Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Byrds , Bert Jansch
- Style + Membre : Crosby, Stills, Nash & Young
 

 Site Officiel (1734)
 Hyperrust Never Sleeps (1822)
 Thrasher's Wheat (2677)
 Autobiographie - Neil Young (375)

Neil YOUNG - Tonight's The Night (1975)
Par BAYOU le 30 Décembre 2014          Consultée 2286 fois

Imaginez le patron de REPRISE, le producteur de Neil Young, quand le Loner arrive pour lui faire écouter son nouvel album Tonight's The Night, nous sommes en 1973, le musicien a cartonné avec Harvest, et Crosby, Stills, Nash & Young est considéré comme le groupe qui fera oublier les Beatles.
Le gars se frotte les mains, pense déjà à la superbe villa qu’il va se payer à Hollywood, avec la baignoire remplie de champagne, les Playmates dans les chambres, la piscine gigantesque, le pot de caviar et les lignes de coke.

Le look du Loner aurait dû lui mette la puce à l’oreille, cheveux longs, gras, mal coiffés, barbe hirsute, costume en lin froissé, mais on connait les artistes chez Warner (la maison mère) c’est normal.
Neil Young marmonne qu’il avait l’idée de réaliser un concept album racontant l'ascension puis la déchéance et la mort d'un roadie qui devient rock-star mais il a renoncé au projet.
-Excellent coco, ce n’est pas très porteur ce genre de truc le public s’en fout, il préfère les belles choses comme « Heart of Gold ».

Young grimace et envoie la bande.
Le boss frise la crise cardiaque, il s’envoie deux lignes de coke et une demie bouteille de bourbon puis hurle « C’est quoi cette merde ? »
Neil Young est ravagé par la mort par overdose de son guitariste Danny Whitten (qu’il venait de virer du groupe) et du roadie Bruce Berry. Lui-même est dans un sale état, abusant de coke et d’alcool. Aussi il pose ses tripes sur la table et balance ce brûlot sordide, quarante-cinq minutes à fleur de peau, il chante faux (« Speakin’ Out », « Albuquerque », « Tired Eyes », « Mellow My Mind »), et est souvent désaccordé.

Pourtant il accouche d’un chef d’œuvre, poignant, émouvant, mélancolique, authentique.
Tonight's The Night ouvre et ferme l’album avec ce vers en hommage à son roadie « c'he used to pick up my guitar'.
Danny Whitten, lui est present sur “Come On Baby Let's Go Downtown"enregistré au Fillmore.
Il s’inspire de « Lady Jane » des Stones pour sa ballade « Borrowed Tune », se disant incapable. L’ensemble sonne authentique et cet aspect sera celui retenu par le public. Neil Young ne triche pas, il joue pour exorciser le mal, pour ne pas mourir.

Le boss de Warner refuse de sortir le disque, à la place ce sera On the Beach autre chef d’œuvre légèrement moins sombre.
Pourtant en 1975, Neil Young proposera Homegrown sorte de Harvest bis à condition que Tonight's The Night sorte avant… Mais Homegrown ne verra jamais le jour, les chansons étant éparpillées sur différents albums.

Cette période qui sera nommée la trilogie noire (Time Fades Away, On the beach et Tonight's The Night) est très souvent considérée comme la meilleure de Young.

A ne pas écouter les jours de déprime.

A lire aussi en ROCK par BAYOU :


David GILMOUR
Rattle That Lock (2015)
Un homme et sa guitare




Bob SEGER
Live Bullet (1976)
Live from Motorcity


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
   LONER

 
   (2 chroniques)



- Neil Young (chant, piano, guitare, harmonica)
- Nils Lofgren (guitare, piano, choeurs)
- Billy Talbot (basse)
- Ralph Molina (batterie)
- Ben Keith (guitare, steel guitare, guitare slide, choeurs)


1. Tonight's The Night
2. Speakin' Out
3. World On A String
4. Borrowed Tune
5. Come On Baby Let's Go Downtown
6. Mellow My Mind
7. Roll Another Number (for The Road)
8. Albuquerque
9. New Mama
10. Lookout Joe
11. Tired Eyes
12. Tonight's The Night - 2



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod