Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - 7 Colts Pour Schmoll (1968)
Par BAKER le 9 Mars 2018          Consultée 541 fois

Attention, album mythique. Attention ? Oui attention, danger. Les mythes ne sont pas toujours ce que l'on croit. C'est vrai que cet album est iconique. Déjà de par son immanquable pochette, signée Jean Giraud. Et cette pochette à elle seule a été largement mise en avant lorsque, lors de la création de "Back to Black", la collection de ressorties de 33 tours bien opportuniste de la part d'une certaine major, on a voulu nous faire racheter cet album à tout prix, le casant dans tous les bacs, à toutes les sauces. La réalité est toute autre, et à plusieurs niveaux.

Déjà, que représente cet album par rapport à "De Londres à Memphis", où l'on avait laissé Eddy le jean serré entre deux chaises ? Eh bien 7 Colts est une remise en question de tout et un essai bien particulier. Déjà, exit Pierre Papadiamandis à la composition (il n'est que simple organiste ici), ce disque sera uniquement composé de reprises. Ensuite, exit aussi les folies de voyages, on reste en France avec des musiciens exclusivement Français. De ce côté-là, n'allez pas faire la moue. Le son au niveau qualité et présence fait un bond en avant colossal, ce disque étant largement à la hauteur de ce qui se faisait à l'époque outre-Atlantique et outre-Manche (ne parlons même pas d'outre-Rhin). La mise en place est splendide, les musiciens sont parfaitement à la hauteur. Et on note les débuts d'un p'tit saxophoniste qui, avec Pierre et avant l'arrivée de Basil Leroux à la 6-cordes, formera le triumvirat d'armes fatales de Schmoll : Michel Gaucher, depuis devenu une référence, que dis-je ? Une icône (on y revient) des cuivres à la Frenchy.

Enfin, et c'est probablement le plus troublant, cet album n'a au sein de ses chansons pas un atome de western, mais se veut semi-conceptuel et présente entre chaque chanson Eddy imitant un cowboy. Gros, gros souci de ce côté-là. Déjà, l'illustration sonore accompagnant ses monologues est unique et répétitive... et cheap à mort. Ensuite, l'imitation de John Wayne dans son rôle magnifique de George Abitbol n'est pas exactement ce qu'on pourrait appeler classe, Eddy en fait des caisses avec les clichés mais... le second degré a beaucoup de mal à passer. Ce n'est pas réellement drôle en fait (sauf l'imitation de l'accent pied-noir, à mourir de rire). C'est comme si Eddy avait tout préparé pour un album important et jusqu'au-boutiste concernant le western, sa grande passion, et à la dernière seconde avait fait marche arrière... trop tard.

Et les chansons, me direz-vous ? C'est là le hic : la plupart des reprises oscillent entre le gentillet ("La Serrure", l'énergique "Elle Me Voit Beau") et le franchement ennuyeux (notamment la face B interminable) : la reprise des BEATLES est à en tomber en coma profond, "Quitte A Tout Perdre" essaie de capter l'énergie de James BROWN mais n'y arrive pas (et dure 12 heures), "Bye Bye Love" n'est pas crédible. Même sur "Ordonne Mais Pardonne", on sent Eddy à la fois impliqué (voix, texte) mais également perdu, comme ne sachant plus dans quelle direction aller. Il y a des sauvetages : l'intro, une re-re-revisite de "Be-Bop A Lula", qui manque un peu d'un instrument lead mais montre le groupe sous son meilleur jour ; "Only You" qui arrive à complètement dynamiter l'originale des PLATTERS jusqu'à la rendre méconnaissable (et sympathique, solo d'orgue de Papadia en prime). Et le final est une petite sucrerie bien agréable : un boeuf où Eddy présente le groupe. C'est drôle, c'est bien fait, c'est la première fois qu'il tente cet exercice et ce ne sera pas la dernière. Même s'il est un poil lourd avec les citations de BREL, Eddy est plutôt à l'aise et clôt sur une bonne note un album par ailleurs très lourd et chaotique.

Cuit, Eddy ? Aux orties, ce disque ? Hum, si on met de côté l'artwork et deux-trois bons titres, le 33 tours d'origine oui. Pas nul, mais pour l'instant le plus faible de sa discographie. Seulement voilà... A l'époque, la sortie d'EP 4 titres inédits est une coutume toujours pas tombée en désuétude. Et pour les 8 titres inédits qu'il a enregistré pendant cette période, eh bien inexplicablement, Eddy n'a gardé que des chansons originales, 7 de Pierrot et une de Jean-Pierre Bourtayre, et elles sont... très, mais alors très très largement supérieures à cet album de reprises ! Highlights incontestables de sa carrière (je parle artistiquement, pas de ventes, restons polis), "Carla" est punchy et "drivante", "J'ai Semé Le Vent" est belle, et surtout "Un Homme dans La Foule" est exaltante, poignante, épique et mémorable. Le reste oscille entre ratés ("Je N'aime Que Toi" est bien construite mais hyper-mielleuse, "Où Etais-Tu" tente la musique de cirque, exercice ô combien périlleux) et "vraies" faces B sympas. Les arrangements symphoniques sont bons, et ces 8 titres auraient fait un parfait album avec deux ou trois reprises, les meilleures. Donc album à éviter en vinyl, et indispensable en CD avec faces B, si vous le trouvez évidemment.

Reste la question qu'on se pose depuis désormais 3 albums :... et maintenant ?


Note finale : 1,5 pour la version originale, 3,5 pour la version avec bonus

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Patrick BRUEL
Alors Regarde (1989)
Du tube à foison




Eddy MITCHELL
Seul (1966)
Le premier vrai tournant de sa carrière.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Eddy Mitchell (chant)
- Pierre Papadiamandis (orgue)
- Marc Berteaux (basse)
- Gilbert Bastelica (batterie)
- Dean Notton (guitare)
- Les Soul Brass (cuivres)
- Jeff Seffer (saxophone)
- Michel Gaucher (saxophone)
- Louis Tosca (trompette)


1. Be Bop A Lula 1968
2. Sunny
3. Quelqu'un A Dû Changer La Serrure De Ma Porte
4. Elle Me Voit Beau
5. Bye Bye Love
6. Ordonne Mais Pardonne
7. Treize Filles
8. Le Fou Sur La Colline
9. Quitte à Tout Perdre
10. Only You
11. Tighten Up
- bonus Tracks
12. Je N'aime Que Toi
13. Un Homme Dans La Foule
14. J'ai Semé Le Vent
15. Carla
16. Il A Suffit D'une Fille
17. Où étais-tu
18. Ma Première Cigarette
19. Par Qui Le Scandale Arrive



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod