Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHÉDÉLIQUE  |  VHS/DVD/BLURAY

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1967 The Piper At The Gate...
1968 A Saucerful Of Secret...
1969 Ummagumma
1970 Atom Heart Mother
1979 The Wall
1983 The Final Cut
1987 A Momentary Lapse Of ...
1994 The Division Bell
2014 The Endless River
 

- Style : Monkey3, Deconstruction, The United States Of America , Eloy, Mostly Autumn
- Membre : Rick Wright , Syd Barrett , Roger Waters , David Gilmour
- Style + Membre : Nick Mason

PINK FLOYD - The Early Years 1965-1967 Cambridge St/ation (2016)
Par BRADFLOYD le 28 Décembre 2023          Consultée 854 fois

Voici donc la chronique de la partie vidéo de The Early Years 1965-1972 qui fait suite à celle relative à la partie audio. Je vous expliquais avoir été, en partie, déçu des deux CD en raison du choix de titres discutables, sachant qu'il existe des archives de morceaux jamais parus sur supports officiels alors que l'on a eu droit aux ressorties des singles que l'on a sous différentes formes, et ce depuis 1970.

En revanche, la partie vidéo est d'un autre acabit et mérite, à elle seule, l'achat de ce coffret. Enregistrée en DVD et Blu-ray, elle contient 14 titres (ou plutôt 12) qui ont fait l'objet d'un traitement sur l'image afin d'en améliorer grandement la résolution. En effet, peu de choses que les fans ne connaissaient pas (certains extraits se trouvaient dans le DVD PINK FLOYD & The Syd Barrett Story ou dans le bootleg non officiel PINK FLOYD VIDEO ANTHOLOGY) mais la qualité a été très largement améliorée pour cette sortie de 2016.

Cela commence par "Chapter 24", titre tiré de The Piper At The Gates Of Dawn et qui n'était pas un single à proprement parler. Il s'agit d'une vidéo mixant des images de Syd BARRETT dans un jardin, escaladant et courant sur la colline Gog Magog à Cambridge, cheveux courts, et des images du groupe, vraisemblablement pré PINK FLOYD (1966), sortant du studio EMI ou embarquant son matériel dans un van avant un éventuel concert. Totalement décousu, il ne s'agit pas vraiment d'un clip mais d'images illustrant leur activité avec le titre en accompagnement. Tourné en 8mm, l'image présente un gros grain et est souvent mal cadrée. Bref, le FLOYD se cherche.

Le titre suivant, "Nick's Boogie", qui n'a rien d'un boogie, est beaucoup plus intéressant et remarquable par sa qualité. Il est à noter que ce titre a fait l'objet de sorties régulières depuis 1990 en étant ajouté à la musique du film Tonite Let's All Make Love in London… Plus de Peter Whiteheads sorti à l'origine le 26 septembre 1967. D'une durée de 11'50 dans ce disque, il a été réduit à 6'36 pour cette édition. A noter, aussi, qu'il s'agit toujours de Peter Whiteheads l'auteur de ce film où l'on voit Richard WRIGHT bricolant son Echorec, Syd BARRETT jouant avec ses mécaniques, avec un briquet ou une toupie sur les cordes de son Explorer, laquelle guitare n'a pas encore fait l'objet d'un 'tuning' par l'ajout de miroirs sur le corps, et Nick MASON jouant avec ses maillets. Titre enregistré en studio le 11 janvier 1967, mais avec des images du studio (pas toujours raccords avec le son) avant que des images d'un concert en date du 13 janvier suivant ne prennent le relai.

"Interstellar Overdrive", pour sa part, fait l'objet de deux traitements. Le premier a été enregistré le 27 janvier 1967 en concert à l'UFO au Barney Club à Londres. Il s'agit d'une des multiples versions d'un titre emblématique de cette époque. Sur le film sus mentionné, il était étiré à près de 17 minutes. Ici, il s'agit d'une version assez différente de celle du premier LP dans sa partie impro, d'une durée de 4'15 (amputée de plusieurs minutes), en noir et blanc et présentée en Anglais, sous titrée, sur des images d'illustration de l'UFO. Il est amusant d'entendre parler de psychédélisme par un journaliste quelque peu interloqué de constater qu'il s'agit avant tout d'une musique vue comme une expérience plutôt que mélodie. Le second dure, lui, 9'33 et a été enregistré à The Roundhouse à Londres, soit le 31 décembre 1966 ou, plus vraisemblablement le 9 juillet, puisqu'une équipe de la télévision BBC2 TV a filmé ce jour-là le show pour une émission de la série "Man Alive", jamais diffusé. Le film est en couleur, mais n'est qu'une illustration de la musique avec le light show, magnifique, tel que présenté à l'époque, sous un commentaire très peace and love en allemand (sous-titrage disponible). Cette version est plus conforme à celles que nous connaissons déjà.

Le disque comprend aussi les scopitones d"Arnold Layne", "The Scarecrow", "Apple And oranges" (en play back, en noir et blanc, avec intervention de présentation télévisuelle de préalable de l'album dont est tiré le titre et interview à la télévision américaine), "See Emily Play" et "Jugband Blues". La qualité vidéo est superbe sur l'ensemble de ces scopitones ("Jugband Blues" mis à part qui a subi les affres du temps). Ces scopitones ont subi un nettoyage rendant toutes autres versions obsolètes. "See Emily Play", jouée en play back à la BBC à l'émission Top Of The Pop le 6 juillet 1967 a vu sa bande particulièrement altérée et difficilement récupérable. Deux versions complémentaires de "The Scarecrow", filmées en juillet 1967, montrent les membres du groupe dans la nature (même endroit), en couleur (superbe restauration), le groupe s'amusant à faire n'importe quoi.

Les premières notes de "Pow R. Toc H." sont suivie d'une interview de Syd BARRETT et Roger WATERS par Hans Keller de la BBC, à l'occasion de l'émission The Look Of The Week le 14 mai 1967. Cette interview est mythique, Hans Keller montrant le décalage existant entre la jeunesse et les journalistes de 'plus de trente ans' s'intéressant au groupe. Celui-ci, qui n'a fait selon ses dires que deux concerts dans toute sa carrière à cette date (en vérité, ils en ont fait 69 à compter du 1er janvier 1967), est qualifié de 'rasant', l'interviewer, 'trop érudit pour les apprécier à leur juste valeur' parce que ayant grandi avec un 'quatuor à corde', montrant clairement son incompréhension pour une musique jouée aussi fort qui a pourtant rencontré son public. Avant les réponses des intéressés, nous avons droit à une interprétation complète et en noir et blanc d' "Astronomy Domine". Le titre est joué en live et non en play back. L'interview est assez lunaire et WATERS et BARRETT semblent ébahis par les questions et remarques de Keller qui conclut qu'écouter cette musique, c'est faire acte de régression vers l'enfance. Hilarant avec notre regard d'aujourd'hui.

Enfin, deux improvisations du 24 février et du 12 décembre 1967 complètent le disque. La première, enregistrée à l'UFO, The Blarney Club sis Tottenham Court Road à Londres, a été filmée par la télévision allemande pour être, avec "Interstellaire Overdrive", intégrée dans un documentaire d'une heure sur les arts intitulé Die urgent Nachtwandler - London unter 21 qui présentait aussi THE WHO. Ce programme a été présenté à la télévision bavaroise le 3 juillet 1976. Sur un air de blues aérien, le système du light show est expliqué, malheureusement en noir et blanc. La seconde a été filmée en public (là, encore en noir et blanc) dans la maison de l'ancien propriétaire qui logeait le groupe, Mike Leonard, sise Stanhope Gardens, Hamstead à Londres. Ce film devait servir. Dans le cadre de l'émission Tomorrow's World présentant le son et les effets de lumière expérimentaux du groupe. Ce morceau, instrumental, a été composé par Roger WATERS et Nick MASON. La bande son comporte aussi un 'bœuf' des FLOYD improvisant dans le style des BOOKER T. & THE MG's. L'émission a été diffusée sur BBC1 le 17 janvier 1968 et reprise pour la toute première fois le 15 novembre 1994 dans le cadre de l'émission spéciale Omnibus consacrée au groupe sur le même canal télévisuel. Le groupe y est assez peu filmé, c'est plutôt l'ambiance et la jeunesse de l'époque qui suscite l'attention du réalisateur. D'ailleurs, le film comporte des images d'un autre groupe qui jouait le même soir. Gros grain sur le film malgré la restauration. En revanche, la musique est excellente et le son particulièrement bon.

Inutile de vous en dire plus. Vous avez compris que ce coffret, le premier de la série, est nécessaire et indispensable, en particulier dans sa partie vidéo, si vous désirez en connaître plus sur le groupe. Un bon 4/5, et le meilleur est à venir.

A lire aussi en ROCK PSYCHÉDÉLIQUE :


CAPTAIN BEYOND
Sufficiently Breathless (1973)
Le repos des guerriers




The ILLINOIS SPEED PRESS
The Illinois Speed Press (1969)
Album phare de 1969 mêlant blues, acid , rock folk


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- Syd Barrett (chant, guitare électrique)
- Roger Waters (basse, choeurs)
- Richard Wright (claviers)
- Nick Mason


1. Chapter 24
2. Nick’s Boogie
3. Interstellar Overdrive
4. Arnold Layne
5. Pow R. Toc H. / Astronomy Domine
6. The Scarecrow
7. Jugband Blues
8. Apples And Oranges
9. Instrumental Improvisation
- bonus Material
10. Instrumental Improvisation
11. See Emily Play
12. The Scarecrow (outtakes)
13. Interstellar Overdrive



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod