Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - Toute La Ville En Parle, Eddy Est Formidable (1964)
Par BAKER le 24 Janvier 2018          Consultée 444 fois

Quatre albums en 24 mois. Ce n'est plus du Stakhanovisme, c'est de la folie. C'est l'usine. Le Taylorisme appliqué à l'édition discographique. Et pourtant, en allant de nouveau enregistrer à Londres, qui devient sa seconde maison, et en allant fouiller dans des standards plus rhythm'n'blues et soul que purement rock'n'roll comme à ses débuts, Eddy réussit à encore ne pas lasser. Oh ! Certes, ce quatrième opus n'est pas encore un album parfait. Et comme son sympathique prédécesseur, il a surtout tendance à enchaîner des hauts et des bas, des bas qui seraient d'ailleurs de plus en plus inquiétants si les hauts, eux, ne cessaient de repousser les limites. Yéyé, Eddy ? Que dalle ouais ! Rock revival ? Que nenni ouais ! Chacun fait fait fait c'qui lui plait plait plait ? Voilà bonhomme, ouais.

Alors oui, d'accord, des titres n'arrivent plus à passer la seconde écoute de nos jours. "Everything All Right" n'est sauvé que par l'humour en studio d'Eddy, vous savez, cette arme fatale qui est sa marque de fabrique et qu'il commence à affûter telle votre hache viking favorite qui va venir pulvériser le crâne de vos ennemis (mais où est ma boutanche de calva ?!?). Un humour pince-sans-rire mais inexplicablement jamais obséquieux. Chanson franchement pas terrible donc, avec en prime un instrument sonnant faux tout du long. "Le Générique" dévoile une nouvelle fois sa passion des salles obscures, ce n'est pas la première fois et ce sera très loin d'être la dernière, malheureusement... la chanson, l'est, générique. Et "Il Faut Croire" est un piège : l'intro est géniale, les musiciens sont impeccables tout du long, mais la chanson en elle-même n'a un intérêt que très relatif.

Il faut donc d'autant plus profiter des bons moments, et iceux sont plus nombreux qu'avant : la super mélodie bien fichue de "J'ai Tout Perdu", le solo de sax presque free jazz de "Qui L'A Rendu Fou" (on est déjà franchement très loin du rock'n'roll classique qui était son premier amour), ou encore l'optimisme uptempo rigolo et enivrant de "Juste Un Regard", qui avec un son moins brouillon aurait été un digne grand frère du "Uptown Girl" de Billy JOEL. A part pour ce dernier titre, on remarquera par rapport aux précédents albums un son de plus en plus brillant ; toujours un peu embrumé, pas assez clair, mais depuis "Voici Eddy" le progrès est notable. Evidemment, nous sommes à Londres dans le milieu des années 60 : la qualité sonore s'améliorera de disque en disque, pour ne pas dire de mois en mois.

Mais surtout, malgré donc ses gros passages à vide, cet album est le premier à proposer non pas un, non pas deux, messieurs dames, mais trois, oui j'ai bien dit trois excellents titres méritant d'être des classiques, et là on en profite messieurs dames ils sont compris dans l'album d'origine, pas de faces B, pas de maxi 45 tours inédit, les bons comptes font les bons amis ! D'abord, "Fauché", ouverture drôle, soul, à la fois traînante et ENtraînante, la classe à l'état pur. Ensuite, vu qu'on a bien commencé, on termine bien : "Toujours Un Coin..." est le premier super-méga-tube d'Eddy, tant et si bien qu'il continue de la chanter en 2017, cette reprise du tandem BACHARACH / DAVID est irrésistible et a bien mérité sa postérité. Entre les deux, extrêmement méconnue, "Mais Pas Pour Moi" mélange un refrain excellent et un pessimisme noir charbon dont Eddy n'a que très rarement abusé ("Mauvaises Vibrations", "On S'Quitte") ce qui rend la chanson d'autant plus forte. Petit à petit, MITCHELL se construit une carrière et un répertoire en béton armé. Quoi ? Je l'ai déjà écrit sur l'album d'avant, et encore celui d'avant ? Probable. C'est ça, "petit à petit".

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


INDOCHINE
Hanoï (dvd) (2006)
Image ultradégueulasse, mais quel live !!!




Eddy MITCHELL
Frenchy (2003)
Méconnue petite perle de savoir-faire


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Eddy Mitchell (chant)
- London All Stars (zicos)
- Jean Bouchety (arrangements, direction)


1. Fauché
2. Il Faut Croire
3. J' Ai Tout Perdu
4. Juste Un Regard
5. Qui L' A Rendu Fou ?
6. Everything All Right
7. Je Défendrai Mon Amour
8. Le Générique
9. Mais Pas Pour Moi
10. Trois Jours Avec Toi
11. Johnny, Merci
12. Toujours Un Coin Qui Me Rappelle



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod