vif.
Mais clairement, ces titres sont plutôt minoritaires et l’essentiel de l’album est constitué de morceaux dans lesquels la voix d’Eddy se pose sur des mélodies aux rythmes nonchalants, le tout servi par des arrangements de toute beauté. Il faut dire que le bougre s’est entouré d’une pléiade de musiciens talentueux. Parmi ceux-ci, on peut citer l’harmoniste Charlie McCOY (Elvis PRESLEY, Bob DYLAN, Cliff RICHARD, Johnny CASH, Johnny HALLYDAY…), le guitariste Jean-Yves D’ANGELO (Michel JONASZ, Jean-Jacques GOLDMAN, Julien CLERC, Charles AZNAVOUR, Johnny HALLYDAY…), le pianiste Michel AMSELLEM (Alain SOUCHON, Laurent VOULZY, Johnny HALLYDAY, Charles AZNAVOUR, Michel DELPECH…), le guitariste Jean-Yves LOZAC’H (Johnny HALLYDAY, Dick RIVERS, Alain BASHUNG, Jean-Louis MURAT…), ou encore Basile LEROUX (HIGELIN, Jean-Jacques GOLDMAN, Salvatore ADAMO, Véronique SANSON, RENAUD…)…
Et si on se doit de reconnaitre que dans ce registre de crooner Claude Moine est plus qu’à l’aise, on ne peut pas pour autant dire qu’il se montre surprenant ni très original. De même, il n’est pas certain qu’il soit parvenu à doter son répertoire de nouveaux grands classiques.
De fait, il serait bien surprenant que les amateurs de ses précédents disques se montrent déçus pas la cuvée 2021, bien que celle-ci n’ait rien de révolutionnaire.
Dans la chronique de [Big Band, Erwin disait de ce dernier : il est indéniablement agréable, mais ne cherchez pas de classique à l'intérieur; c'est juste un bon moment de détente. Même s’il faut un peu nuancer le propos au sujet de Country Rock, nous ne sommes vraiment pas loin du même constat.

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


Les FATALS PICARDS
Picardia Independenza (2005)
L'album de tous les possibles




MOLODOï
Tango Massaï (1995)
Enfin l'album studio de la réussite


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Eddy Mitchell (chant)
- Bernie Dresel (batterie)
- Laurent Vernerey (basse)
- Charlie Mccoy (harmonica, vibraphone)
- Russ Hicks (guitare)
- Jean-yves Lozac'h (guitare)
- Basile Leroux (guitare, dobro)
- Bill Payne (claviers)
- Michel Amsellem (piano)
- Jean-yves D'angelo (claviers)
- Michel Gaucher (saxophone)
- Pierre D'angelo (saxophone)
- Christian Martinez (trompette)
- Éric Mula (trompette)
- Loïca Kunstlich, Frédérike Schieste, Jea (chœurs)


1. Un Petit Peu D'amour
2. Né Dans Le Ghetto
3. Ma Star De Mes Nuits
4. Garde Tes Nerfs Claude Moine
5. Icône Oubliée
6. Que Viva Las Vegas
7. Droite Dans Tes Bottes
8. C'est La Vie, Fais La Belle
9. Roulette Russe
10. Les Blessures D'amour
11. Je Suis Comme Toi
12. Ne Parle Pas De Moi



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod