Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Byrds , Bert Jansch
- Style + Membre : Crosby, Stills, Nash & Young
 

 Site Officiel (1814)
 Hyperrust Never Sleeps (1930)
 Thrasher's Wheat (2832)
 Autobiographie - Neil Young (465)

Neil YOUNG - Harvest Moon (1992)
Par SUNTORY TIME le 9 Mai 2014          Consultée 1933 fois

En 1992, Harvest a vingt ans. L'album le plus célèbre de Neil YOUNG, celui qui lui a fait atteindre le sommet des charts par ce savant mélange entre la folk fine et efficace de Docteur Neil et les riffs gras au possible de Mister Young. Vingt ans, ça se fête ! Mais après la moisson sous le Soleil rouge, c'est la Lune qu'il faudra contempler cette fois, une lune rare, grande et orangée.

Quand Harvest Moon sort, vingt ans après Harvest donc, Neil YOUNG surprend tout le monde. Voilà deux ans que le Loner traine sa Old Black avec le Crazy Horse dans des sentiers électriques extrêmes, du précédent opus Ragged Glory, féroce et crade à mort, jusqu'au live Weld, explosif à tous points de vue, sans oublier l'expérimental bruitiste Arc. Toute la rage de Rust Never Sleeps était revenue, et Mister Young était dans une forme olympique. Mais après l'orage, le ciel se découvre, et c'est un rockeur apaisé qui rentre son cheval fou dans l'enclos, et ressort sa vieille guitare acoustique et son harmonica. Retour à la terre, et aux mélodies douces. Voilà Harvest Moon, l'un des disques les plus apaisés du Loner.

Si on le compare souvent à Harvest de par son nom, c'est surtout à Comes a Time que Harvest Moon se réfère, comme un petit frère plus long et abouti. Ici point de guitare rocailleuse, de colère exprimée, de désespoir lamenté. La guitare sèche s'accompagne d'instruments qui enrichissent les mélodies. Le chant du Docteur Neil est chaleureux comme rarement il l'a été. On retrouve les atmosphères de "Goin' Back" ou "Peace of Mind", finesse et douceur, telles sont les épurées "You and Me", la plus proche de l'esprit originel de Harvest, ou "One of These Days", quand les plus rythmées "From Hank to Hendrix", "Dreamin' Man" et les notes efficaces de "Unknown Legend" font de superbes ballades. La chanson titre elle aussi se veut champêtre, voire nostalgique: "I wanna see you dance again, because I'm still in love with you, on this Harvest Moon", de quoi rêver de voir la belle en question danser dans la nuit éclairée de cette fameuse Lune. Seul "Old King" chansonnette en l'honneur de son vieux chien, change de registre, tout en banjo et en ambiance country.

Parfois plus grave comme avec l'intense "War of Man" ou le mélancolique "Such a Woman", "Harvest Moon" est le témoin d'une période heureuse pour Neil Young. Ses démons des vingt dernières années semblent loin. Et comme ultime chanson : la splendide "Natural Beauty" s'impose comme le chef d'oeuvre du disque. Fable écologique de dix minutes enregistrée live, sorte de penchant acoustique du "Mother Earth (Natural Anthem)" sur Ragged Glory, "Natural Beauty" se limite à la guitare, l'harmonica, et petite percussion discrète, et quelques choeurs au refrain pour agrémenter la sublime et pourtant si simple mélodie. L'épure dans toute sa splendeur, preuve que l'on peut faire des merveilles avec trois fois rien.

S'il est un reproche que l'on peut faire à Harvest Moon, c'est cette trop grande douceur. Comme Comes a Time, il passe pour un disque trop sage, trop propre, qui ne correspond pas à l'image torturée de notre canadien préféré. Les choeurs féminins, parfois trop envahissants, jouent sur ce côté gnangnan. Les arrangements symphoniques de "Such a Woman", s'ils sont sublimes, risquent de rebuter les amateurs d'arrangements crasses du Loner. Mais une fois ces critiques de côté, on ne peut que se rendre à l'évidence : Harvest Moon est un bijou d'élégance et de finesse. Un de ses disques majeurs des années 90. A écouter au chant des grillons lors d'une belle nuit d'été.

Le titre indispensable : "Natural Beauty"

A lire aussi en FOLK par SUNTORY TIME :


JUNIP
Junip (2013)
Deuxième album d'un groupe rare et précieux




ROME
Die Aesthetik Der Herrschafstfreiheit (2011)
Trilogie grandiose de néo-folk moderne


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Neil Young (chant, guitares, piano, harmonium, harmonica, ...)
- Kenny Buttrey (batterie)
- Tim Drummond (basse, marimba, broom)
- Ben Keith (pedal steel guitare, dobro, basse, chant)
- Spooner Oldham (piano, harmonium, claviers)
- Jack Nitzche (arrangements violons sur 'such a woman')
- Linda Ronstadt (choeurs)
- James Taylor (choeurs)
- Nicolette Larson (choeurs)
- Astrid Young (choeurs)
- Larry Cragg (choeurs)


1. Unknown Legend
2. From Hank To Hendrix
3. You And Me
4. Harvest Moon
5. War Of Man
6. One Of These Days
7. Such A Woman
8. Old King
9. Dreamin' Man
10. Natural Beauty



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod