Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Byrds , Bert Jansch
- Style + Membre : Crosby, Stills, Nash & Young, Nils Lofgren , Joni Mitchell
 

 Site Officiel (2329)
 Hyperrust Never Sleeps (2779)
 Thrasher's Wheat (4442)
 Autobiographie - Neil Young (997)

Neil YOUNG - Way Down In The Rust Bucket (2021)
Par BAYOU le 22 Mars 2021          Consultée 1416 fois

On ne dira plus rien sur la production inflationniste de Neil YOUNG depuis quelques années. On n'a même pas encore écouté le Volume II des archives dans sa totalité que, déjà, de nouveaux enregistrements sont disponibles. On le sait, la quantité n’est pas toujours synonyme de qualité, et certaines publications pourraient rester prendre la poussière dans les armoires du ranch.

Mais là, c’est une autre paire de manches. Le Loner a lâché le CRAZY HORSE, sa bande de desperados/pistoleros, au Catalyst, à Santa Cruz, le 13/11/1990, un petit club de Californie où il a ses aises. Clairement, quand il joue électrique, YOUNG n’a pas de meilleur combo. Oubliez Blues Notes, MG’s, PEARL JAM. Trois titres de Zuma sorti quinze ans plus tôt est jouée, mais cela démarre par un titre de Ragged Glory, "Country Home", assez cool où Frank Sampedro nous sort de superbes solos mélodiques, pendant que Ralph Molina tisse des arabesques originales suivies par la basse de Billy Talbot. Le début du concert est puissant mais très mélodique et on arrive à cet instant de pure beauté, "Danger Bird", la plus belle, la plus poignante des versions, à l'émotion et au feeling sans faille. A ce niveau de qualité, le CRAZY HORSE tutoie les étoiles.

La setlist ne reprend pas les classiques comme "Hey Hey, My My (Into the Black)", "Powderfinger", "Rockin 'in the Free World" et "Tonight's the Night", mais on y retrouve les grandes chansons "Like a Hurricane", "Cortez the Killer". La puissance de la musique, superbement mixée par John Hanlon, ne perd pourtant rien de son émotion. C’est là la grande réussite de ce live qui, contrairement à d’autres, est concentré sur une seule performance enregistrée le même soir. Les morceaux sont longs (six dépassent les dix minutes) mais ce n’est pas du remplissage, c’est intense et inventif, c'est du rock.

Soyons clair : c’est un grand, un immense live du Loner, à posséder absolument pour mesurer la folie électrique, l’intensité mélodique, la cohésion du groupe, sa fantastique musicalité et ses facultés d’improvisation. Indéniablement, le témoignage merveilleux d’un combo au sommet de son art, quatre chevaux déboulant sur les pistes et ravageant tout sur leur passage, avec grâce et félicité.

On aime le Loner dans ces instants.

A lire aussi en ROCK par BAYOU :


The ROLLING STONES
Sticky Fingers Deluxe Edition (2015)
Quand les Stones jouaient du blues




Neil YOUNG
Sleeps With Angels (1994)
Le Loner à vif


Marquez et partagez







 
   BAYOU

 
  N/A



- Neil Young (guitare, chant)
- Frank Sampedro (guitare)
- Ralph Molina (batterie)
- Billy Talbot (basses)


1. Country Home
2. Surfer Joe And Moe The Sleaze
3. Love To Burn
4. Days That Used To Be
5. Bite The Bullet
6. Cinnamon Girl
7. Farmer John
8. Over And Over
9. Danger Bird
10. Don't Cry No Tears
11. Sedan Delivery
12. Roll Another Number (for The Road)
13. Fuckin' Up
14. T-bone
15. Homegrown
16. Mansion On The Hill
17. Like A Hurricane
18. Love And Only Love
19. Cortez The Killer



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod