Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (3 / 10)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America , Deconstruction
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright

PINK FLOYD - A Saucerful Of Secrets (1968)
Par WILD THING le 26 Juillet 2004          Consultée 19905 fois

Vers Mars 1968, Syd Barrett est exclu des PINK FLOYD mais participe quand même à la réalisation de leur deuxième album, A Saucerful Of Secrets. Ce disque verra aussi la venue de son remplaçant en la personne de David Gilmour, un vieil ami du groupe. L’intégration de Gilmour au sein des Floyd fut progressive. En janvier, Roger Waters invita David à les rejoindre tout d’abord sur scène pendant que Syd garderait son rôle de chanteur. Il fut pourtant très difficile de préserver le même intérêt de la part des maisons de disques lorsque celles-ci apprirent que les membres de PINK FLOYD prévoyaient de mettre à la porte Syd Barrett, déjà considéré comme le leader du groupe.

Steve O’Rourke devient alors le nouveau manager du groupe et en avril commence l’élaboration de A Saucerful Of Secrets. Mêlant le psychédélisme habituel de PINK FLOYD à une musique plus sombre, A Saucerful Of Secrets symbolise à merveille l’étrange climat régnant lors de ces sessions d’enregistrement, à Abbey Road.
Le morceau éponyme, un instrumental de douze minutes de tension intense à l’orchestration riche se terminant par un splendide son d’orgue planant typiquement “Pinkfloydien” et de magnifiques choeurs, donne sans mal l’impression de l’envol d’une “soucoupe de secrets” .
“A Saucerful Of Secrets” nécessite une audition attentive, à tête reposée, pour s’apercevoir que les expérimentations, à première vue “patchwork”, sont en réalité plus mesurées qu’on ne le croit, l’improvisation n’est en effet pas si dominante qu’elle pourrait le sembler ; on s’approche ici sans conteste de la musique savante contemporaine électro-acoustique. Normal, quand on sait que Rick Wright, principal compositeur du morceau, a toujours eu une attirance particulière pour la musique dite classique. Chef-d’oeuvre à écouter attentivement pour l’apprécier à sa juste valeur !

La seule chanson signée par Syd Barrett est la déjantée “Jugband Blues” qui termine l’album autant qu’elle clôt la période Barrett au sein du Floyd. L’atmosphère du titre est aussi troublante que la personnalité de son compositeur, notamment grâce à l’apparition inattendue de cette fanfare militaire à laquelle il fait appel, la Salvation Army. Les paroles permettent aussi bien sûr à l’auteur d’évoquer son départ : “C’est vraiment prévenant de votre part de me croire là mais je suis presque obligé de vous faire comprendre que je ne suis pas ici”. Et l’humour noir de Syd continue d’être au rendez-vous : “ Et je me demande qui pourrait écrire cette chanson”.

Syd Barrett a gardé son rôle de guitariste dans deux autres titres de l’album, le psychédélique et nostalgique “Remember A Day” ainsi que le mystique “Set The Control For The Heart Of The Sun” dont les paroles sont tirées d’un vieux poème datant de l’Antiquité Chinoise. A ce dernier, participe également David Gilmour (même si les guitares sont ici loin d’être dominantes). Sur le reste de l'album, Dave est le seul guitariste.
Le Flamand Rose peut se débrouiller seul sans son chef, aussi charismatique soit-il, et cela se ressent dès le début avec le tempo irrégulier qui introduit l'une des meilleures chansons de Floyd, l’inquiétante “Let There Be More Light”. Le son mythique de la guitare de Gilmour se fait déjà entendre à la fin de cette chanson.
“Corporal Clegg” fait quant à lui curieusement penser au “Sgt. Peppers Lonely Hearts Club Band” de qui vous savez sorti un an plus tôt ; alors peut-être est-ce un clin d’oeil aux Scarabées ou peut-être s’agit-il de suivre une mode. Dans tous les cas, un titre à l’allure très ironique amusant et sympa à écouter.

A Saucerful Of Secrets avec son côté obscur et mystérieux est finalement une transition très réussie entre la fin de l’ère Barrett, que plus d’un regrettera, et le début de l’ère Gilmour, dont la guitare donnera la nouvelle personnalité planante au groupe. L'atmosphère limite malsaine pesant sur le studio est très bien retranscrite, même si elle peut, parfois, donner lieu à quelques longueurs.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WILD THING :


KING CRIMSON
In The Court Of The Crimson King (1969)
Arise, awake, the king in crimson, crimson comes !

(+ 5 kros-express)



KING CRIMSON
In The Wake Of Poseidon (1970)
Disque plus calme, sans trop de prises de risques

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez





 
   WILD THING

 
   SUNTORY TIME
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- David Gilmour (guitares et voix)
- Roger Waters (basse et voix)
- Richard Wright (claviers et voix)
- Nick Mason (batterie et percussions)
- Syd Barrett (guitares et voix)


1. Let There Be More Light
2. Remember A Day
3. Set The Control Of The Heart Of The Sun
4. Corporal Clegg
5. A Saucerful Of Secrets
6. See-saw
7. Jugband Blues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod