Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Byrds , Bert Jansch
- Style + Membre : Crosby, Stills, Nash & Young
 

 Site Officiel (1742)
 Hyperrust Never Sleeps (1831)
 Thrasher's Wheat (2685)
 Autobiographie - Neil Young (384)

Neil YOUNG - Neil Young (1968)
Par LONER le 4 Décembre 2006          Consultée 11494 fois

On le pressentait, les choses n’auraient pu tourner autrement. Le prophétique « Last Time Around » marquait la fin de l’ère Buffalo Springfield, et déjà, Neil Young avait l’esprit ailleurs…
Il ne s’écoule pas trois mois entre la fin des sessions de son ancien groupe et le début de l’enregistrement de son premier album solo, en août 1968. Reprenant un des studios utilisés par son groupe, Neil décide de s’entourer de gens qu’il a déjà côtoyé par le passé, comme Jim Messina ou Jack Nitzsche.
A la production apparaît déjà David Briggs, qui devait lui être fidèle pendant de nombreuses années. Mais nous n’en somme pas encore là. Pour l’heure, le canadien solitaire n’a pas encore trouvé de direction musicale précise. Alors il expérimente, s’essaye à plusieurs styles, varie les instrumentations. A l’époque, son talent de songwriter n’est plus à prouver, mais le travail en solo ne lui sied pas encore tout à fait, et ça se sent.

Les choses commencent pourtant très bien. Après un petit instrumental fort agréable en guise d’introduction (« The Emperor Of Wyoming »), Neil entre le vif du sujet et amorce un exercice musical périlleux. « The Loner », avec sa guitare sursaturée, accumule les contrastes, se faisant tour à tour claquant comme un fouet sur le dos de coursiers menant une diligence ou au contraire apaisant quand interviennent les violons. Ce morceau est considéré à juste titre comme la pièce maîtresse de ce premier opus et vaudra à son auteur le surnom qu’on lui connaît (et qu’a choisi d’adopter votre humble serviteur).
Autre moment fort : « I’ve Been Waiting For You ». Chant éthéré, orgue aérien, guitare kamikaze, ce morceau est aussi envoûtant qu’indéfinissable. La reprise de David Bowie est très intéressante mais elle perd en folie ce qu’elle gagne en atmosphère.

Le reste de l’album est de qualité, mais aucune ligne directrice ne s’en dégage, on passe allègrement de la ballade aux accents byrdiens (« If I Could Have Her Tonight ») à la complainte où se mêlent guitares acoustiques et violons (« The Old Laughing Lady »), en passant par le ratage en beauté (« What Did You Do To My Life »).
Une hétérogénéité qui déstabilise un peu l’auditeur et qui déséquilibre l’ensemble, mais dont on peut tout de même dégager les premières perles intemporelles du canadien. Et ça, c’est le principal.

A lire aussi en ROCK par LONER :


Neil YOUNG
Everybody Knows This Is Nowhere (1969)
Est censé ne mener nulle part...

(+ 1 kro-express)



Neil YOUNG
Neil Young Archives: Live At The Fillmore East 1970 (1970)
Les dates mythiques enfin entre nos mains !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   LONER

 
  N/A



- Neil Young (guitare, piano, orgue, chant)
- George Grantham (batterie)
- Jim Messina (basse)
- Ry Cooder (guitare)
- Jack Nitzsche (electric piano)


1. The Emperor Of Wyoming
2. The Loner
3. If I Could Have Her Tonight
4. I've Been Waiting For You
5. The Old Laughing Lady
6. String Quartet From Whiskey Boot Hill
7. Here We Are In The Years
8. What Did You Do To My Life ?
9. I've Loved Her So Long
10. The Last Trip To Tulsa



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod