Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Byrds , Bert Jansch
- Style + Membre : Crosby, Stills, Nash & Young
 

 Site Officiel (1768)
 Hyperrust Never Sleeps (1869)
 Thrasher's Wheat (2735)
 Autobiographie - Neil Young (416)

Neil YOUNG - Neil Young Archives: Live At Massey Hall 1971 (1971)
Par LONER le 21 Avril 2007          Consultée 8603 fois

Moins d'un mois après la sortie de « After The Goldrush », Neil Young décide d'entreprendre une tournée en solitaire d'une soixantaine de dates (du 30 novembre 1970 au 27 février 1971, avec une pause entre le 4 décembre et le 6 janvier) à travers les États-Unis et le Canada à l'exception du dernier concert, donné au Royal Festival Hall de Londres.
On aurait raison de penser que cette tournée avait pour but de servir de tremplin au dernier né issu de l'inspiration fertile du Canadien solitaire, mais curieusement Neil n'accorde qu'une importance très limitée aux morceaux de son dernier opus, seules trois chansons de « After The Goldrush » seront jouées pendant la tournée (« Tell Me Why », « Don't Let It Bring You Down » et « Only Love Can Break Your Heart »), la part belle étant faite aux compositions inédites (à l'époque).

Le 19 janvier, Neil Young est à l'affiche au Massey Hall de Toronto. Comme d'habitude, le Loner y jouera deux fois dans la même soirée. Comme d'habitude, le contact avec le public est immédiat, l'humour ne manque pas, les petites histoires personnelles non plus. Et comme d'habitude, la magie opère de bout en bout...
Bien entendu, on retrouve dans la set-list des compositions connues et reconnues du Canadien, que ce soit avec le Buffalo Springfield (« On the Way Home » qui ouvre le concert, « I Am A Child »), avec le Crazy Horse (« Cowgirl In The Sand » et « Down By The River » réclamée à corps et à cris par le public), avec CSN&Y (« Helpless » et « Ohio », toutes deux acclamées) ou en solo (« Tell Me Why », « Don't Let It Bring You Down »). Mais tout l'intérêt de ce concert hors du commun (disons-le sans détour, le choix des morceaux est parfait) réside dans l'interprétation en « avant-première » d'une grande partie de l'album à venir, le célébrissime « Harvest ». Et quelle interprétation: « Old Man » est absolument sublime et surpasse la version studio, il en va de même pour le doublet « A Man Needs A Maid/Heart Of Gold » qui fendrait le coeur le plus endurci, ou pour « The Needle & The Damage Done », morceau toujours aussi poignant...
Citons également ceux qui ne figurerons jamais sur un album officiel, comme « Bad Fog Of Loneliness », initialement écrit pour être joué au Johnny Cash Show, ou « Dance, Dance, Dance », ainsi que ceux qui paraîtront bien plus tard, comme « Journey Through The Past » qui donne son nom à la tournée, «Love In Mind » et « See The Sky About To Rain » qui ne fut enregistré en studio que trois ans plus tard (un délai plutôt raisonnable dans le cas de Neil Young).
Au final, près d'une heure dix de mélodies intemporelles, empreintes d'intense émotion et de profonde sincérité...
Mais les festivités ne s'arrêtent pas là, le DVD de l'édition double (je la conseille fortement) offre son lot de surprises, notamment de belles photos, des coupures de presse, des extraits vidéo (le Johnny Cash Show ainsi qu'une rencontre avec le fameux « old man » de la chanson) et évidemment, la quasi intégralité du concert filmé, entrecoupé de scènes champêtres mettant en scène Neil dans son ranch.
Une vraie mine d'or.

Bref, vous l'aurez compris, ce Live At The Massey Hall a tout pour lui. Autant le concert du Fillmore East avait laissé certains fans sur leur faim, autant ici, les avis sont unanimes : nous avons affaire à un véritable chef d'oeuvre. J'irais même jusqu'à dire qu'il s'agit du meilleur concert acoustique de Neil Young à ce jour, ce qui n'est pas peu !
Pour la petite histoire, David Briggs, fidèle producteur du Canadien, avait insisté pour faire de l'enregistrement un album live officiel, mais Neil ayant hâte de sortir « Harvest » refusa. Il exprime aujourd'hui ses regrets, on comprend aisément pourquoi...
Alors, si vous vous intéressez de près ou de loin à l'immense Oeuvre de Neil Young, vous n'avez qu'une chose à faire... foncer !

A lire aussi en FOLK par LONER :


Neil YOUNG
Time Fades Away (1973)
Témoignage indispensable d'une période charnière.

(+ 1 kro-express)



Neil YOUNG
Chrome Dreams Ii (2007)
Taillé pour la route...


Marquez et partagez





 
   LONER

 
   CAMEO172
   SUNTORY TIME

 
   (3 chroniques)



- Neil Young (chant, guitare, piano, harmonica)


1. On The Way Home
2. Tell Me Why
3. Old Man
4. Journey Through The Past
5. Helpless
6. Love In Mind
7. A Man Needs A Maid / Heart Of Gold Suite
8. Cowgirl In The Sand
9. Don't Let It Bring You Down
10. There's A World
11. Bad Fog Of Loneliness
12. The Needle And The Damage Done
13. Ohio
14. See The Sky About To Rain
15. Down By The River
16. Dance Dance Dance
17. I Am A Child



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod