Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE / BLUES ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - Rio Grande (1993)
Par BAKER le 24 Mai 2018          Consultée 590 fois

On ne saura jamais quelle est la vraie recette du succès. Heureusement d'ailleurs. Qu'est-ce qu'on se ferait ch.. emm.. chmnuyer ! C'est l'alignement des constellations. La bonne chanson rencontre le bon public au bon moment. Pourtant, en 1993, 4 ans après Ici Londres - soit le plus long laps de temps jamais pris par un Eddy que le public avait donc tout le loisir d'oublier -, Rio Grande a cartonné. Un succès monstrueux, autant critique et médiatique que pécunier. Alors qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'a fait Eddy pour tout détruire sur son passage en 1993 ? Du grunge ? Du rap ? Du unplugged ? Du reggae ?

Non, Eddy a fait du Mitchell, consciencieusement, sans changer sa formule : Pierre à la composition, des musiciens et studios américains (avec l'apport parcimonieux de deux 6-cordistes français dont l'excellent Jean-Michel Kajdan), des paroles drôles mais tendres, et un style entre country rock, blues rock et variété. Absolument rien de nouveau sous l'arc-en-ciel.

Rien ? Si, un petit détail : le tracklisting. Quand on écoute cet album, avec 25 ans de décalage c'est encore plus flagrant, sa qualité intrinsèque saute aux oreilles : non seulement la quasi-totalité des chansons sont excellentes (à peine deux petites baisses, tout à fait écoutables et judicieusement placées), mais en plus leurs enchaînements sont parfaits. Rio Grande, plus que la quasi-totalité des skeuds d'Eddy, ce ne sont pas des chansons somptueuses à piocher, c'est un voyage en Schmollie qui dure 45 minutes sans interruption. De l'intro, ironique et diablotine avec un duo (virtuel) en compagnie d'un Paul PERSONNE en feu, au très touchant final, le savoir-faire est indéniable. Vous avez des bons rocks bien balancés, comme l'hilarant "Vigile" ou l'un peu facile mais percutant "Sortirai Vivant", une protest song hard rock qui vous fout une royale gifle en travers du museau pour démarrer en trombe la face B... Ah zuuuuuuuuuuuut j'oubliais : y'a plus de faces. Descendues des plateaux d'phonos.

Il y a aussi pléthore de chansons qui vont comme un gant au personnage qu'Eddy s'est créé. "J'ai Tous Les Plans" est une version plus rock de SAM & DAVE avec un refrain accrocheur, "J'Me Sens Mieux" aurait dû être un tube, avec ses mélodies mémorisables et son personnage de loser feutré un peu rêveur. Temps fort du disque, "Coeur Solitaire" est un blues hard rock suintant très Gary MOORE tant dans l'esprit que dans le son (ce solo d'intro !). Et puis vous avez deux tubes, deux vrais tubes, indubitables : "Rio Grande", un petit bijou d'ambiance à l'intro mythique, dont l'économie dans le jeu de guitare rappelle James Calvin WILSEY, et aux paroles cinématographiques (et quel parolier oserait faire rimer blues avec Mulhouse ?). Et "18 ans demain", un peu répétitive mais au groove unique. Lorsqu'il l'imitera, Nicolas CANTELOUP utilisera cette chanson pour célébrer Eddy Mitchell dont il précise qu'on "se souvient plus de la mélodie que des paroles". J'appelle ça un compliment. Voire un aveu.

Ce disque est tout simplement très bon. Il navigue sur une formule peu originale, mais c'est dans sa réalisation qu'il excelle : finies les approximations de studio d'Ici Londres, on revient à un son chaud et humain, toutes guitares dehors. Mais comment un tel disque a pu autant cartonner à son époque, alors qu'il sonne justement très intemporel ? J'ai bien une théorie : les vidéos. Jusqu'ici, les clips d'Eddy Mitchell étaient d'un ringard copieux. Le passage aux années 90 a permis aux clipeurs de se lâcher, et via M6 (le M était pour "Musique", comme pour MTV, je sais, arrêtez de rire comme un imbécile là !!!), toute une nouvelle génération a découvert ce personnage, aux mélodies assimilables, aux paroles drôles et pas idiotes, et au son authentique. Le disque sera donc un succès phénoménal, et Eddy de connaître non pas une deuxième, ce qui est déjà rare, mais une TROISIEME carrière. Il défendra Rio Grande dans une tournée triomphale qui culminera à Bercy (l'appeler autrement, je ne suis pas d'Accor) pour un show sensationnel mélangeant, à la façon d'Eric CLAPTON, trois formations différentes. Un show qui n'a jamais été réédité en DVD alors qu'il fait partie des grands live de cette décennie. A bon entendeur, C + la peine de trouver des excuses...

Note finale : 4,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Seul (1966)
Le premier vrai tournant de sa carrière.




Eddy MITCHELL
La Même Tribu, Volume 1 (2017)
Quand Eddy montre comment s'élabore un vrai tribut


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Eddy Mitchell (chant)
- Graham Walker (batterie)
- Chris Glen (basse)
- Billy Liesegang (guitare)
- Steve Donnelly (guitare)
- Snowy White (guitaer)
- Jean-michel Kajdan (guitare)
- Paul Personne (guitare)
- Tommy Eyre (claviers)
- Wayne Jackson (cuivres)
- Andrew Love (cuivres)


1. Y'a Pas D'mal à S'faire Du Bien
2. Rio Grande
3. Vigile
4. J'ai Tous Les Plans
5. Cœur Solitaire
6. J'm'en Sortirai Vivant
7. J'me Sens Mieux Quand J'me Sens Mal
8. 18 Ans Demain
9. Promesses, Promesses
10. Te Perdre



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod